Une équipe de quatre personnes financée par l’OTAN conseille Facebook sur le signalement de la « propagande »

Article de Zerohedge, traduit par Soverain

Ce n’est pas du tout rassurant : au cours d’une semaine qui a vu les comptes de médias sociaux d’Alex Jones supprimés par Facebook, Apple, Spotify et Google, et ce qui semble être une répression croissante contre plusieurs personnalités des médias alternatifs dont des éminents libertaires, notamment le directeur du Ron Paul Institute, et le Scott Horton Show, qui ont vu leur compte Twitter suspendu – on apprend que le Atlantic Council informe directement Facebook de l’identification et de la suppression des « interférences étrangères » sur la plate-forme populaire.

Bien que l’initiative ait été dévoilée en mai dernier par le biais d’un communiqué de presse officiel sur Facebook, d’autres détails sur le rôle du groupe de réflexion controversé ont été révélés.

Soi-disant le partenariat vise à apporter plus d’objectivité et de neutralité au processus d’éradication des faux comptes qui constituent une menace d’être utilisés par des États étrangers malveillants.

Et pourtant, comme le confirme un nouveau rapport de Reuters, Facebook est maintenant lui-même l’un des principaux donateurs du Atlantic Council, aux côtés des gouvernements occidentaux, des régimes autocratiques du Golfe, de l’OTAN, de diverses branches de l’armée américaine et d’un certain nombre de grands entrepreneurs et d’entreprises du secteur de la défense.

De plus, l’équipe de quatre personnes qui dirigent le Atlantic Council’s Digital Forensic Research Lab est chapeautée par un ancien conseiller du Conseil de sécurité nationale au cours des quatre dernières années de l’administration Obama, Graham Brookie, qui en est aussi le fondateur.

Apparemment, le travail du groupe a déjà joué un rôle déterminant dans l’action de Facebook contre plus de deux douzaines de « pages suspectes » signalées comme étant des agents étrangers potentiels comme la Russie. Selon Reuters :

Facebook utilise le groupe pour améliorer ses enquêtes sur l’ingérence étrangère. La semaine dernière, la société a déclaré qu’elle avait supprimé 32 pages et comptes suspects qui étaient censés être gérés par des militants de gauche et des militants minoritaires. Tandis que certains responsables américains ont déclaré qu’ils étaient probablement des agents russes, Facebook a déclaré qu’il n’en était pas certain.

C’est en effet la phrase clé choquante incluse dans le rapport : « Facebook a dit qu’il n’en était pas certain« . Et pourtant, les comptes ont été supprimés quand même.

L’alliance Facebook-Atlantic Council serait née du fait que le géant des médias sociaux a désespérément cherché une aide extérieure « neutre » après une vague de critiques publiques, émanant principalement de dirigeants du Congrès et de grands experts des médias, pour avoir soi-disant permis aux comptes de propagande russe de prospérer avant les élections de 2016.

Parmi tant d’autres, le passage le plus inquiétant du rapport peut être le suivant : « Mais le laboratoire et le Conseil de l’Atlantique apportent une expertise géopolitique et permettent à Facebook de prendre ses distances par rapport aux déclarations sensibles ». Il s’agit ostensiblement de désamorcer tout conflit d’intérêt potentiel, car Facebook semble être de plus en plus présent sur les marchés étrangers émergents.

Le directeur de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, a récemment déclaré aux journalistes : « Les entreprises comme la nôtre n’ont pas les renseignements nécessaires pour évaluer la relation entre les motivations politiques que nous présumons au sujet d’un opposant et les objectifs politiques d’un État-nation. » Il a expliqué en outre que Facebook recueillerait des preuves numériques suspectes et les soumettrait aux « enquêteurs et aux autorités ».

Depuis au moins mai, lorsque la collaboration a été annoncée pour la première fois, le laboratoire du DFR a joué un rôle clé dans ce processus de vérification pour déterminer ce qui relève de l’ingérence étrangère ou de la propagande d’État malveillante.

Mais voici le plus important. Reuters écrit à propos du financement du DFR Lab :

Facebook a fait don d’un montant non divulgué au laboratoire en mai, ce qui était suffisant, a déclaré Graham Brookie, qui dirige le laboratoire, pour placer l’entreprise en tête de la liste des donateurs du Conseil de l’Atlantique, aux côtés du gouvernement britannique.

Les employés de Facebook ont déclaré en privé au cours des derniers mois que le chef de la direction Mark Zuckerberg veut externaliser bon nombre des décisions politiques les plus sensibles, laissant aux think tanks le soin de vérifier les informations fournies par les groupes de médias et de géopolitique.

Facebook a défendu le processus en veillant à ce qu’il demeure politiquement neutre, mais il est clair que le Atlantic Council lui-même n’est guère neutre, comme l’indique une lecture rapide de ses principaux donateurs.

Parmi les partenaires de DFR Labs figurent Bellingcat, basé au Royaume-Uni, qui a prétendu dans le passé posséder « la preuve » qu’Assad a gazé des civils sur la base de l’analyse de vidéos YouTube et de Google Earth. Et les principaux donateurs comprennent diverses branches de l’armée américaine, des États du Golfe comme les Émirats arabes unis, et notamment l’OTAN.

Le Atlantic Council a régulièrement appelé à un engagement militaire accru en Syrie, à faire face militairement à la « menace russe » en Europe de l’Est, et plaide maintenant pour que l’Ukraine et la Géorgie soient autorisées à entrer dans l’OTAN tout en appelant à une expansion territoriale générale de l’alliance militaire occidentale.

En outre, il a plaidé en faveur de l’un de ses précédents bailleurs de fonds, le dictateur turc Recep Tayyip Erdoğan et a décerné un prix « Distinguished International Leadership » à George W. Bush, pour ne citer que quelques actions du think tank qui a reçu l’autorisation de signaler les pages Facebook des citoyens pour une éventuelle influence et propagande étrangère.

Ce qui est plutôt surprenant, c’est la volonté de Mark Zuckerberg d’acquérir une « expertise géopolitique » extérieure.

Article de Zerohedge, traduit par Soverain

Co-fondateur, traducteur et rédacteur sur Soverain.
Sympathisant de l’Action Française pour son école de pensée, de Debout la France pour l’embryon de rassemblement transpartisan, et de l’Union populaire républicaine pour ses analyses sur l’Union européenne.
Milite pour un large rassemblement des patriotes au delà des partis pour rétablir la souveraineté de la France sur les traités supranationaux. Être de droite ou de gauche c’est déjà se priver d’une partie de ce qui fait la France.


À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.