Les derniers articles [tous les articles]


Revue de presse[tous les articles]

Le mouvement des Gilets jaunes a fait évoluer le regard sur les lanceurs de balles de défense

Le regard sur l’utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) a changé : après plusieurs semaines de manifestations des Gilets jaunes, marquées par de nombreux incidents et blessés impliquant ces armes utilisées par les forces de l’ordre, leur usage est désormais sous le feu des critiques.

« On ne peut pas demander aux manifestants d’être exemplaires si on ne l’est pas soi-même », a estimé dimanche le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. Il évoque l’utilisation de lanceurs de balles de défense (LBD) par les forces de l’ordre. La controverse autour de ces armes, qui projettent des balles semi-rigides de calibre 40 mm, a ressurgi avec force depuis novembre et les manifestations des Gilets jaunes.

Source : Le mouvement des Gilets jaunes a fait évoluer le regard sur les lanceurs de balles de défense

Jeremy Corbyn soutient le plan des députés visant à imposer un deuxième référendum sur le Brexit – via @Telegraph

Jeremy Corbyn a approuvé un plan visant à imposer un deuxième référendum alors qu’il céde aux pressions des membres du parti travailliste et des députés.

M. Corbyn souhaite que le gouvernement donne le dernier mot aux députés la semaine prochaine en faveur d’un second référendum. Si une majorité soutient un référendum, le Parlement pourrait forcer Theresa May à tenir un nouveau vote public d’entrée/sortie qui pourrait mener à l’annulation du Brexit.

Les partisans du soi-disant « Vote du peuple » se sont réjouis ce soir en qualifiant la nouvelle politique du Parti travailliste de « geste capital » qui a rapproché un référendum d’un pas de géant.

Source : Jeremy Corbyn backs MPs’ plan to force a second Brexit referendum 

Trump joue de la flûte enchantée pour l’agenda du Nouvel ordre mondial – via Le Saker Francophone

Dans mon dernier article, « La Fed est le kamikaze d’un programme plus ambitieux », j’ai exploré et déconstruit la récente propagande entourant les mesures de resserrement de la Réserve fédérale, y compris la propagande selon laquelle Jerome Powell est une sorte de banquier central voyou qui rééquilibre le système pour le bien de la nation.

Résumé des points soulevés dans cet article :

La Fed a délibérément créé la bulle afin de pouvoir la faire imploser au moment opportun. En d’autres termes, le crash auquel nous avons assisté au cours du dernier trimestre de 2018 et qui se poursuit en 2019 constitue une démolition contrôlée de l’économie. Jerome Powell n’est pas une sorte de rebelle qui s’oppose aux diktats d’argent facile de la Fed. Jerome Powell joue le rôle qui lui a été confié. Ben Bernanke et Janet Yellen avaient pour tâche de gonfler la bulle. Le travail de Jérôme Powell est de la faire éclater.

C’est une tactique utilisée par la Fed et les globalistes qui la dirigent depuis plus de cent ans : concocter une bulle de la dette, la dégonfler en provoquant une crise, siphonner les avoirs solides contre quelques sous pour un dollar, utiliser la panique pour acquérir plus de pouvoir et pousser la centralisation, introduire de nouvelles mesures de contrôle pendant que tout le monde regarde ailleurs, tirer la chasse d’eau, et recommencer.

Ce processus de démolition contrôlée nécessite un art consommé de la prestidigitation afin que les banques centrales et les globalistes évitent, en fin de compte, d’être tenus pour responsables des conséquences douloureuses de l’événement. Entre en scène Donald Trump et le faux paradigme Trump contre les Globalistes. Comme je l’ai mentionné la semaine dernière, la Fed n’est que l’une des faces de la crise. Trump est l’autre. […]

Source : Trump joue de la flûte enchantée pour l’agenda du Nouvel ordre mondial – Le Saker Francophone

Si l’article 50 était prolongé, les électeurs britanniques puniraient les Conservateurs lors des élections locales de mai | @BrexitCentral

Les sept derniers jours ont été une semaine mémorable dans la politique britannique. De grandes batailles ont été livrées, des personnalités politiques ont été mises à l’épreuve et une frénésie que je n’avais jamais connue auparavant dans ma carrière politique s’est manifestée. En fin de compte, la motion du gouvernement visant à accepter l’accord de retrait a été complètement rejetée et la motion de censure de Jeremy Corbyn contre le gouvernement est intervenu – et surtout est repartie – au Parlement comme un canard boîteux, mais avec quelques discours bien exécutés et très mémorables, notamment celui prononcé par Michael Gove, et de certains politiciens des deux camps de la Chambre. Avant que le brouillard de la bataille de la semaine dernière ne se dissipe, les spéculations et les débats sur la suite des événements continuent d’être intenses.

Une option dangereuse s’est présentée. « L’article 50 doit maintenant être étendu pour donner suffisamment de temps pour trouver une solution à cette impasse », disent certains. À première vue, certains penseront que cela semble raisonnable et mesuré compte tenu de l’ampleur de la polarisation sur la question et de l’absence d’une majorité parlementaire dans son ensemble ; mais ne serait-ce pas plus que de laisser le Brexit exposé et vulnérable aux forces qui souhaitent l’étrangler et le tuer […]

Source : If Article 50 were extended, voters would punish the Tories at the May local elections | BrexitCentral

Traité d’Aix-la-Chapelle : «Paris et Berlin se placent sous protection américaine» – via @FigaroVox

Dans ce nouveau traité où le symbolique l’emporte sur le stratégique, l’allégeance à l’OTAN est cette fois-ci directement inscrite dans le texte.
Le reste des dispositions prévues est donc un simple rappel de ce qui existe déjà en termes d’échanges franco-allemands : promotion du bilinguisme, eurorégion, coopération militaire et industrielle, soutien à l’Allemagne au conseil de sécurité de l’ONU… La seule nouveauté est l’assemblée et le conseil de défense franco-allemand.

Vue d’Allemagne, la réconciliation franco-allemande est un simple rituel mémoriel qui vise à se faire pardonner les deux dernières guerres mondiales. Voilà pourquoi Berlin multiplie les gestes d’amitié avec Paris qui rêve toujours de grandeur. Mais passer de l’amitié à l’amour est périlleux. Tandis qu’on palabre entre voisins, l’argent reste à Francfort et le commandement militaire reste à Washington. Avec le vieil ami de Paris, on se remémore la légende de Charlemagne, histoire d’oublier que c’est toujours Donald Trump qui tient les rênes.

Source : Traité d’Aix-la-Chapelle : «Paris et Berlin se placent sous protection américaine»

Inégalités : 26 milliardaires possèdent autant que 3,8 milliards de pauvres – via @MarianneleMag

La richesse des 2208 milliardaires mondiaux a augmenté de 900 milliards en 2018, quand celle de la moitié la plus pauvre de l’humanité a diminué de 11%, selon un rapport de l’ONG Oxfam publié ce lundi 21 janvier.

Ils sont passés de 43 en 2017 à 26 en 2018: le nombre d’ultra-riches possédant à eux seuls autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité a encore diminué, selon un rapport de l’ONG Oxfam publié ce lundi 21 janvier. Autrement dit : le fossé des inégalités économiques n’a jamais été si profond et ce, notamment en raison d’une fiscalité très avantageuse pour les plus fortunés, relève l’ONG dédiée à la lutte contre les inégalités.

Les 2.208 milliardaires de la planète, dont le nombre a doublé depuis la crise financière de 2008, ont engrangé 900 milliards de dollars supplémentaires l’an dernier – 2,5 milliards par jour -, quand les 3,8 milliards d’humains les plus pauvres ont vu leur richesse diminuer de 11%. Résultat : 1% de la fortune – 112 milliards de dollars en 2018 – de l’homme le plus riche du monde, le patron d’Amazon Jeff Bezos, équivaut au budget de santé de l’Ethiopie. […]

Source : Inégalités : 26 milliardaires possèdent autant que 3,8 milliards de pauvres

Jérôme Sainte-Marie : «Pourquoi les Gilets jaunes profitent plus à Le Pen qu’à Mélenchon» – via @Le_Figaro

FIGAROVOX/ENTRETIEN – Le sondeur Jérôme Sainte-Marie analyse les conséquences électorales de la crise des Gilets jaunes. Il explique pourquoi le Rassemblement national et Debout la France bénéficient mieux que la France insoumise des retombées du mouvement.

Un récent sondage (Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio) indique que pour la première fois le Rassemblement national est considéré comme incarnant mieux l’opposition que la France insoumise. Le mouvement des Gilets jaunes est-il une aubaine pour le Rassemblement national?

Jérôme SAINTE-MARIE.- Assurément. L’IFOP posant cette question depuis l’accession au pouvoir d’Emmanuel Macron, on peut mieux comprendre ce qui se passe. Ainsi, la proportion de personnes citant le Rassemblement national est passé 22% en septembre à 35% aujourd’hui, cependant que la France insoumise voyait son score baisser d’à peu près autant, de 42% à 30%. Durant toute l’année précédente, marquée par la réforme du Code du travail, de l’accès à l’Université et du statut de la SNCF, le parti de Jean-Luc Mélenchon a pu s’affirmer comme principal opposant, mais sur fond de défaites successives du mouvement social. Ces batailles lui convenaient aussi bien qu’elles embarrassaient le Rassemblement national. Celui-ci doit en effet composer avec les contradictions de son électorat, où cohabitent nombre de commerçants, travailleurs indépendants et de petits patrons avec une masse significative de salariés modestes: selon l’institut IPSOS, 37% des ouvriers et 32% des employés ayant voté le 23 avril 2017 ont choisi Marine Le Pen. Ces différentes catégories n’ont pas les mêmes intérêts ni les mêmes positions, par exemple sur la revalorisation du salaire minimum. Mais cet embarras, très perceptible il y a un an, n’existe plus pour le Rassemblement national: la mobilisation des Gilets jaunes est partie sur une question fiscale, et plus précisément sur une taxe, qui frappe toutes les catégories sociales à la fois. […]

Source : Jérôme Sainte-Marie : «Pourquoi les Gilets jaunes profitent plus à Le Pen qu’à Mélenchon»



Tribune Libre - Articles de la communauté [tous les articles]


Illustrations au hasard [toutes les illustrations]

Le patriotisme est chose sainte. C’est la vertu, la fierté, la santé et la consolation des peuples. C’est lui qui, seul, dans l’égoïsme abominable où nous nous mourons, dans la décomposition du sang de la France qui va pourrissant chaque jour davantage les meilleurs et les plus robustes, peut encore aux heures suprêmes du danger, faire germer, sur notre sol dégénéré, les semailles des gloires anciennes, et rallumer les enthousiasmes éteints dans nos cœurs refroidis.

Octave Mirbeau, Le Gaulois, 11 janvier 1883.



Contenu Soverain [tous les articles]


Vidéo à la Une
Suggestions de l'équipe