Un mouvement d’extrême droite Allemand se qualifie de « citoyens du Reich »

Note de Soverain : Après les néo-nazis Ukrainiens de Svoboda et du Secteur droit, place aux citoyens du Reich allemands ? Le seconde guerre mondiale et le IIIème Reich nous semblent loin, mais les résurgences ultra nationalistes de ces dernières années ont de quoi inquiéter. Entre l’Ukraine et les pays baltes, où les célébrations du nazisme sont encore présentes, un nouveau mouvement se faisant appeler « citoyens du Reich » émerge en Allemagne. Il compte aujourd’hui plus de 20.000 membres, avec une croissance de plus en plus importante ces dernières années. Cette situation devrait alerter les autorités allemandes mais les dispositions prises ne semblent pas à la hauteur de la menace…

Article de TruePublica, traduit par Soverain

Par Ian Allen de IntelNews : Les partisans d’un mouvement d’extrême droite étrange en Allemagne, qui prétendent être des citoyens de Prusse, s’arment et représentent une menace croissante pour la sécurité, selon un nouveau rapport du service national d’espionnage du pays.

Les membres du mouvement s’appellent eux-mêmes Reichsbuerger (« citoyens du Reich ») et rejettent la légitimité de la République fédérale d’Allemagne. En lieu et place de l’Etat allemand actuel, issu de l’union de l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest en 1990, les Reichsbuergers jurent fidélité au Reich allemand, l’Etat nazi allemand qui a existé entre 1933 et 1945. Ils affirment également que le Deutsches Reich, qu’ils appellent parfois la Prusse, continue d’exister dans son état d’avant 1945 et est toujours gouverné par un gouvernement provisoire en exil.

Dans certains cas, les partisans du Reichsbuerger ont contacté des ambassades étrangères à Berlin et ont demandé à être reconnus comme citoyens du Troisième Reich, mais sans succès. En outre, certaines associations de Reichsbuerger délivrent des cartes d’identité et des plaques d’immatriculation du Reich allemand. Mais celles-ci sont rejetées au motif qu’elles sont  » farfelues  » par les autorités allemandes, qui ont toujours refusé de prendre au sérieux les adhérents du Reichsbuerger.

Depuis peu, l’Office fédéral pour la protection de la Constitution (BfV), principal organisme de sécurité intérieure de l’Allemagne, a déclaré que le mouvement Reichsbuerger se développe et doit être considéré comme une menace potentielle pour la sécurité. Selon le rapport annuel de la BfV, publié mardi, le mouvement Reichsbuerger s’est développé de plus de 65 % depuis 2016 et compte actuellement environ 20 000 membres engagés.

Dans son rapport, la BfV note que la progression du nombre d’adhérents au Reichsbuerger peut être attribuée en partie à l’attention accrue que les autorités allemandes ont accordée aux organisations d’extrême droite ces dernières années. L’agence déclare également qu’environ 5% seulement des Reichsbuergers peuvent être décrits comme des extrémistes violents ou potentiellement violents.

Cependant, les Reichsbuergers violents sont passés de 500 en 2016 à 900 en 2017, soit une augmentation de 80% en un an, selon le rapport. De plus, selon le BfV, de nombreux membres du mouvement Reichsbuerger entretiennent des contacts étroits avec les réseaux criminels d’extrême droite allemands, dont les membres comprennent des partisans actuels et anciens du National Socialist Underground (NSU).

Plus tôt ce mois-ci, plusieurs membres du NSU ont été reconnus coupables d’avoir participé à dix assassinats d’immigrants pour des motifs politiques entre 2000 et 2007.

Le rapport de la BfV indique que les Reichsbuergers considèrent de plus en plus les actes violents de la NSU comme des exemples à suivre, et qu’ils tentent systématiquement – et réussissent généralement – d’obtenir des permis d’armes à feu. Dans un rapport publié plus tôt cette année, la BfV avait prévenu que le mouvement Reichsbuerger essayait de construire une armée.

Article de TruePublica, traduit par Soverain





À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.