L’UE risque de perdre l’Allemagne si elle choisit de mener un combat constitutionnel à mort, ou l’euro si elle ne le fait pas

Un conflit majeur est en cours entre la Cour constitutionnelle allemande et la BCE et la CJUE, qui pourrait menacer l’avenir de l’UE.

Pas à pas, la machine institutionnelle de l’UE commet avec le peuple allemand la même erreur qu’avec le peuple britannique. Elle tient pour acquis une nation respectueuse des lois et bien intentionnée.

Elle traite avec mépris les sensibilités légitimes d’un grand contributeur net et joue avec le droit constitutionnel. La Cour européenne de justice (CJUE) a pris l’habitude de revendiquer des pouvoirs qui ne sont ancrés dans aucun texte du traité, faisant progresser le fédéralisme de Monnet par un étrange mélange de bravade et de furtivité.

L’UE a supposé qu’elle pouvait s’en tirer parce que la classe politique allemande a été largement complice – jusqu’à un certain point – mais l’Europe s’est maintenant heurtée à la résistance indéfectible de la Cour constitutionnelle allemande, le défenseur de l’État de droit de l’après-guerre, et de l’organe qui aime à se considérer comme le « tribunal du peuple ».

Le juge en chef sortant Andreas Vosskuhle a déclaré à Die Zeit que les juges pourpres du Verfassungsgericht de Karlsruhe parlent au nom des « gens normaux » d’Allemagne, ces âmes laborieuses qui se plaignent rarement et sont oubliées par le système judiciaire. Il a déclaré avec insistance que le tribunal est le contrepoids des « élites libérales ».

Son jugement explosif du 5 mai a été un double coup de semonce pour la Banque centrale européenne et la Cour européenne. « La Cour constitutionnelle a estimé que les actions et les décisions des organes européens outrepassent leur compétence légitime, et n’ont donc aucune validité en Allemagne », a-t-il déclaré.

La Cour constitutionnelle allemande

Le ton était étonnamment brutal. Le tribunal a jugé que la BCE avait « manifestement » enfreint le principe de proportionnalité avec des achats d’obligations dépassant 2 200 milliards d’euros, et s’était écartée du domaine monétaire pour mener une politique économique générale sans autorisation légale.

Elle a déclaré que l’arrêt de la CJUE en faveur d’un assouplissement quantitatif illimité était capricieux, « incompréhensible » et ultra vires (Ndt: locution latine voulant dire « au-delà des pouvoirs »). « C’est une déclaration de guerre. L’arrêt est très dangereux pour la Cour européenne », a déclaré le professeur Franz Mayer de l’université de Bielefeld.

Les mots étaient sulfureux, mais c’était précisément le but. Que le Verfassungsgericht ait raison ou non sur les aspects techniques de la politique monétaire n’a aucune importance dans l’histoire de l’Europe. La décision est un cri primordial venant du plus profond de la nation allemande.

« La cour savait ce qu’elle allait faire en rendant ce jugement », a déclaré Martin Schultz, ex-président du Parlement européen et ardent défenseur de l’intégration européenne. « Ils ont porté atteinte à l’ordre juridique européen et doivent maintenant vivre avec ce reproche. »

En revanche, le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a qualifié ce jugement de « plus beau jugement de l’histoire de l’UE ». Il remet dans leur boîte les commissaires européens autoritaires et donne raison à l’idéologie souverainiste de son parti Droit et Justice.

Bruxelles semble maintenant déterminée à monter en puissance. La commissaire Ursula von der Leyen, allemande mais d’autant plus désireuse de prouver qu’elle est européenne, a réaffirmé la prétention de l’UE à la suprématie juridique et a promis une procédure d’infraction contre l’Allemagne.

Marcel Fratzscher, directeur de l’Institut allemand de recherche économique (DIW) et ex-chef de l’unité internationale de la BCE, affirme que l’UE joue avec le feu. « Les institutions européennes doivent prendre au sérieux la contestation de la Cour constitutionnelle, sinon des conséquences catastrophiques pourraient s’ensuivre », a-t-il déclaré. « Le point de vue dominant en Allemagne est que les politiques de la BCE depuis 2008 ont été conçues pour profiter aux pays plus faibles du sud de l’Europe aux dépens de l’Allemagne. Ce n’est pas un problème qui peut être écarté ».

Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne

Bruxelles et la communauté des think tanks financés par l’UE sont scandalisés par le défi lancé par Karlsruhe. Mais ceux qui exigent aujourd’hui que l’Allemagne mette ses juges au pas sont plus ou moins les mêmes qui réclament des sanctions maximales contre la Pologne et la Hongrie pour avoir fait exactement cela – mettre leurs juges au pas.

Le gouvernement allemand ne peut pas faire une telle chose. Le Versfassungsgericht est le pilier de l’ordre de l’après-guerre, le gardien moral de la nouvelle république, doté de pouvoirs extraordinaires pour contrôler les institutions démocratiques du pays.

Edmund Stoiber, ancien premier ministre de Bavière, a déclaré que l’UE n’était qu’une confédération d’États et que la cour allemande était tout à fait justifiée pour contrôler les abus des organes de l’UE. Il a averti Mme von der Leyen que le jugement doit être respecté et qu’elle entre dans des eaux périlleuses avec sa quête impétueuse.

Freidrich Merz, un pro-européen et l’un des deux principaux candidats à la succession d’Angela Merkel, a fait de même. Il a rejeté comme un non-sens la simple affirmation de la primauté juridique de l’UE et a ajouté sa voix à celles qui exigent que la Bundesbank se conforme aux ordres de retrait du programme d’achat d’obligations de la BCE (PSPP) si l’UE ne réagit pas de manière adéquate dans les trois mois. Les marchés n’ont pas encore compris que cette injonction signifie également que la Bundesbank pourrait devoir vendre des avoirs existants.

Arnaud Mares de Citigroup déclare que les investisseurs ont été étrangement insouciants, comme si le jugement était en quelque sorte « non contraignant » et pouvait être annulé. « Nous sommes en total désaccord avec cette interprétation bénigne », a-t-il déclaré. « Le jugement représente une véritable menace pour la stabilité de l’Europe et nécessite maintenant un exploit extraordinaire d’habileté politique – au même titre que la Déclaration Schuman en mai 1950 ».

Mais bien sûr, nous savons maintenant que le texte Schuman a en fait été rédigé à Washington sous la pression intense des États-Unis au début de la guerre froide. Aujourd’hui, aucune administration américaine n’exhorte les États de l’UE à unir leurs forces.

La déclaration Schuman de 1950 a constitué le grand bond en avant de l’intégration européenne de l’après-guerre. Mais elle a été rédigée en grande partie à Washington. CREDIT : eu.consilium

M. Mares, autrefois bras droit de Mario Draghi à la BCE, a déclaré que l’arrêt éviscère le marché unique, frappe à un moment particulièrement dangereux et « pourrait potentiellement amener l’Union européenne au point de rupture beaucoup plus vite que la plupart des gens ne le pensent ». Si le jugement ne couvre pas les 750 milliards d’euros d' »obligations pandémiques » lancées en mars dernier, il le fait implicitement parce que le nouveau dispositif franchit encore plus de lignes rouges.

L’assouplissement quantitatif (Ndt: en Anglais « QE ») en cas de pandémie n’est soumise à aucune des contraintes exigées pour les achats antérieurs d’obligations – la règle des 33 %, la « clé de répartition du capital » et la qualité du crédit. Elle est illimitée et donc au mépris flagrant de l’insistance de la cour sur des limites strictes. Que se passera-t-il donc lorsque les 750 milliards d’euros seront épuisés dans le courant de l’année et qu’ils auront besoin d’un nouveau coup de pouce ?

Environ 40 % des derniers achats seront effectués sur des obligations italiennes. L’économiste en chef de la BCE déclare ouvertement qu’ils visent à réduire les écarts de risque sur les « marchés souverains individuels » menacés par « l’ampleur prospective de l’émission de la dette publique ».

C’est un aveu que le QE s’est transformé en un sauvetage fiscal par des moyens détournés et qu’il empiète sur les prérogatives du Parlement allemand en matière d’impôts et de dépenses, ancrées dans la Loi fondamentale. La Cour déclare que les députés du Bundestag ne peuvent légalement aliéner ces pouvoirs fiscaux à un organisme supranational, même s’ils le souhaitent.

M. Mares affirme que la BCE ne peut rien offrir pour rassurer le Verfassungsgericht sur le fait qu’elle a fait son travail et pesé les effets économiques de ses actions. Les bases de ses actions sont déjà connues du public. « Nous ne voyons pas de véritable réconciliation entre la façon dont la BCE met en œuvre la politique monétaire et ce que le tribunal allemand juge acceptable, dans les trois mois ou à tout moment », a-t-il déclaré.

Le professeur Adam Tooze, de l’université de Columbia, estime que la décision allemande relève d’une science monétaire lugubre. Les juges n’ont pas réussi à s’accommoder de la nouvelle nature de la banque centrale dans un monde à taux zéro. Ils tombent dans la pseudo-économie idéaliste et s’appuient malicieusement sur des témoins anti-QE avec une hache aiguisée.

Mais le tribunal a néanmoins « raison de détecter un tour de passe-passe lorsque la BCE justifie un ensemble de politiques entièrement nouvelles » en citant son mandat de stabilité des prix. L’arrêt a « mis en lumière la mascarade de la BCE ».

Les plaignants allemands pensent que la BCE pratique un « keynésianisme redistributif déguisé en monnaie » et qu’elle est une agence technocratique opaque, « s’arrogeant des pouvoirs qui appartiennent à juste titre aux parlements nationaux, s’engageant sur la pente glissante vers un super-État européen ». C’est une évidence.

La tentative de la Commission de contraindre l’Allemagne à se conformer à ses obligations est un pari avec des enjeux colossaux. Elle contraint Berlin à prendre parti. Le gouvernement doit défendre le Verfassungsgericht et la Grundgesetz, la Grande Charte de la démocratie allemande.

Elle oblige à clarifier l’ambiguïté fondamentale de la structure constitutionnelle de l’UE. L’Union est-elle un super-État comme les États-Unis avec une véritable cour suprême, ou s’agit-il essentiellement d’une organisation de traités entre États indépendants ?

Les juges allemands ont statué catégoriquement que c’est la dernière hypothèse. Ils ont déclaré que l’UE n’est pas un « État fédéral » et que les nations souveraines restent « maîtres des traités ». Ils ont déclaré noir sur blanc que le tribunal allemand n’est « pas lié » par l’arrêt de la CJUE.

Bruxelles pourrait découvrir que si elle contraint une Allemagne réticente à choisir entre ces deux versions incompatibles de l’Europe, elle pourrait ne pas aimer la réponse.

Wolfgang Schauble, président rusé du Bundestag et intégrationniste européen, a conseillé à Bruxelles d’accepter la décision allemande. Il devrait chercher une issue « intelligente » et se retirer en terrain plus sûr plutôt que de forcer un spectacle qui pourrait terriblement mal finir.

« Les institutions indépendantes qui ne sont pas contrôlées démocratiquement doivent s’en tenir soigneusement à leur mandat et ne pas s’égarer », a-t-il déclaré. « La décision allemande ne peut pas être facilement réfutée ».

La Cour européenne demandait des comptes sur son traitement superficiel de la cour allemande dans un arrêt de 2018, comme si les questions sur l’expansion exponentielle du QE n’avaient pas besoin de réponse. Le Verfassungsgericht n’a jamais accepté la revendication de suprématie de la CJUE, se réservant toujours le droit d’annuler toute loi européenne qui enfreindrait la Grundgesetz.

La CJUE ne fait qu’affirmer la primauté. La doctrine a été inventée de toutes pièces dans l’affaire Costa/Enel en 1964, qui fait date. Cette jurisprudence d’amorce – essentiellement un bluff – a été tolérée par les États membres. Jusqu’à maintenant.

La suprématie juridique de l’UE ne repose sur aucun fondement juridique dans le traité. Les expansionnistes judiciaires de l’unité des services juridiques de l’UE ont essayé de l’intégrer au traité de Lisbonne, mais tout ce qu’ils ont obtenu, c’est une mince déclaration en annexe indiquant que le « droit établi de la Cour » a la primauté sur le droit national.

Cette déclaration est un cadeau. Les Britanniques savent que cela ne signifie pas grand-chose. Tony Blair a obtenu ce qu’il pensait (ou prétendait penser) être une dérogation à la Charte des droits de l’UE dans le traité de Lisbonne. Ce protocole 30 avait une valeur juridique supérieure à celle d’une déclaration, mais il a néanmoins été écarté par la suite comme un morceau de papier sans valeur par les juges de la CJUE. Deux poids, deux mesures.

Les juges allemands se sont opposés à maintes reprises à l’activisme judiciaire de la CJUE, dénonçant avec virulence son abus de la Charte pour étendre son pouvoir. Leur doigt a été sur la gâchette. Finalement, ils ont tiré. L’implicite est soudainement devenu explicite.

Cela change l’Europe d’un seul coup. Il y a eu d’autres cas où les tribunaux danois et tchèques n’ont pas appliqué le droit communautaire – ce qui a conduit à des enquêtes et à des reculs – mais il s’agissait d’épisodes mineurs de nature différente.

Le Verfassungsgericht a pris les choses en main et a annulé l’arrêt de la Cour européenne sur le droit du traité de l’UE lui-même, l’accusant d’avoir laissé une question existentielle en suspens. Il ne s’agit plus seulement de défendre la Grundgesetz.

Les ultra-européens ont raison de protester contre le fait que cette loi subvertit l’ordre juridique de l’UE tel qu’ils le souhaitent et rend le projet fédéraliste inapplicable. Mais ils ont pris de l’avance en croyant d’abord en leur propre version de la légalité.

Le tribunal populaire allemand a rompu le charme. La réalité politique est que le redoutable et silencieux Deutsche Volk a dit en langage pourpre que trop, c’est trop. L’ultra vires ne passera pas. Toute tentative de les contraindre à se soumettre est vouée à l’échec.

« Tôt ou tard, une telle chose devait se produire, et cela ne va pas se dissiper », a déclaré Marco Annunziata, un vétéran de l’économie européenne. « La zone euro que nous avons n’est pas celle à laquelle le public allemand a adhéré. Si elle glisse dans une union de transfert, les coûts pour l’Allemagne seraient importants et illimités.

« L’idée que l’Allemagne quitte la zone euro ne semble plus aussi farfelue qu’il y a 15 ans… seulement un peu plus farfelue que de penser que le Royaume-Uni pourrait quitter l’UE », a-t-il déclaré lors d’un débat de l’OMFIF. L’impensable devient pensable.

On serait tenté de dire que l’UE pourrait perdre son deuxième plus grand contributeur net et risquerait de perdre aussi sa puissance économique dominante.

Mais Bruxelles est dans un véritable dilemme. Elle ne peut pas non plus laisser l’euro imploser après être allée si loin. Le thème récurrent des tragédies classiques est que, parfois, il n’y a pas d’issue.

THE DAILY TELEGRAPH ; traduit par XPJ
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk