Qui sommes-nous?

Le mot « Soverain » est issu de l’ancien français et a donné le mot « souverain » que nous connaissons aujourd’hui.

 

Soverain a été créé fin 2017 par trois Français passionnés de politique et principalement soucieux de la souveraineté de notre pays. Depuis, l’équipe s’est agrandie et les projets se sont multipliés. Même si nous provenons d’horizons politiques divers, nous considérons l’indépendance de la France comme la clé de voûte de nos opinions politiques. Sans elle, la démocratie n’est qu’illusoire.

Depuis 1992, nous ne pouvions que constater la victoire des européistes aux élections dans notre pays. Aujourd’hui, la presse française est dans les mains de quelques intérêts privés, or la République française est sensée être le sanctuaire des droits de l’homme et de la liberté d’expression. Nous militerons toujours dans le sens de cette liberté si chère aux yeux de tous. La France a pu servir – dans sa longue et passionnante histoire – de phare pour les nations et les peuples du monde.

L’Européisme est une idéologie et non une fatalité ou bien l’horizon indépassable de la modernité. Elle peut et doit être combattue par tous les moyens de l’esprit, de la raison et des arguments.

Soverain s’inscrit dans l’histoire française de la critique impertinente à l’égard du pouvoir. Ce nouveau média milite pour la sortie de la France de l’Union européenne afin que nous retrouvions la démocratie et la grandeur de la Politique, oubliées et perdues depuis trop longtemps.

Le Brexit nous offre une incroyable opportunité d’analyser les conséquences politiques et économiques d’une sortie d’un pays de l’UE, mais aussi de constater la partialité de la couverture médiatique de cet évènement dans nos médias nationaux. Soverain vous propose donc un contenu exclusif concernant la situation outre-manche, permettant d’essayer de transposer, d’imaginer comment se dérouleraient le Frexit.

Ainsi, la division ne peut plus durer et la machine à perdre souverainiste doit commencer un jour, à gagner. La tâche est considérable mais la solution est pourtant simple : une seule bannière aux couleurs du Frexit. Peu importe la forme, peu importe les hommes, les idées elles, resteront à jamais.