Mme Tête de Citrouille à la présidence : un cauchemar

Halloween, Mme Tête de Citrouille et les primaires démocrates américaines.

Il y a quelques semaines, j’ai fait un cauchemar terrifiant, tellement horrible que je me suis réveillé en hurlant et que j’ai dû courir aux toilettes pour vomir dans les toilettes. Dans ce sombre spectacle d’horreur, je sculptais une citrouille pour Halloween.

La coiffe s’enleva facilement et j’éviscérisai rapidement l’intérieur visqueux, mais alors que je le faisais, je sentis une étrange sensation sur ma main, comme si une langue me mordait la peau.

Mais en finissant de sculpter le visage, les problèmes ont vraiment commencé.

La tête de citrouille s’est animée au fur et à mesure que les yeux et la bouche bougeaient, puis elle a commencé à parler d’une voix qui m’était familière, mais que je ne pouvais pas reconnaître. Des cheveux blonds ont commencé à pousser de sa tête quand elle a commencé à crier et à rebondir sur la table d’une manière hystérique.

J’ai bondit de peur et tremblé quand elle a commencé à glousser, « Je me lance, je me lance, je me lance. »

Le sang coulait entre ses dents taillées et ses yeux bleus palpitaient avec la frénésie d’un tueur en série dans un film d’horreur.

Je me suis réveillé en hurlant quand j’ai réalisé que c’était Hillary Clinton.

Cette terreur nocturne était si horrible que je l’ai gardée pour moi. Mais une semaine plus tard, lorsque le prochain pseudo-débat démocrate a été annoncé, j’ai dit à ma femme que quelque chose me disait qu’Hillary Clinton serait la candidate démocrate et que les débats n’étaient qu’une parenthèse.

Elle a dit qu’elle pensait que cela n’arriverait jamais et que Clinton était maintenant détestée et finie.

Je n’étais pas du tout d’accord mais je ne pouvais pas raconter mon cauchemar car le décrire à ce moment-là aurait provoqué plus de nausées à l’idée du monstre de la nuit.

Puis, la semaine dernière, au cours du débat démocrate, la courageuse Tulsi Gabbard a dénoncé le militarisme meurtrier de la politique étrangère américaine et de ses opérations de changement de régime en recourant aux terroristes sponsorisés en Syrie et ailleurs dans le monde.

Elle a dénoncé avec calme et éloquence les positions militaristes des autres candidats qui se tenaient à ses côtés, qui ont écouté avec angoisse et effroi une vérité patriotique américaine dont ils n’osent même pas penser, tellement ils sont achetés et vendus.

C’était une femme seule parmi une bande de lèche-bottes dénonçant les politiques meurtrières menées par les présidents démocrate et républicain et imposant au peuple américain à travers un vaste réseau de propagande, qui se fient à leurs pires instincts.

Il a fallu quelques minutes éblouissantes, car il est si rare, presque inouï, qu’un homme politique dise aux Américains la brutale vérité sur leur gouvernement.

Pour beaucoup, c’était un signe d’espoir, mais pour les forces du mal qui dirigent ce pays, la représentante Gabbard était allée trop loin et les réactions virulente devaient sortir, cette fois avec Hillary Clinton, la Dame Citrouille et ses complices au New York Times et au Washington Post, qui ont constamment dénigrer Tulsi Gabbard dans le but d’écraser sa candidature.

J’ai senti que mon rêve était prophétique quand Clinton, de sa manière visqueuse, a attaqué Tulsi Gabbard, sans la nommer, en disant :

Je ne fais aucun pronostic, mais je pense qu’ils [les Russes] ont l’œil sur quelqu’un qui est actuellement aux primaires démocrates et qui la préparent pour être leur candidat. C’est la préférée des Russes. Ils ont un tas de sites et de bots et d’autres outils pour la soutenir jusqu’à présent.

Eh bien, je ne fais aucune pronostic non plus ; je laisse cela à mon cauchemar pour faire ma causerie.

Il me dit qu’Hillary-O-Lantern (Ndt : Jack-O-Lantern est le nom de la lanterne en tête de citrouille), crachant du sang, est en train de se lancer dans la course et de tirer à vue.

C’est la favorite de la CIA et du complexe militaro-industriel et de tous ceux qui profitent de la guerre et qui vivent sur les morts partout dans le monde.

Ils ont des tas de sites, de bots et de conspirateurs de fake news et toutes sortes de moyens pour la soutenir, ce qu’ils font depuis de nombreuses années, à travers leurs complots construits du type Russiagate, de l’Ukraine et leur soutien barbare aux guerres partout, notamment la destruction de la Libye et leur réaction heureuse à la mort démoniaque de Khadafi, un crime parmi tant d’autres.

Tulsi, qui n’a jamais tremblé, l’a dit franchement et sincèrement en réponse :

Super, merci. Merci. Vous, Reine des fauteurs de guerre, incarnation de la corruption et de la pourriture qui a rendu le Parti démocrate malade pendant si longtemps, êtes enfin sortie de la coulisse.

Depuis le jour où j’ai annoncé ma candidature, il y a eu une campagne concertée pour détruire ma réputation. Nous nous demandions qui était derrière tout cela et pourquoi. Maintenant nous savons – c’était toujours vous, à travers vos procurations et votre campagne concertée pour détruire ma réputation.

Nous nous demandions qui était derrière tout cela et pourquoi. Maintenant, nous le savons – c’était toujours vous, par l’intermédiaire de vos mandataires et de vos puissants alliés dans les médias mainstream et la machine de guerre, qui aviez peur de la menace que je représente.

Il est maintenant clair que cette primaire est entre vous et moi. Ne vous cachez pas lâchement derrière vos procurations. Entrez dans l’arène.

Elle a dit ensuite : « Je m’oppose à tout ce qu’elle représente.« 

Halloween est le temps des masques et de la dissimulation. Hillary Clinton est une figure tout droit sortie d’une fête d’Halloween grotesque, comme le sont ses clones du parti démocrate.

Tulsi Gabbard n’a pas été invité à leur fête mais est venu quand même, et est venu dire la vérité sur cette mascarade.

Elle a arraché le masque de Clinton et demande au peuple américain de voir le vrai visage de Clinton et de tous ses serviteurs, qui représentent le triomphe de la guerre et de la mort, et le jeu malade que nous avons vécu, une guerre sans fin contre le terrorisme justifiée par des mensonges sans fin.

Norman O. Brown décrit si bien le décor :

Des voix ancestrales prophétisant la guerre ; des esprits ancestraux dans la danse macabre ou danse de guerre ; Valhalla, des guerriers fantomatiques qui s’entretuent et renaissent pour se battre à nouveau.

Toute guerre est fantomatique, chaque armée un exercitus feralis (une armée de fantômes), chaque soldat un cadavre vivant.

Le mensonge est la principale cause de décès aux États-Unis.

Tulsi Gabbard a dit la vérité.

Comme moi, je suis sûr que vous ne voulez pas que vos cauchemars deviennent réalité. Vivons dans la vérité.

Edward Curtin

Off Guardian ; traduit par XPJ
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk