Limiter le QE pour briser les insurgés en Italie est un jeu dangereux

L’Italie n’a plus de prêteur de dernier ressort derrière sa dette souveraine et ne dispose donc d’aucun moyen de défense pour son système bancaire commercial.

La Banque centrale européenne supprime progressivement son bouclier au fur et à mesure que l’assouplissement quantitatif est liquidé et que les achats d’obligations italiennes tombent à zéro. Il n’y aura pas de protection d’ici la fin de l’année. La promesse de Draghi de faire « tout ce qu’il faut » ne tient plus.

Aucun sauvetage futur par la BCE n’est possible à moins que le gouvernement italien du moment – approuvé par le Parlement – n’invoque formellement les mécanismes de sauvetage (OMT-ESM) et n’accepte l’austérité imposée par Bruxelles. Cela équivaudrait à un régime « troïka ».

Le prêt de sauvetage nécessiterait un vote au Bundestag allemand et au Tweede Kamer néerlandais. Les termes seraient draconiens. L’Italie serait soumise à l’occupation économique étrangère. Il est inconcevable que les nationalistes de la Lega et les insurgés du Mouvement 5 Étoiles acceptent un tel paquet. Certains d’entre eux y verraient une opportunité tactique de libérer leur pays de la « prison allemande » de l’union monétaire.

Le président Sergio Mattarella est peut-être un homme de Virtù, mais il est aussi un homme politique non élu de la vieille « casta ». S’il tente de livrer l’Italie à des commissaires au budget de l’UE par l’intermédiaire d’un gouvernement technique, au mépris de son propre parlement, il risque une rupture dangereuse de l’ordre civil.

Nous revenons en effet aux conditions de la crise de 2011, lorsqu’un État membre de la zone euro pouvait perdre l’accès aux marchés des capitaux et sombrer dans la faillite, comme toute entreprise privée, ou la ville de Detroit, ou le comté d’Orange (1994).

L’Italie est un paradoxe. Le pays n’a pas de problème de dette en tant que tel. Alors que le passif public est élevé à 132 % du PIB, le passif privé est faible. La Banque des Règlements Internationaux (BRI) estime que la dette totale est de 263 % du PIB, contre 290 % aux Pays-Bas, 303 % en France, 321 % au Portugal et 338 % en Belgique.

Les Italiens ont une plus grande richesse financière par habitant que les Allemands. Ils ont 1 000 milliards d’euros de comptes bancaires et 3 000 milliards de dollars d’actifs liquides. Le pays a un excédent de la balance courante de 2,6 % du PIB. Elle affiche un excédent budgétaire primaire de 1,7 % du PIB, et un meilleur bilan budgétaire que la France ou l’Espagne depuis peu.

Elle est riche mais elle s’est retrouvée piégée dans un « mauvais équilibre » avec un taux de change intra-UEM surévalué. Elle s’est automutilée au cours de la première décennie perdue : elle a été frappée par les politiques européennes au cours de la deuxième décennie perdue. Les politiques de contraction de la zone euro ont fatalement déstabilisé la dynamique de la dette. Les réductions forcées des investissements et la crise du chômage de masse ont abaissé la limite de vitesse économique. C’était une catastrophe politique.

Néanmoins, si l’Italie était un État souverain avec sa propre monnaie et sa propre banque centrale, elle ne souffrirait pas de violentes convulsions sur les marchés obligataires. Elle n’est vulnérable qu’en raison de la structure politisée et déformée de l’union monétaire. Ce que les marchés craignent vraiment, ce n’est pas le déficit budgétaire du Mouvement 5 étoiles-Lega, mais le fait que l’Europe pourrait couper les liquidités dans une tentative dérangée de donner une leçon aux rebelles eurosceptiques.

Ce n’est pas le « pacte pour le gouvernement » de la coalition qui a déclenché le krach mardi. Ce n’était pas non plus le spectacle d’un ministre des finances putatif – Paulo Savona – appelant à un changement de philosophie de la zone euro : s’éloigner de la déflation de la dette allemande et de la stabilité du cercueil (Pacte fiscal) ; revenir aux principes originaux de Maastricht. Son leitmotiv est l’article 3 du Traité de Lisbonne : « le « plein emploi » et la « cohésion économique ».

Les marchés avaient largement supposé que les Lega-Grillini limiteraient leurs excès budgétaires et que l’UE aurait le bon sens de rechercher un modus vivendi. Ce qui a déclenché le plus grand mouvement d’une journée des rendements obligataires italiens à deux ans depuis la crise du MCE en 1992, c’est la décision de l’appareil de l’UE – par l’intermédiaire du Quirinale de Rome – de prendre la décision périlleuse d’essayer de briser la volonté des rebelles et de les empêcher de promulguer des engagements formels.

Le commissaire européen allemand, Gunther Oettinger, a provoqué un tollé en déclarant que les marchés obligataires apprendraient aux Italiens « à ne pas voter pour les populistes de droite et de gauche ». Les murmures les plus significatifs sont venus de Francfort, le vrai exécuteur en la matière.

Le vice-président de la BCE, Vitor Constâncio, n’a laissé aucun doute dans un entretien Spiegel que la banque centrale augmentera la pression contre l’Italie pour faire respecter les règles. La question est de savoir si la BCE passera d’un refus passif d’aider l’Italie – le paramètre par défaut – à un geste offensif pour freiner le réinvestissement de ses avoirs obligataires italiens à leur expiration.

Ce serait un tremblement de terre. La BCE détient le cinquième de l’encours de la dette italienne. Krishna Guha d’Evercore ISI dit que le risque n’est « pas entièrement écarté sur les marchés ».

Techniquement, l’Italie reste éligible tant qu’au moins une agence de notation maintient une notation de qualité d’investissement. Il s’agit d’un amortisseur mince. Un déclassement de deux crans serait suffisant pour déclencher la spirale descendante. A ce stade, la BCE pourrait choisir de lui accorder une « dérogation » si elle le souhaite, ou de la refuser. Les banquiers jouent à Dieu.

Dans le cas de la Grèce, c’est la levée d’une renonciation bien connue qui a déclenché l’irrésistible fuite des capitaux et l’effondrement du système bancaire. Le pas a été fait avant que Syriza n’ait fait quoi que ce soit. C’était un coup de poing grossier.

« Mario Draghi a retiré sa renonciation quelques heures après que je sois allé le voir à Francfort pour démontrer son pouvoir. Il a trouvé un moyen astucieux de lancer une opération bancaire et de nous forcer à nous soumettre à la Troïka « , a déclaré Yanis Varoufakis, alors ministre des finances.

« Il y a une variété de mécanismes pour presser l’Italie. Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent avec les règles sur les garanties. Ils peuvent toujours trouver quelque chose dans le règlement, qu’ils ont eux-mêmes écrit, sans aucun contrôle démocratique », a-t-il dit.

« Ils peuvent manipuler les agences de notation en lançant des rumeurs. Ils peuvent empêcher les banques italiennes de refinancer leurs avoirs en bons du Trésor italien et créer une crise de refinancement. Ils peuvent utiliser le supplice de la goutte d’eau (lien wiki) en rationnant les liquidités. Mais la meilleure arme est de mettre fin au QE pour l’Italie au fur et à mesure que les obligations arrivent à maturité. S’ils font cela, tout l’enfer va se déchaîner « , a-t-il dit.

C’est un jeu dangereux pour les autorités de l’UE. L’effondrement des actions des banques italiennes (et européennes) cette semaine confirme que la « boucle de malheur » est bien vivante. Les fortunes des États membres de l’UEM et de leurs banques sont liées entre elles. Chacun peut faire tomber l’autre dans une spirale imparable.

Les banques italiennes détiennent encore 330 milliards d’euros de la dette souveraine du pays. Eric Dor, de l’école de commerce IESEG de Lille, indique que les avoirs s’élèvent à 327 % du capital de base de Banco BPM, soit 206 % pour MPS et 151 % pour Banca Carige. Intesa SanPaolo détient 81 milliards d’euros.

« Ils font face à des pertes réelles et ils devront bientôt mettre leurs titres sur le marché « , a-t-il dit. Le réseau atteint le Sabadell en Espagne, le BNP Paribas en France et le Dexia en Belgique.

La question est ouverte de savoir si une guerre « propagée » sur les marchés obligataires parviendrait à convaincre les Italiens de voter pour la prudence à ce stade tardif, colérique, amer et cynique du drame de l’euro. « Il y a ceux qui sont prêts à s’agenouiller et à se soumettre à la tyrannie des marchés financiers, et il y en a d’autres qui ne le sont pas « , a déclaré Beppe Grillo, fondateur du Mouvement 5 Etoiles.

L’ambiance n’a rien à voir avec 2011, lorsque la foi en l’Europe était encore vivante et qu’ils ont accepté le gouvernement technocratique de Mario Monti et son équipe de fonctionnaires de l’UE. Les élections de mars ont été un cri capital contre Bruxelles, Berlin et le régime de la terre brûlée imposé à l’Italie – qui a échoué, même en termes bruts, puisque la contraction du PIB nominal a entraîné une augmentation plus rapide du taux d’endettement.

Les Italiens sont cette fois plus attentifs à l’ensemble des outils de pression financière de l’UE et à sa dépendance à l’égard de ce qui apparaît à l’œil non averti comme des forces du marché pour imposer la discipline. Trop de choses ont été révélées dans le passé et par les lanceurs d’alerte.

Matteo Salvini, l’homme fort de la Léga, se prélasse de gloire en tant que défenseur de la démocratie italienne contre l’intervention étrangère, puisant dans une veine profonde du patriotisme italien. Il a gagné 10 points de pourcentage dans les sondages depuis les dernières élections.

En précipitant un nouveau vote en juillet ou en septembre – si cela devait se produire maintenant – le président Mattarella l’a transformé par inadvertance en un quasi-référendum sur l’Europe et l’euro. Les rebelles pourraient bien revenir en force.

Une simulation du Corriere della Sera a montré que la Lega et le M5S pourraient remporter ensemble une majorité écrasante de sièges au parlement s’ils combinent leurs forces tactiquement en bloc dans le cadre de la loi électorale en vigueur, faisant campagne sur l’exécution totale de leur contrat de coalition. La révolution serait imparable. (NDT: nous venons d’apprendre qu’un accord de gouvernement a été trouvé, de nouvelles élections n’auront donc pas lieu)

S’ils étaient alors poussés, ils pourraient activer leur monnaie parallèle « miniaturisée » pour se défendre et, ce faisant, déclencher la désintégration de l’euro de l’intérieur.

Quoi qu’il arrive, un tel défi italien ouvert sur les règles de dépenses de l’UE et le Pacte fiscal doit certainement condamner toute chance que l’Allemagne accepte le plan Macron pour l’union fiscale.

L’euro restera non réformé et impraticable au début de la prochaine récession mondiale. La « boucle de malheur » hantera à nouveau l’Europe. Les contours de la prochaine crise sont déjà douloureusement familiers et trop visibles.

 

Traduit par Soverain

Ambrose Evans-Pritchard

Source de l’article original : https://www.telegraph.co.uk/business/2018/05/30/restricting-qe-break-rebel-defiance-italy-dangerous-game/