La grande gueule de l’Europe

Ce que la lettre ouverte de Macron dĂ©voile sur l’avenir de la politique europĂ©enne.

La lettre d’amour d’Emmanuel Macron Ă  l’Europe est une comĂ©die – et du Macron Ă  l’Ă©tat pur.

Peut-ĂŞtre plus que tout autre homme politique, le prĂ©sident français a le don de s’emparer de l’agenda de l’actualitĂ© europĂ©enne. Par des dĂ©monstrations d’exubĂ©rance, Macron a forgĂ© une marque immĂ©diatement reconnaissable, a procĂ©dĂ© Ă  une ascension vertigineuse vers le pouvoir, et a maintenu l’attention du continent depuis lors.

Lorsqu’il trĂ©buche – comme plus rĂ©cemment lorsqu’il a Ă©tĂ© assailli par le mouvement anti-système des Gilets Jaunes – Macron se met en scène publiquement, avec par exemple des dĂ©bats publics en grande pompe ou un particulièrement vantĂ© traitĂ© franco-allemand d’Aix-la-Chapelle avec la chancelière Angela Merkel, pour reprendre le dessus.

La lettre ouverte adressĂ©e cette semaine Ă  l’Europe – qui a Ă©tĂ© publiĂ©e dans les journaux de tous les pays de l’UE – ne fait pas exception. Se concentrer sur son contenu et ses propositions politiques, c’est passer Ă  cĂ´tĂ© de l’objectif de l’exercice. Sa vĂ©ritable importance rĂ©side dans ce qu’il nous dit  de lĂ  oĂą se dirige la politique sur un continent qui mute rapidement.

La lettre de M. Macron est un cri de ralliement en faveur d’une UE plus active et plus puissante. D’une part, il s’adresse principalement Ă  un public national. Le prĂ©sident français cherche Ă  attirer le soutien des Ă©lecteurs qui, bien que largement favorables Ă  l’UE, seraient plus enclins Ă  voter pour les socialistes français, pour les Verts ou pour les RĂ©publicains.

CrĂ©ditĂ© selon les sondage d’un peu plus de 20% des intentions de vote avec son parti La RĂ©publique En Marche – au coude Ă  coude avec le Rassemblement National menĂ© par la figure d’extrĂŞme droite Marine Le Pen – Macron ne peut se permettre de perdre aucun soutien de la droite ou de la gauche.

Mais la lettre a eu un autre public aussi. La controverse immĂ©diate que ses propositions ont suscitĂ©e dans toute l’Europe a donnĂ© Ă  Macron une nouvelle occasion de se prĂ©senter comme le seul meneur capable de dĂ©fendre le projet europĂ©en contre une prise de pouvoir populiste.

Par la mise en jeu de son prestige personnel dans la bataille pour le Parlement europĂ©en – et les Ă©chos qu’il en a eu dans toute l’Europe – Macron montre Ă©galement qu’il reconnaĂ®t que la scène politique europĂ©enne est cruciale pour les dirigeants nationaux.

Il y a dix ou vingt ans, les chefs d’État auraient traitĂ© l’Ă©lection du Parlement europĂ©en comme une simple farce. Aujourd’hui, la concentration de plus en plus visible du pouvoir collectif entre les mains des institutions de l’UE en a fait des enjeux qui valent la peine de dĂ©penser un capital politique consĂ©quent pour gagner.

Chacun mène sa lutte pour dĂ©cider du futur de l’UE

Ce n’est pas un champ de bataille oĂą l’on prend facilement le dessus.

Les crises successives – zone euro, migration, Brexit – ont crĂ©Ă© la nĂ©cessitĂ© d’un dĂ©bat politique transfrontalier. Mais leurs retombĂ©es ont polarisĂ© les sociĂ©tĂ©s et envenimĂ© la politique des partis nationaux.

Le fort enjeu des prochaines Ă©lections pour l’avenir de l’UE a agrandi le fossĂ© entre groupements de partis rivaux au sein du Parlement europĂ©en ainsi qu’entre forces politiques au niveau national. Cela a rendu le consensus europĂ©en difficile Ă  trouver sur, Ă  vrai dire, tout.

Tout le monde, qu’ils soit pro-europĂ©en ou eurosceptique, lutte pour dominer le dĂ©bat politique et dĂ©cider de l’avenir de l’UE.

Et le meilleur outil pour y parvenir : des actes flamboyants de mise en scène qui exploitent Ă  leur avantage les enjeux europĂ©ens. C’est ainsi que la nouvelle gĂ©nĂ©ration de dirigeants de l’UE – y compris Macron et, de l’autre cĂ´tĂ©, le dirigeant d’extrĂŞme droite italien Matteo Salvini – joue le jeu europĂ©en.

Aujourd’hui, le succès national est liĂ© Ă  la capacitĂ© Ă  prendre les devants sur la scène europĂ©enne. L’enseignement le plus important de la lettre de Macron est que la grande gueule de l’Europe a compris la nouvelle règle du jeu mieux que quiconque.

Alexander Clarkson

Source : POLITICO, traduit par XCN

0 0 voter
Évaluation de l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk