La Commission européenne est en train de lentement étrangler l’Europe

L’Union européenne est dirigée par des bureaucrates non élus, avides de pouvoir, qui n’ont aucun intérêt pour la démocratie, mais qui ont tout intérêt à accroître et à consolider leur pouvoir en publiant des tonnes de paperasserie sans fin. Cela étouffe l’innovation et étrangle lentement l’Europe. Mais ces bureaucrates s’en moquent.

Étouffant l’innovation et étranglant lentement l’Europe, ses bureaucrates s’en moquent.

Les bureaucrates de la Commission européenne n’ont pas seulement un mépris total pour la démocratie….

Il y a quelque chose à propos des bureaucrates. Ils savent qu’ils sont plus intelligents que nous. Ils sont allés dans les meilleures écoles et universités où ils se sont mis en réseau avec ce qui allait devenir la future classe dirigeante. Notre propre exemple le plus célèbre, Sir Humphrey Appleby GCB, KBE, MVO, MA (Oxon), savait très bien que les gens « ne font qu’entraver » la prise de décision raisonnable.

Quoi de plus attrayant pour un bureaucrate d’élite qu’un emploi à la Commission européenne (CE) ? Non seulement la CE fournit la fonction publique de l’Union européenne, mais elle est également à l’origine de toute la législation de l’UE.

Aujourd’hui, il est supposé y avoir une « double démocratie » dans l’UE – représentée par le Conseil européen (nommé par les gouvernements nationaux) et le Parlement européen (élu par les citoyens). Mais en réalité les bureaucrates de la CE courent autour des ministres des gouvernements nationaux ainsi que des parlementaires européens.

Un bon exemple de cela a été donné dans une interview de l’ancien ministre britannique Kenneth Baker par Peter Hennessy sur BBC Radio 4, le 23 août 2016, lors de l’émission Reflections. Lord Baker a indiqué qu’il était courant pour les fonctionnaires de la CE de présenter des propositions qui étaient rejetées par les ministres des gouvernements nationaux avant de revenir avec un ensemble pratiquement identique de propositions quelques mois après que ces ministres aient assumé d’autres responsabilités. Dans l’UE, les ministres et les parlementaires « entravent » également la prise de décision sensée. Alors quoi de mieux que de les ignorer ?

Et bien, il ne faut pas longtemps pour que les choses deviennent assez sinistres. Un bon exemple en est la nomination de Martin Selmayr, ancien chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, au poste de secrétaire général de la CE en février 2018, qui fait suite à un poste de secrétaire général adjoint vacant annoncé en interne. Il n’y avait qu’une seule autre candidate à ce poste, Clara Martinez Alberola, l’adjointe de Selmayr en tant que chef de cabinet. Elle s’est retirée de la course et Selmayr a été dûment nommé secrétaire général adjoint. Dans les neuf minutes qui ont suivi la nomination de Selmayr, le secrétaire général sortant, Alexander Italianer, a démissionné et Selmayr a été promu secrétaire général, tandis que Clara Martinezez Alberola a été promue chef de cabinet, l’ancien poste de Selmayr. Il y a eu de l’indignation au Parlement européen, l’eurodéputée française Françoise Grossetête décrivant la nomination de Selmayr comme une « mystification digne du parti communiste chinois ». Mais lors d’une audition parlementaire en mars 2018, Günter Oettinger, commissaire chargé du budget et des ressources humaines, a insisté sur le fait que les règles devaient être suivies dans « l’esprit supranational de l’administration publique européenne » et Juncker a déclaré qu’il démissionnerait de la présidence de la CE si la nomination de Selmayr était annulée.

Ce n’est guère mieux que l’autoritarisme. Mais Juncker, comme Sir Humphrey, n’est pas un adepte de la démocratie : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les Traités européens » (cité dans Le Figaro, 1er février 2015). Une démonstration particulièrement intéressante de cette déclaration est la manière dont le Traité sur l’UE – conçu pour créer des États-Unis d’Europe avec un président, un ministre des affaires étrangères, une armée et un hymne – n’a pas été ratifié en 2005 – lorsque la France et les Pays-Bas l’ont rejeté par référendum – pour ensuite refaire surface sous la forme du Traité de Lisbonne qui a été ratifié en 2007 – sans référendum – par les parlements nationaux des États membres.

Ce mépris total pour la démocratie existe depuis le tout début de l’UE. Jean Monnet, l’un de ses pères fondateurs et un homme qui n’a jamais été élu à une fonction publique, a déclaré dans une lettre adressée à un ami le 30 avril 1952 : « Les nations d’Europe devraient être guidées vers le super-État sans que leurs peuples comprennent ce qui se passe. Cela peut se faire par étapes successives, chacune déguisée en un objectif économique, mais qui conduira finalement et irréversiblement à la fédération ».

… Leur véritable objectif est d’accroître et de consolider leur propre pouvoir

Mais le mépris de la démocratie ne suffit pas pour l’élite des bureaucrates de la CE. Ils veulent aussi augmenter et consolider leur pouvoir.

Pour l’accroître, il faut adopter de plus en plus de règlements auxquels tout le monde doit se conformer. Les bureaucrates adorent la paperasserie – elle leur vient naturellement. À la CE, ils le font à foison. Depuis la création de l’UE, la CE a introduit plus de 80 000 lois différentes, avec des millions de pages de texte. Prenons l’exemple de la directive MiFID II, conçue pour protéger les investisseurs qui achètent des services financiers. Elle est entrée en vigueur en janvier 2018 et compte plus de 1,4 million de paragraphes. Elle est universellement considérée comme l’un des pires textes législatifs en matière de services financiers qui soient. Pas de problème – la CE prévoit déjà une MiFID III encore plus longue.

Ensuite, il y a les 13 000 droits de douane sur les marchandises importées fixés par la CE. En voici quelques exemples : 4,7 % sur les parapluies, 1,7 % sur les épées, machettes, baïonnettes et fourreaux, 4,2 % sur les véhicules de lancement suborbitaux et spatiaux et 15 % sur les monocycles. Vous payez le salaire et la pension d’un bureaucrate bruxellois pour fixer un tarif de 4,7 % sur les parapluies importés. Et pourquoi 4,7 % plutôt que 4,6 ou 4,8 % ? Comment justifient-ils cela ?

Une des justifications principales que la CE utilise pour les règles qu’elle introduit est le « principe de précaution ». Cela est indispensable pour « protéger » les consommateurs. Vous entendrez beaucoup de gens soutenir pleinement le « principe de précaution », car ils ne veulent pas d’un « nivellement par le bas » en ce qui concerne les normes des produits.

Bien que nous soyons tous favorables à des produits sûrs et fiables, le « principe de précaution » est également utilisé pour étouffer l’innovation dans les secteurs de la science et de la technologie. Voici un exemple au sujet de l’agriculture rapporté par le député Owen Paterson. La CE s’oppose depuis longtemps à la modification génétique, mais elle impose aujourd’hui les mêmes obstacles réglementaires à la manipulation génétique. Des scientifiques de l’Université du Minnesota et de Calyxt ont utilisé une méthode de modification génétique, TALEN, pour produire un blé résistant à l’oïdium et nécessitant ainsi moins de fongicide. Les technologies génétiques ont réduit l’utilisation des pesticides de 36,9 % en moyenne dans le monde, tout en augmentant les rendements de 21,6 %. Pourtant, ces technologies sont interdites dans l’UE. M. Paterson, ancien secrétaire d’État à l’environnement, à l’alimentation et aux affaires rurales, déclare que le « principe de précaution » condamne l’UE à être le « musée de l’agriculture ».

Bien que les bureaucrates soient à la fois incapables et hostiles à l’innovation, ils sont certainement capables d’accroître leur pouvoir en adoptant de plus en plus de règlementations, quelles qu’en soient les conséquences. Mais l’augmentation du pouvoir ne suffit pas s’il ne peut être consolidé. Les deux moyens les plus efficaces de consolider le pouvoir sont de prendre le contrôle de votre monnaie et de vos impôts.

….en prenant le contrôle de votre monnaie et de vos impôts

Il y a vingt ans, le 1er janvier 1999, l’euro a été introduit. C’est la monnaie commune des 19 membres de la zone euro. Jean-Claude Juncker a ainsi célébré son vingtième anniversaire : « Depuis 20 ans, l’euro apporte prospérité et protection à nos citoyens. Elle est devenue un symbole d’unité, de souveraineté et de stabilité ». Mais c’est le point de vue de Bruxelles qui détient désormais la « souveraineté » de l’euro.

L’expérience a été assez différente pour les différents États membres de la zone euro. L’euro a été introduit dans un groupe de pays dont les économies étaient si disparates que la mise en œuvre d’une politique monétaire unique assortie d’un taux d’intérêt unique dans la zone euro allait inévitablement conduire à une série de hauts et de bas dans les États périphériques lorsque ce taux serait adapté aux besoins des économies centrales, comme l’Allemagne. En outre, la manière dont les taux de change ont été fixés au début de l’union monétaire a conduit l’Allemagne vers un taux de change trop bas, tandis qu’ils ont conduit les pays périphériques vers des taux de change trop élevé.

Cela a inévitablement conduit les pays de la zone euro, surtout ceux du nord, en particulier l’Allemagne, à accumuler d’importants excédents commerciaux et les pays du sud, comme l’Italie et l’Espagne, à accumuler des déficits correspondants. Cela a, à son tour, encouragé la fuite des capitaux d’Italie et d’Espagne vers l’Allemagne de la part d’épargnants redoutant la solvabilité de leurs banques. Toutes ces transactions s’effectuent via Target2, le système de paiement de la zone euro, et créent des engagements pour les pays déficitaires. Fin 2018, l’Italie et l’Espagne devaient respectivement environ 500 milliards d’euros et 400 milliards d’euros qu’elles ne pourront jamais rembourser, et l’Allemagne devait plus de 900 milliards d’euros qu’elle ne pourra jamais rattraper.

ZeroHedge affirme que « le projet de l’euro a été un désastre économique pour tous les participants, y compris l’Allemagne, qui sera finalement forcée d’annuler les économies durement gagnées qu’elle a prêtées aux autres membres de la zone euro[viaTarget2]. Nous savons, avec une certitude absolue, que l’euro s’autodétruira et que la zone euro se désintégrera ».

Même l’europhile London School of Economics admet que « la crise de l’euro, qui a culminé en 2010 et continue de hanter la zone euro aujourd’hui, a été la crise économique la plus grave de l’histoire de l’Union européenne. En fait, la crise financière mondiale et la crise de la zone euro ont causé des dommages économiques plus durables dans certaines parties de l’Europe que lors de la Grande Dépression des années 1930. La crise économique s’est également transformée en une grave crise politique, car les conflits entre et au sein des États membres de l’UE sur la manière de résoudre la crise menacent à la fois l’intégration européenne et sa stabilité intérieure ».

Mais rien de tout cela n’a d’importance pour Juncker qui accueille positivement les crises comme un moyen de s’emparer de plus de pouvoir. Après tout, il ne fait que suivre les traces de son héros Monnet, qui déclarait également : « J’ai toujours cru que l’Europe se construirait par des crises et que ce serait la somme de leurs solutions. Mais les solutions devaient être proposées et appliquées ».

Ensuite, il y a les impôts. Un autre aspect clé de la « souveraineté » est le pouvoir de percevoir des impôts. La CE veut supprimer les vetos nationaux sur la politique fiscale. La raison invoquée est de mettre un terme aux stratagèmes d’évasion fiscale des grandes multinationales, ce qui s’est traduit par le fait que « la croissance et la compétitivité de l’UE ainsi que l’équité fiscale ont été bloquées ». Mais la véritable raison en est une plus grande consolidation du pouvoir de Bruxelles sur les États membres.

La CE a même réussi à intégrer la fiscalité dans les négociations sur le Brexit. Comme le souligne le professeur David Collins, l’accord de retrait transfère la politique fiscale du Royaume-Uni à la CE. Par exemple, le pouvoir d’accorder des allégements fiscaux aux jeunes entreprises ou à des secteurs clés de l’économie devrait être approuvé par Bruxelles.

Il est maintenant beaucoup trop tard pour que les États membres s’y opposent

Vous auriez pu penser que les États membres ne se contenteraient pas de se reposer sur leurs lauriers. De temps en temps, vous aurez des protestations, généralement de la part des Danois, qui sont presque aussi eurosceptiques que les Britanniques. Vous aurez périodiquement les gros titres des journaux avec les propos du Premier ministre danois comme ceci : « L’UE a BEAUCOUP TROP de pouvoir ! » ; « Le Premier ministre danois… a averti Bruxelles de tirer les leçons du vote Brexit, … a averti du niveau croissant d’eurosceptisme au Danemark, … et[a invité Bruxelles à abandonner] ses grandes idées d’États-Unis d’Europe ». Mais cela tombe dans l’oreille d’un sourd à Bruxelles. Il y aura les États-Unis d’Europe – c’est inscrit dans le Traité de Lisbonne. Les Danois ont la chance de ne pas faire partie de la zone euro, mais la CE sait très bien qu’une fois qu’elle contrôle votre monnaie et votre fiscalité, il n’y a plus aucun moyen d’y échapper.

Les bureaucrates de Bruxelles n’ont pas non plus abandonné la Grande-Bretagne. Comme le soutient Leo McKinstry : « Dans leur scénario, le Brexit est dépeint comme un projet fondamentalement stupide qui a toujours été certain de créer un désordre politique. Selon eux, la seule solution est d’abandonner l’accord retrait et de se soumettre une fois de plus à la règle de Bruxelles ». Mais il poursuit en disant : « Un tel geste bouleverserait non seulement le résultat du référendum de 2016, mais nous enchaînerait à une institution défaillante qui est dirigée de façon lamentable, idéologiquement bloquée, profondément antidémocratique et dont l’impopularité ne cesse de croître. Les difficultés du gouvernement britannique liées au Brexit sont bien pâles à côté des problèmes colossaux et auto-infligés de l’empire fédéral de Bruxelles ».

La Commission européenne est en train de lentement étrangler l’Europe – et elle s’en moque

Le vice-premier ministre italien Matteo Salvini l’a dit : « Les gens comme Juncker ont ruiné l’Europe et notre pays… [et l’euro] est un ‘crime contre l’humanité’. Mais Juncker se moque d’étrangler lentement l’Europe. Il sait qu’il a l’Italie et les autres membres de la zone euro à genoux devant lui qui le supplient. » C’est ce que signifie pour lui « l’union toujours plus étroite » – à genoux devant lui avec un bol de mendiant, tel Oliver Twist.

Le père d’un de mes amis travaillait pour Imperial Chemical Industries (ICI) au moment de l’indépendance de l’Inde à la fin des années 1940, lorsque tous les commissaires de district sont rentrés chez eux pour chercher du travail. Ils sont devenus des cadres intermédiaires dans des entreprises comme ICI. Au début, on pensait que c’était une bonne idée, mais le père de mon ami a dit : « Attendez, ils vont étrangler cet endroit dans la paperasserie ». Et c’est ce qu’il s’est avéré. Il en ira de même avec l’UE.

La raison pour laquelle il y a tant de partisans de l’UE qui veulent être contrôlés depuis Bruxelles par des gens comme Juncker et Selmayr dans ce pays me dépasse.

David Blake

Source : Briefings for Brexit, traduit par Jean

David Blake est professeur d’économie des régimes de retraite et directeur du Pensions Institute à la Cass Business School de Londres, président de Square Mile Consultants, un cabinet de conseil en formation et en recherche, et co-fondateur avec JPMorgan de LifeMetrics Index. Il écrit régulièrement pour Briefing for Brexit.


À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.