Ces intellectuels français qui soutiennent le Frexit

Il est parfois difficile de soutenir l’idée du Frexit dans la société française. En effet, la sortie de la France de l’Union Européenne a fréquemment été associée à l’extrême droite et le rôle du Rassemblement National (ex-Front National) n’y est sans doute pas pour rien. Eurocritique, le parti dirigé par Marine Le Pen est par ailleurs classé très à droite sur la scène politique française. Mais désormais, il n’est plus question pour le Rassemblement National de sortir de l’Union Européenne et de l’Euro.

L’image du Frexit est à présent associée à juste titre à l’UPR – Union Populaire Républicaine – fondée par François Asselineau. Classé divers par le ministère de l’intérieur, il arrive que l’UPR soit, par transitivité, associée à l’extrême droite. De ce fait, il n’est pas rare que les défenseurs du Frexit subissent des pressions sociales dans certains milieux. Cela arrive tout de même beaucoup moins fréquemment qu’avant. Il faut dire que le Frexit rencontre de plus en plus de succès, en particulier parmi les Gilets Jaunes, mais pas que. Emmanuel Macron a même déclaré à la BBC, en janvier 2018, que s’il y avait un référendum sur le sujet, les Français voteraient probablement en faveur du Frexit. Or, les voix qui promeuvent cette idée se font rares dans les médias, notamment parmi les éditorialistes et autres « experts ». D’après le journaliste Frédéric Taddeï, ce sujet reste totalement tabou.

Je dresse ici un panorama non exhaustif d’intellectuels de tous bords politiques favorables au Frexit afin de montrer que cette idée, loin d’être absurde, mérite toute sa place dans le débat public.

Écrivains

Michel Onfray

Michel Onfray est un philosophe et essayiste français défendant une vision du monde hédoniste, épicurienne et athée. C’est un écrivain prolifique puisqu’il a publié en 2019 son centième ouvrage nommé « Sagesse : Savoir vivre au pied d’un volcan ». Tellement prolifique qu’une page Wikipédia est uniquement dédiée à sa bibliographie, celle-ci prenant trop de place sur sa page personnelle. Il est, à 60 ans, le plus jeune auteur à faire son entrée dans la prestigieuse collection des Cahiers de l’Herne. C’est également l’un des intellectuels français les plus lus à l’étranger.

Outre son travail philosophique, Michel Onfray participe de façon non négligeable au débat public, notamment à travers ses nombreuses interventions médiatiques sur des sujets d’actualités. Il se définit comme un homme de gauche, tout en critiquant les partis actuels qui se disent à gauche. Il se lance régulièrement dans des tirades contre « l’Etat Maastrichtien » et n’hésite pas à mettre tous les hommes politiques dans le même panier, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, puisqu’ils proposent tous de rester dans l’Union Européenne. À la question « vous pensez que la solution, c’est le Frexit ? », Michel Onfray répond spontanément : « Oui. C’est tellement la solution que vous avez vu avec le Brexit comment tout est fait pour que ça n’ait pas lieu. Personne ne parle de cela. » Dans un entretien à Sputnik, il affirme que seuls sont crédibles les partisans du Frexit car la priorité est d’être souverain chez soi, et qu’étant donné qu’on ne peut pas changer l’Union Européenne, il faut la quitter.

Michel Houellebecq

Michel Houellebecq est un écrivain, poète et essayiste français. Il est, tout comme Michel Onfray, l’un des écrivains les plus lus à l’international, traduit dans plus de 40 langues. Considéré comme un des plus grands auteurs contemporains en langue française, il obtient en 2010 le prix Goncourt pour son roman « La carte et le Territoire ». En janvier 2019, il publie « Sérotonine », vendu à 350 000 exemplaires en moins de deux mois. Le 19 avril 2019, il est décoré de la Légion d’honneur par Emmanuel Macron. Houellebecq fascine autant pour son génie que par ses anticipations ou les polémiques qu’il déclenche.

Il s’exprime peu dans les médias, en particulier sur l’actualité politique. Cependant, il lui arrive d’accorder quelques entretiens. Dans l’un d’eux paru le 25 octobre 2018 pour le magazine Valeurs Actuelles, il se déclare « prêt à voter pour n’importe qui pourvu qu’il propose la sortie de l’UE et de l’OTAN ». Je laisse aux lecteurs le soin de deviner quel parti propose cela sur la scène politique française…

Benoît Duteurtre

Benoît Duteurtre est un romancier, essayiste et critique musical français. Il est également producteur et animateur d’une émission de radio musicale. Il est officier des Arts et des Lettres et a également obtenu le grand prix de littérature Henri Gal, prix de l’Institut de France, pour l’ensemble de son oeuvre. Il est par ailleurs l’arrière petit-fils du président René Coty. Même s’il ne s’est pas déclaré ouvertement pour le Frexit, il affirme dans un entretien qu’il suit les analyses de l’UPR sur l’actualité avec beaucoup de sympathie et d’intérêt parce que c’est le seul contre-discours qui existe par rapport au discours mainstream et que ce discours devrait avoir beaucoup plus de place dans le débat politique en France. Il souhaite par ailleurs que les idées de l’UPR progressent aux prochaines européennes.

Économistes anti-Euro

Jacques Sapir

Jacques Sapir est un économiste français. Il a enseigné à l’université Paris-Nanterre puis il est devenu directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il dirige depuis 1996 le centre d’études des modes d’industrialisation (CEMI-EHESS). Il est spécialiste de l’économie russe ainsi que de l’Euro. Il a été élu en octobre 2016 membre à titre étranger de l’Académie des sciences de Russie.

En 2016, Jacques Sapir estime « qu’ une sortie de l’euro est nécessaire si l’on veut éviter une catastrophe non seulement en France, mais aussi en Europe ». Dans un entretien récent, il déclare qu’on ne peut pas changer l’Union européenne, et qu’il faut donc penser à la quitter. Jacques Sapir est l’auteur, avec Philippe Murer et Cédric Durand, d’une étude nommée « Les scenarii de dissolution de l’euro » qui détaille l’impact sur l’économie de la France de différents scénarios de dissolution de la zone Euro.

Philippe Murer

Philippe Murer est économiste. Il a travaillé comme gérant d’obligations convertibles de 1993 à 2005 au CIAL, à la BNP et à Natixis. Démissionnaire en 2005, il assure des cours de finance à l’EM Lyon, l’Université Lyon 2, la Sorbonne et réalise des missions de conseil pour des PME et des analyses macroéconomiques pour des investisseurs. C’est un fervent défenseur du Frexit.


Philippe Murer, auteur avec Jacques Sapir et Cédric Durand de l’étude « Les scenarii de dissolution de l’euro »

Vincent Brousseau

Vincent Brousseau est l’un des meilleurs spécialistes de l’Euro. Diplômé de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud et titulaire de deux doctorats, l’un en mathématiques et l’autre en économie, il a travaillé pendant 15 ans à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort. Il a démissionné de cette institution pour s’engager en politique. Il est depuis lors responsable national de l’UPR en charge de l’euro et des questions monétaires.

Selon lui, l’Euro va exploser de façon inéluctable à cause des divergences des soldes TARGET2 entre les différents pays de la zone euro. Il explique que l’Euro n’est pas une monnaie unique, mais une monnaie commune puisque chaque pays de la zone euro a gardé sa banque centrale nationale et qu’un euro en France est une créance sur la Banque de France. Il faut donc en sortir car, comme l’affirme le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz, les premiers qui quitteront l’euro seront ceux qui s’en sortiront le mieux.

Frédéric Lordon

Frédéric Lordon est un sociologue, philosophe et économiste français. Il est chercheur au Centre de sociologie européenne (CSE) et directeur de recherche au CNRS. Il est par ailleurs membre des économistes atterrés. Lordon a une grande influence auprès des milieux de la gauche radicale. Il formule une critique construite de l’ultra-libéralisme et fustige Emmanuel Macron, incarnant cette idéologie, dans une tirade enflammée prononcée à la Bourse du travail en mars 2019. Au même moment, il publie un excellent dossier dans Le Monde Diplomatique nommé « Sortir de l’impasse européenne ». Dans cette tribune, il confronte la « gauche européenne démocratique » à ses contradictions.

Pour lui, pour démocratiser l’euro, il faut refaire les traités. Or, l’Allemagne au moins posera un refus catégorique à cela et donc les traités ne seront jamais refaits. Il suggère donc à la gauche de « ne plus couler un désir internationaliste dans les pires propositions du néolibéralisme ». Lordon dénonce ceux qui critiquent l’Europe austéritaire tout en refusant catégoriquement d’en sortir et ajoute que « tant que cette impasse restera sans résolution, la gauche n’accédera pas au pouvoir ».


Frédéric Lordon à la Bourse du travail répondant à l’invitation de Macron à débattre à l’Elysée

Charles Gave

Charles Gave est un essayiste, financier et entrepreneur français. Il a consacré sa carrière à la recherche économique, dont il a fait son métier en créant Gavekal, une société de conseil en allocation d’actifs aux gérants de fonds. Il est l’auteur de plusieurs essais économiques, où il partage la synthèse de sa recherche économique et de son expérience de financier.

Dans ses écrits, Charles Gave annonce notamment la fin du modèle de l’État-providence et la faillite de l’euro. Il dénonce notamment le fait que l’euro a le même taux d’intérêt (celui de l’Allemagne) pour toutes les économies de la zone euro et que ce taux est trop élevé pour l’Italie, la Grèce ou la France. Il a sidéré Nicolas Doze sur BFM Business en affirmant que le Brexit est une bonne chose pour le Royaume-Uni. Il a également dénoncé l’amalgame entre partisans du Brexit et extrémistes.

Olivier Delamarche

Olivier Delamarche est un analyste financier, président-fondateur de la société de gestion de portefeuille Platinium Gestion. Il est spécialisé en analyse macro-économique et gestion de portefeuille. Il est l’auteur d’une lettre mensuelle sur abonnement depuis 2017 « Le DELAMARCHE » et conférencier. Il a fondé Les Econoclastes et a été chroniqueur hebdomadaire sur BFM Business de 2009 à 2017. Il anime depuis janvier 2019 une émission économique sur RT France nommée « C’est CASH ! ».

Très critique vis-à-vis de l’Euro, il affirme que « tout le monde sait que l’Euro ne marche pas, mais on va aller au bout jusqu’à ce que ça nous pète à la gueule ! ». Il déclare également qu’« il faut sortir de l’Union Européenne, qui est une structure fondamentalement mauvaise ».

Historiens

Emmanuel Todd

Emmanuel Todd est un historien, anthropologue, démographe et essayiste français. De par le succès de ses ouvrages, il a popularisé certains concepts clés de l’anthropologie comme les systèmes familiaux ou les coutumes successorales.

N’hésitant pas à prendre position sur des sujets politiques, il plaide pour la sortie de l’Euro qui, selon lui, est « une priorité absolue » car « aucune politique économique nationale est possible hors souveraineté monétaire ».

Annie Lacroix-Riz

Annie Lacroix-Riz est une historienne et militante politique française. Ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles, élève de Pierre Vilar, agrégée d’histoire, docteur ès lettres, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII – Denis Diderot, elle est spécialiste des relations internationales dans la première moitié du XXe siècle. Elle a notamment écrit sur l’histoire politique, économique et sociale de la Troisième République et de Vichy, sur la collaboration pendant la Seconde Guerre mondiale, sur les relations entre le Vatican et l’Allemagne nazie ainsi que la stratégie des élites politiques et économiques françaises avant et après le conflit mondial.

Annie Lacroix-Riz est membre du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), mouvement communiste se réclamant du marxisme-léninisme. Ce mouvement politique prône le Frexit.

Olivier Delorme

Olivier Delorme est un écrivain et historien français. Après avoir passé l’agrégation d’histoire en 1982 et avoir enseigné à l’Institut d’études politiques de Paris notamment, Olivier Delorme se consacre à l’écriture. Passionné par la Grèce, il vit entre Paris et Nisyros dans le Dodécanèse.

En 2014, Olivier Delorme reçoit le prix « Mondes en guerre, mondes en paix » pour les trois volumes de La Grèce et les Balkans, lors du 11° Salon du Livre d’Histoire de Verdun. Parmi ses ouvrages, il a publié en 2016 l’essai « 30 bonnes raisons pour sortir de l’Europe ».

Armée et justice

Malgré le devoir de réserve pour les militaires en exercice, certains hauts gradés, à la retraite, se sont prononcés en faveur du Frexit.

En premier lieu, l’amiral Michel Debray. Ancien commandant des porte-avions Foch et Clemenceau, il a présidé la Fondation Charles-de-Gaulle de 1998 à 1999. C’est un fidèle adhérent de l’UPR.

Régis Chamagne est un ancien colonel de l’armée de l’air. Après une carrière d’officier pilote de chasse, il se forme à la stratégie à l’École de Guerre et devient, entre autres, chargé de mission auprès du Major général de l’Etat-Major des armées puis chef de la section ciblage de l’Etat-Major des Armées. Il a publié un ouvrage de stratégie aérienne intitulé « L’art de la guerre aérienne » pour lequel il a reçu le Prix Estrade-Delcros en 2005. Un temps engagé à l’UPR, il défend la souveraineté de la France par sa sortie de l’Union Européenne et de l’OTAN.

Enfin, Boštjan Zupančič est un juge international franco-slovène. Docteur en droit et diplômé de Harvard, il a été juge pendant 18 ans à la Cour européenne des Droits de l’Homme, dont 4 ans président de la troisième section. Il a également été juge à la Cour Constitutionnelle Slovène. Naturalisé français, il a adhéré à l’UPR au début de l’année 2019.

Article paru à l’origine sur Le Rameau.





À l'attention de nos lecteurs:
  • Cet article a été rédigé par un membre de la communauté de Soverain. Il est possible que son contenu soit orienté, voire militant, en faveur d'un parti ou d'une couleur politique; ces articles sont en effet autorisés dans la Tribune libre. Néanmoins, la véracité des faits annoncés a été vérifiée par l'équipe de modération. N'hésitez pas à commenter et à partager vos impressions avec la communauté !
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

8 Commentaires

  1. Bonjour. Je viens de découvrir votre site en provenance d’un politiquement incorrect. Que la reconquête des souverainetés populaire et nationale, de l’indépendance –éléments nécessaires à toute forme de démocratie– soit plus que jamais essentielle, j’en suis convaincu depuis longtemps. Ce qui implique inévitablement de sortir de l’UE, de l’euro et de l’OTAN. Face aux « nouveaux collabos » de la nouvelle « souveraineté européenne » (voir sur le blog: « Sors d’ici Jean Moulin »), il n’est que temps d’envisager la constitution d’un front commun, à la façon d’un CNR, se dotant d’un programme actualisé. Il est donc bienvenu de présenter des personnes de différents milieux et d’opinion différentes, soutenant la nécessité de sortir de cette dictature de la finance mondialisée. Que l’auteur mette en avant l’UPR, il est évidemment libre de le faire. Mais. Plusieurs mais. On peut faire à l’UPR le même reproche que j’avais fait un temps au PARDEM (qui semble avoir modifié son attitude): se déclarer comme seul défenseur pour « en sortir », voire comme seul apte à en assurer la direction. De plus, quand l’UPR appelle à voter au parle-ment européen, il s’engage dans une contradiction encore plus criante pour lui que les autres partis. Tout comme l’UE est au service de l’immondialisation financière, le parle-ment (ainsi que la CES) est au service de l’UE. Appeler à ce vote c’est non seulement cautionner ces institutions imposées et anti-démocratiques mais c’est également légitimer le mépris du NON français à la constitution, acceptant qu’il soit nul et non avenu. De plus, bien que cela soit aujourd’hui très secondaire et que je ne sois pas un grand connaisseur du passé de M. Asselineau, je n’ai pas connaissance que dans les différents gouvernements auxquels il a participé, il ait été un ardent combattant de cette construction européenne, puisque, de « gauche » comme de « droite », tous les gouvernements en ont été les promoteurs. Mais, en dehors du fait que tout le monde peut changer d’idée et percevoir le monde sous un autre aspect, la question reste secondaire car on n’en est plus là. On en est à devoir rassembler toutes les personnes, tous les partis, tous les courants ayant pris conscience de la nécessité première de recouvrer nos libertés et nos souverainetés (pour espérer un peu de démocratie). Si Asselineau était apte à devenir le nouveau Jean Moulin, cela pourrait être acceptable. Mais Jean Moulin n’aurait jamais appelé à voter pour un parle-ment inféodé à la « souveraineté européenne »…
    Méc-créant.
    (Blog: « Immondialisation: peuples en solde! » )

  2. * Il manque un nom sur votre liste : THIERRY MEYSSAN journaliste sur voltairenet.org . Il a démontré ses sentiments souverainistes .. & a dénoncé depuis le début la construction européenne financée dès 1948 par la CIA et les mensonges sur ces traités que l’UE nous impose. Il a été taxé injustement de complotiste (son livre L’effroyable imposture) pour avoir contesté le déroulement et les sources des attentats du 11 septembre et également des ennuis sous le gouvernement Hollande en vertu du Patriot Act qui ne s’applique pas chez nous… Il a dénoncé certaines supercheries dans cette campagne UE. Il est surtout spécialiste du Moyen-Orient économique & militaire et a produit de nombreux articles dénonçant au passage l’impérialisme US dans la région…

  3. Bonjour,

    J’ai remarqué quelques fautes dans l’article si vous souhaitez les corriger :
    il publique -> il publie
    Grève -> Grèce
    laCour -> la Cour

  4. Sans compter des youtubeur comme : jsuis pas content , Kris Papillion, trouble fait, Grang Angle, penseur Sauvage et je soupsounne Science4all et DEFEKATOR, Hereka, tronche en bias car ils sont loin d’être des dogmatiques et en même temps ils en connaissent assez sur le sujet. …

  5. @M. de Saint-Avoise#6911 Onfray finklekraut, BHL et Zemmour tu les enterre dans le cimetière des idoles.. Houllebecq pareille.
    Brosseuseau ça passe.
    Lordon, ça passe, même si il est dans ses délires de société de consommation.
    https://www.youtube.com/watch?v=BxpUzhrO3o4

    Todd est pro OTAN… Pas de négociation possible.

    Annie lacroix riz la meilleure du lot, pas un mot sur elle…

    Cetet article put la fausse dissidence…

    • P.S je retire ce que j’ai dis sur annie mais elle est pas en évidence…. Alors qu’elle devrait être en haut de page…

    • ton commentaire illisible pue la fausse intelligence. J’ai essayé de trouver de l’intellect quelque part, même entre les mots, j’ai rien trouvé à part l’aigreur d’un énième Jean-Dissident assis derrière son écran d’ordinateur. Qu’est-ce qui t’arrives Jean ? T’as perdu tes choco-pops ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.