XCN

XCN

Partisan de la souveraineté et de la sortie de la France de l'Union Européenne au simple titre que les gouvernants doivent rendre des comptes aux gouvernés, je me suis égaré un temps dans le socialisme jusqu'à réaliser qu'il s'agit d'une impasse.

L’UE n’est pas l’amie du droit du travail

C’est devenu un mantra, répété à l’infini par les syndicats partisans du Remain : « Les ouvriers ne doivent pas payer le prix du Brexit. » Quel serait ce prix ? Et que diriez-vous de reconnaître le prix que les travailleurs doivent payer pour rester dans l’UE ? Les droits fondamentaux de l’UE concernent le marché. On est loin de « Vie, liberté et recherche du bonheur » ou « Liberté, égalité, fraternité ». En effet, l’UE agit comme un super-État dont la constitution incarne la liberté du capital et des capitalistes d’une manière inédite.

» Lire l'article

La BCE a besoin d’un expert, pas d’une figure politique

En proposant la candidature de Christine Lagarde à un poste de haut niveau, les dirigeants européens ont préféré la politique à l’économie. Il se peut qu’il soit simplement question d’un début de politisation de la banque centrale. Nul besoin d’être un scientifique pour comprendre en quoi c’est inquiétant.

» Lire l'article

Le suicide de la France

La « francité » disparaît et est remplacée par une sorte de balkanisation en enclaves qui ne communiquent pas les unes avec les autres. Plus les élites françaises se cloîtrent dans leurs enclaves avec leurs revenus disponibles et leurs loisirs culturels, moins elles sont propices à comprendre l’impact quotidien de l’échec de l’immigration massive et du multiculturalisme.

» Lire l'article

Vous êtes nostalgique des empires ? Votre place est dans l’Union européenne

Ceux qui soutiennent le Brexit sont régulièrement accusés d’être nostalgiques de l’époque impériale. Il n’y a aucune preuve de ce mythe. Au contraire, ce sont les partisans de l’UE qui nourrissent une vieille vision impériale. Dans une interview accordée à Michal Matlak dans le New York Review of Books Daily du 29 mai, Michel Barnier a laissé tomber une remarque qui a été largement rapportée – et a d’ailleurs donné au NYR le titre de son article. Il a expliqué le vote pour le Brexit par « des raisons typiquement britanniques : l’espoir d’un retour à une Grande-Bretagne puissante dans le monde, une nostalgie du passé  — mais la nostalgie ne sert à rien en politique ». L’ironie profonde de ce que Barnier a dit, c’est que si l’on cherchait au Royaume-Uni le groupe qui aspire le plus à quelque chose comme l’Empire britannique, on le trouverait dans les partisans et non dans les opposants de l’UE. C’est la « nostalgie » qui a soutenu et soutient encore l’UE, tandis que la « nostalgie » incarnée par le Brexit est en réalité le désir d’une émancipation finale du fardeau impérial.

» Lire l'article

Le Brexit, un exemple parmi d’autres de la déconnexion entre l’élite politique et le peuple

Dans de nombreuses démocraties du monde, les partis traditionnels sont sur le déclin et les mouvements populistes sont dans une forte dynamique. Les partis traditionnels se sont adonnés à des impôts plus élevés pour payer des gouvernement gras. Ils imposent également avec bien-pensance des taxes plus élevées sur un large éventail de comportements qu’ils veulent contrôler, ceci allant de la conduite d’une voiture et de l’avion en vacances à la consommation de mauvais aliments et à l’achat d’une maison chère. Les populistes continuent de gagner des voix et des amis. Ils offrent aux gens l’espoir d’avoir un peu plus d’argent à dépenser.

» Lire l'article

La Chine réussira-t-elle à être un leader mondial ?

La semaine dernière, le deuxième forum « une ceinture, une route » pour la coopération internationale s’est tenu à Pékin. Des dizaines de chefs d’État et de gouvernement ont participé au Forum, dont bien entendu l’invité principal, le président russe Vladimir Poutine. Dans le même temps, par rapport au précédent forum qui s’est tenu il y a deux ans en mai 2017, le nombre et la notoriété des participants étrangers impliqués ont raisonnablement augmenté. Si en 2017, en dehors de la Russie, les pays représentés étaient majoritairement du soi-disant « Tiers Monde », de nombreux dignitaires venus d’Europe et d’autres régions développées de la planète étaient maintenant présents.

» Lire l'article

Le Royaume-Uni devient la première destination d’investissement au monde (malgré le Brexit, bien sûr)

C’est une nouvelle semaine et un bonne dans le monde réel – pas dans le monde parallèle et improductif de Westminster. La semaine dernière, le Royaume-Uni a été proclamé numéro un mondial de l’investissement, remplaçant les États-Unis, une économie neuf fois plus importante que la nôtre. Mais c’est sûrement faux : le Royaume-Uni quitte le monde, après tout ; ne sommes-nous pas en train de nous fermer à cause du Brexit ?!?

» Lire l'article

Merkel est « hautement qualifiée » pour un poste de haut niveau dans l’UE, selon Juncker

Dans une interview accordée au groupe allemand Funke Media Group, le président de la Commission européenne, dont le mandat arrive à son terme à l’automne, a déclaré qu’il « ne pouvait pas imaginer » que Merkel « disparaîtrait sans laisser de trace ». « Les libéraux, dont Emmanuel Macron fait partie, n’ont pas réussi à présenter un candidat principal et ont donc proposé neuf candidats », a déclaré Juncker. « Je peux déjà vous dire une chose : il n’y aura pas neuf présidents de commissions libéraux. »

» Lire l'article

La grande victoire de Poutine en Ukraine

Tout porte à croire que le comédien Volodymyr Zelenskiy, devenu politicien, battra dimanche le président sortant Petro Poroshenko. Les sondages lui donnent une très large avance, le nouveau venu remportant jusqu’à 75 % des suffrages. Mais ne vous y trompez pas, quel que soit le vainqueur, le vrai vainqueur sera assis au Kremlin. Pourtant, il est également vrai que Zelenskiy n’est pas celui que beaucoup d’électeurs pensent qu’il est pour la simple raison qu’ils ne savent pas qui il est. La dernière saison de « Serviteur du Peuple » a débuté quelques jours avant le premier tour de l’élection. Le personnage Goloborodko de Zelenskiy y affronte un oligarque corrompu surnommé « Milkman », qui ressemble étrangement à Porochenko, connu sous le nom de « Chocolate King ». L’émission a été diffusée sur 1+1, une chaîne commerciale contrôlée par Ihor Kolomoisky, l’un des oligarques les plus puissants d’Ukraine, dont les actifs vont des banques aux médias.

» Lire l'article

Le double-jeu de la France en Libye

En soutenant un seigneur de guerre, Paris pourrait bien avoir misé sur le mauvais cheval. Elle s’est employée discrètement, au moins depuis 2015, à la montée en puissance du clinquant baron de Benghazi en uniforme dans l’espoir qu’il devienne l’homme fort capable d’imposer l’ordre sur le vaste mais peu peuplé territoire nord-africain producteur de pétrole et de sévir contre les groupes islamistes qui ont fleuri dans les espaces non gouvernés de l’État en faillite. Mais l’assaut de Tripoli se heurta à une résistance plus forte que Haftar ne l’avait prévue. Les milices n’ont pas changé de camp. Des dizaines de personnes ont été tuées et des milliers d’autres ont fui. La Libye pourrait être confrontée à un autre conflit de longue durée plutôt qu’à une prise de pouvoir rapide. Au-delà des dommages causés à la Libye et aux Libyens, il est difficile de voir comment cela aiderait la France à lutter contre le terrorisme ou les migrations incontrôlées.

» Lire l'article

12 bonnes raisons d’être contre le maintien du Royaume-Uni dans l’union douanière

À notre avis, les arguments purement économiques en faveur de l’adhésion du Royaume-Uni à l’union douanière avec l’UE sont faibles, et les arguments stratégiques/politiques en faveur d’une union douanière sont encore moins convaincants. Les accords d’union douanière peuvent bien fonctionner pour les petites économies qui font une part écrasante de leurs échanges commerciaux avec un grand voisin. Mais le Royaume-Uni est la cinquième plus grande économie du monde, avec un commerce extérieur diversifié et des intérêts des entreprises et des consommateurs qui divergent souvent de ceux de l’UE

» Lire l'article

La BCE, une bonne raison de quitter l’UE

Alors que l’économie de la zone euro s’oriente vers la récession et qu’un nouvel effondrement bancaire potentiel est possible, Hugh Gunn alerte sur le fait que l’instabilité de la Banque centrale européenne pourrait entraîner le Royaume-Uni dans des opérations de sauvetage si nous restons dans le cadre des dispositions transitoires.

» Lire l'article

Décentralisez l’État français !

La crise des gilets jaunes faisant rage depuis plus de trois mois, la viabilité de l’Union européenne en tant qu’entité politique est remise en question. Par une cruelle ironie, la France est revenue à son économie politique monarchique, dominée par un État interventionniste qui réglemente, subventionne et contrôle fortement certains secteurs de l’économie. Cependant, les gilets jaunes ne sont pas forcément voués à l’échec, car il y a toujours une lueur d’espoir dans les crises politiques comme celle-ci. Le XXIe siècle n’a pas besoin de répéter les erreurs du XXe siècle. La France peut mener la charge en contredisant la sagesse politique universaliste et en embrassant pleinement le séparatisme.

» Lire l'article

Voulez-vous vraiment du socialisme ?

Le socialisme est supposé accroître l’égalité économique en répartissant la richesse de la société entre les individus et les familles. Cependant, l’égalité des résultats rompt la relation entre le fait de pouvoir profiter des avantages de sa production et la confiscation de ces avantages pour les distribuer à d’autres. La déconnexion entre le travail et la récompense sape la motivation à travailler et à innover. Le socialisme signifie par ailleurs remettre votre liberté à votre gouvernement, qui prétend savoir mieux que vous comment dépenser votre argent. Et si la justice consiste à donner à chacun son dû, alors prendre la richesse de ceux qui l’ont méritée, pour la donner à ceux qui ne l’ont pas méritée, s’avère être une pratique pour le moins douteuse.

» Lire l'article

La crise cachée de l’Allemagne

Les libéraux saluent l’Allemagne moderne comme la grande réussite de l’Europe. Mais derrière le vernis de la prospérité, le ressentiment s’accumule chez les Allemands de classe moyenne.

» Lire l'article