Eric S. Margolis

Eric S. Margolis

Analyste et commentateur des affaires étrangères Eric S. Margolis est un chroniqueur et auteur de livres primé et internationalement syndiqué. Ses articles ont paru dans le New York Times, l'International Herald Tribune, le Times of London, le Gulf Times, le Japan Times, le Wall Street Journal, le Khaleej Times, Lew Rockwell et d'autres sites d'information au Moyen-Orient et en Asie. Il est apparu en tant qu'expert en affaires étrangères sur CNN, BBC, ABC, France 2, France 24, Al Jazeera, CTV, CBC, CCTV China. Sa chronique Internet www.ericmargolis.com est consultée chaque semaine dans le monde entier. Il est l'auteur de deux livres à succès "War at the Top of the World - The Struggle for Afghanistan and Asia" et "American Raj, How the U.S. Rules the Mideast". Vétéran de nombreux conflits au Moyen-Orient, Margolis a fait l'objet d'une apparition spéciale sur la chaîne britannique Sky News TV dans le rôle de "l'homme qui a raison" dans ses prédictions sur les risques et les enchevêtrements dangereux auxquels les États-Unis seraient confrontés en Irak. Il est membre de l'International Institute for Strategic Studies (Londres), du Explorers Club (New York) et du National Press Club (Washington, D.C.). Originaire de New York, il a une résidence à Toronto, mais passe une grande partie de son temps à voyager à travers le monde en affectation.

Trump & Co. se dirigent vers la guerre

  Le monde est encore sous le choc de l’horreur causée par les attentats meurtriers à la bombe perpétrés au Sri Lanka par des fous de l’État islamique. Le Sri Lanka a tant souffert après trois décennies de guerre civile et de conflits communautaires. Nous pleurons pour cette belle et

» Lire l'article

Afghanistan : la guerre qui déshonore l’Amérique

Après 17 années sanglantes, la plus longue guerre de l’histoire des États-Unis se poursuit sans relâche en Afghanistan.Là-bas, un peuple courageux et farouchement indépendant, les tribus montagnardes pachtounes, ont combattu toute la puissance de l’Empire américain

» Lire l'article

Une guerre contre l’Iran est imminente

Le président Donald Trump et ses conseillers néoconservateurs tentent de provoquer une guerre avec l’Iran et la Syrie depuis de nombreux mois.

Les néocons font écho au cri de Caton l’Ancien, « delenda est Carthago » (NDT : « Carthage est à détruire ! »). L’Iran doit être détruit.

Jusqu’à présent, Téhéran et son allié Damas ont refusé de répondre aux incursions navales et aériennes américaines ou aux attaques aériennes croissantes d’Israël en Syrie.

» Lire l'article

La Turquie sous le feu des projecteurs

Peu de phobies sont plus profondes en Europe que la peur et la haine des Turcs. Pendant au moins six cents ans, l’Europe a été enfermée dans d’innombrables guerres avec d’abord les Seldjoukides, puis les Turcs ottomans. Mon gros Saint-Bernard descend de chiens élevés pour combattre les Arabes et les Turcs qui franchissaient le col du Saint-Bernard en Suisse.

Aujourd’hui, en revanche, il y a quelque 10 millions de Turcs de souche en Europe, dont la plupart sont venus au cours des dernières décennies en tant que main-d’œuvre étrangère, appréciés pour leur dur labeur, leur honnêteté et leur fiabilité.

» Lire l'article

L’Allemagne a été vaincue sur le Front de l’Est, pas en Normandie

Lors de mes nombreuses visites à travers le vaste champ de bataille de Normandie en France, je n’ai eu de cesse de me rappeler le sage dicton du grand monarque prussien, Frédéric le Grand :  » celui qui défend tout, ne défend rien « . En ce 74ème anniversaire du débarquement du jour J, il est bon de rappeler le vieux roi guerrier.

Adolf Hitler, un vétéran de l’infanterie, aurait certainement dû mieux le savoir que quiconque. Défendre les côtes européennes de la Bretagne à la Norvège était une chose impossible étant donné la faiblesse militaire et économique de l’Allemagne en 1944. Mais il ne comprenait pas cela. Après avoir si brillamment vaincu les fortifications de la Ligne Maginot en 1940, Hitler et son Haut Commandement répètent les mêmes erreurs stratégiques et tactiques que les Français seulement quatre ans plus tard : ne pas avoir assez de réserves pour contre-attaquer efficacement les percées ennemies.

» Lire l'article