Alerte en Italie alors que les apôtres de l’Italexit’ prennent le contrôle du parlement

Les eurosceptiques purs et durs ont balayé tous les postes clés des commissions du budget et des finances du parlement italien, brisant le calme bref des marchés obligataires et garantissant une confrontation avec Bruxelles sur les règles en matière de dépenses.

La cohorte de législateurs anti-euro du Mouvement des cinq étoiles (M5S) et du parti la Lega « Italy First » aura un puissant mot à dire sur la politique fiscale et pourrait rendre presque impossible pour les ministres technocrates du nouveau gouvernement italien d’appliquer les règles draconiennes de « renflouement » de l’UE pour les banques.

Les rendements de la dette italienne à 2 ans ont grimpé de 35 points de base à 0,93 %, et l’écart de risque sur les emprunts allemands à 10 ans a grimpé à 240 points. La bourse de Milan a chuté de 2 %, menée par Unicredit et Ubi Banca.

Les deux principaux apôtres du mouvement anti-euro italien ont été élus à des postes clés. Claudio Borghi, le chef économique de la Lega, présidera la commission du budget de la chambre basse. Le professeur Alberto Bagnai, un converti Lega de gauche, présidera la commission des finances du Sénat. Tous deux sont des ennemis jurés de l’union monétaire.

« Ces gens sont extrêmement eurosceptiques et ils ont de nombreuses façons de contraindre le gouvernement », a déclaré Lorenzo Codogno, ancien économiste en chef du Trésor italien et aujourd’hui chez LC Macro Advisors.  « Ils peuvent contrôler les amendements et il y en a des milliers pour le budget. »

 

Les obligations italiennes sur 2 ans se sont envolées au cours de la tourmente politique.

 

Au cours des deux dernières semaines, les marchés avaient été bercé d’un faux sentiment de sécurité par les paroles apaisantes du nouveau ministre des Finances, Giovanni Tria, qui a donné l’assurance qu’il n’y avait « aucun plan pour quitter l’euro » et que la nouvelle coalition s’en tiendrait à des plans de dépenses responsables. Dans le passé, il s’est fait l’avocat de « l’hélicoptère monétaire« .

Ça n’aurait jamais été aussi simple. Les deux partis, la Lega et le M5S ont abandonné depuis longtemps le projet formel d’un référendum sur l’euro. La question pertinente est de savoir si leurs propositions de rupture budgétaire pour un impôt forfaitaire, un revenu de base universel, une réduction des réformes des retraites et une annulation des hausses de TVA – toutes coûtant de 6 à 7 % du PIB – sont compatibles avec l’adhésion à l’euro.

Le premier grand affrontement est probable en septembre, lorsque la coalition dévoilera ses plans budgétaires. L’Italie est censée resserrer sa politique budgétaire de 1 % du PIB pour se conformer à l’objectif « corrigé des variations conjoncturelles » du Pacte de stabilité. Rome et Bruxelles sont si éloignées l’une de l’autre qu’il semble presque impossible de combler l’écart.

Carla Ruocco, une économiste napolitaine liée à Ernst & Young, présidera le comité du budget de la Chambre. Selon elle, l’euro a conduit à un effondrement de l’investissement, a vidé l’industrie italienne et a « réduit l’Italie à un pays du tiers monde ». Elle est en faveur d’un référendum sur l’euro et d’un « plan B » comme outil de réserve, si Bruxelles bloque les plans fiscaux de l’Italie.

 

Un compteur de la dette italienne dans une gare à Rome

 

Daniele Pesco présidera la commission des finances du Sénat. Il a mené une croisade pour renverser les règles bancaires de l’UE, qualifiant les mesures de « renflouement » pour les petits investisseurs (essentiellement les déposants) d' »absolument inconstitutionnelles ».

Le nouveau gouvernement italien est sui generis. Le premier ministre est une figure de proue. Le pouvoir repose sur Luigi di Maio du M5S et surtout sur l’homme fort de la Lega, Matteo Salvini, qui appelle l’euro un instrument de l’occupation économique allemande et qui a réussi à placer ses lieutenants clés aux points nodaux du parlement.

Le professeur Bagnai accueille chaque année le sommet anti-euro de l’Italie à l’Université de Pescara. Il rejette le pacte fiscal et le pacte de stabilité de la zone euro comme un non-sens primitif imposé à l’Europe par les idéologues du ministère allemand des finances. « L’objectif d’équilibrer le budget a détruit notre économie, a-t-il dit.

Borghi est l’auteur du plan ‘minibot‘ pour une monnaie parallèle dans le contrat du gouvernement de coalition. Alors que le minibot est ostensiblement une forme de petits billets IOU pour rembourser 70 milliards d’euros d’arriérés de l’Etat, il sert un double objectif. Il donne à l’Italie une arme défensive si la Banque centrale européenne tente un jour d’exercer une pression en étranglant la liquidité du système bancaire – comme elle l’a fait pour la Grèce en 2015 – et est en fin de compte un moyen de subvertir l’euro de l’intérieur.

Borghi n’a pas caché ses espoirs pour un nouveau Medici ‘Florin’, disant un jour à ce journal que le minibot est un dispositif pour habituer le public à un papier fiduciaire de facto. « Le moment venu, nous pourrons passer à cette nouvelle monnaie. Il est possible de le faire par voie électronique « , dit-il.

Son argument est que l’UE ne peut pas dicter les conditions puisque l’Italie est un contributeur net au budget de l’UE et ne veut pas de renflouement. Elle affiche un excédent de la balance courante de 2,6 % du PIB.

 

L’homme de la Lega, Matte Salvini entre les deux « jumeaux de la Lire », mainenant en position critique

 

Codogno a déclaré que l’Italie – et l’Europe – pénètrent dans des eaux dangereuses. La BCE mettra un terme aux achats d’obligations d’ici la fin de l’année, ce qui supprimera un bouclier crucial pour les marchés de la dette italienne. Il est inconcevable que la coalition actuelle accepte d’activer un plan de sauvetage formel puisque le mécanisme de sauvetage (OMT-ESM) exige une austérité et un vote au Bundestag allemand.

Il a averti que les écarts de risque ont augmenté à un rythme similaire à celui de juillet-août 2011, ce qui a conduit à la crise de la dette. Les écarts ont des effets d’auto-réalisation, ce qui augmente les coûts d’emprunt dans l’ensemble de l’économie. Une nouvelle récession aurait des effets dévastateurs sur la dynamique de la dette de l’Italie.

« Des événements apparemment mineurs peuvent déclencher une réaction en chaîne et entraîner les conséquences extrêmes de la perte de l’accès au marché », a-t-il dit. Les investisseurs avertis savent maintenant que le camp anti-euro de la coalition n’a pas peur d’une crise financière, et pourrait l’accueillir comme un épisode bénéfique pour « casser le système ».

« C’est précisément la crainte que la réaction du gouvernement italien à une crise soit le Italexit, qui risque d’en faire une prophétie autoréalisatrice », a-t-il dit.

Borghi, ancien trader à la Deutsche Bank, a déclaré que la meilleure solution pour tout le monde est que l’Allemagne quitte la zone euro. Si l’Allemagne refuse de le faire, il soutient que l’Italie peut adopter une loi convertissant ses dettes en florins ou en lires du jour au lendemain. « Les pertes seraient transférées aux banques centrales nationales par l’intermédiaire du système Target2, a-t-il dit. La Banque d’Italie rembourserait 440 milliards d’euros de dettes envers la BCE sous forme de pièces dévaluées en vertu du principe de la Lex Monetae.

« L’Europe nous a apporté une dépression pire que 1929. Elle a conduit à briser et à humilier des peuples entiers, comme les Grecs, tout cela pour préserver l’instrument infernal de l’euro. Tout ce désastre a été orné d’une chaîne de mensonges, criant de plus en plus fort parce qu’ils ont peur que les dégâts colossaux qu’ils ont faits soient découverts », a-t-il dit.

Bienvenue au comité du budget.

Source : The Daily Telegraph, traduit par Soverain.

 

Ambrose Evans-Pritchard est rédacteur en chef des affaires internationales du Daily Telegraph. Il couvre la politique et l’économie mondiale depuis 30 ans, basé en Europe, aux Etats-Unis et en Amérique latine. Il a rejoint le Telegraph en 1991, en tant que correspondant à Washington et plus tard correspondant pour l’Europe à Bruxelles.

En collaboration avec Ambrose Evans-Pritchard, Soverain traduit régulièrement quelques uns de ses articles afin de les mettre à la disposition des Français désireux d’avoir un autre angle de vue sur l’actualité européenne.

Les articles originaux de cet auteur sont disponibles sur le site du Telegraph à l’adresse suivante : https://www.telegraph.co.uk/authors/ambrose-evans-pritchard/
Si vous avez la possibilité de souscrire à un compte Premium sur le Daily Telegraph, n’hésitez pas une seconde afin de profiter au maximum de la plume de cet excellent auteur !

Partager cet article sur :