La Banque fédérale d’Allemagne reconnaît les risques de défaut sur l’euro après le décret sur la monnaie parallèle italienne

La Bundesbank allemande a averti qu’elle pourrait subir de lourdes pertes si un grand pays quittait l’euro et en venait à faire défaut sur ses dettes envers le système de la Banque centrale européenne, mais a prévenu que toute tentative de préparation à une telle crise pourrait se retourner contre elle en déclenchant une attaque spéculative. En fin de compte, les créanciers italiens seront confrontés à un choix : soit accepter la défaillance désordonnée d’un Italexit, soit placer la dette du pays sur une « voie durable » en allongeant les échéances, soit en appliquant une décote de taux d’intérêt, soit les deux. « Si vous continuez à ajouter de la pression, le verre se brisera à un moment donné, » dit-il.