Souveraineté, Identité et Narcissisme

La question de l’identité, réduite au narcissisme le plus nu, traverse les foules quand elles ne sont plus citoyennes. Ce constat, je l’écrivais il y a plus de deux ans[1]. Une nouvelle preuve nous est donnée par les dérives de ce que l’on peut appeler la « gauche identitaire » mais aussi de certains « intellectuels ». C’est le fruit amer des dénis de souverainetés successifs que notre pays a connu ces dernières années, dénis qui ont conduit à une remise en cause des fondements de la démocratie c’est à dire la capacité de tous de participer, d’élaborer et de discuter un projet commun. L’éclatement et la fragmentation de la société, processus dont le montée des fanatismes religieux mais aussi des mouvements cherchant à revendiquer à tout prix une « différence » sont des symptômes de la perte de ce sens du bien commun. Il est significatif que ceci ait touché la « gauche », avec l’émergence de la « gauche identitaire », alors qu’elle se caractérisait jusque là par son adhésion à l’universalisme. Mais, ceci ne doit pas faire oublier non plus le développement des formes du fanatisme religieux, formes qui se prétendent, à un titre ou à un autre, des « dépassements » de la Nation et de la Démocratie. Il faut donc identifier avec précision le phénomène si on veut pouvoir y formuler des parades et des réponses.

La dénonciation du « populisme » par les élites occidentales trahit leur peur de la démocratie

Un nouveau mot terrifiant est entré dans le discours officiel des médias occidentaux : « Populisme ». Les partis politiques et les gouvernements jugés illégitimes sont immanquablement étiquetés avec le préfixe « populiste ». Il y a un vague sous-entendu que les partis « populistes » sont imprégnés de politiques honteuses de xénophobie, de racisme, de nationalisme et même de fascisme.

Mais qui fait le  » jugement  » ici ? Ce sont les partis politiques établis et les politiciens qui ont la possibilité de créer des médias d’information qui transmettent leurs mots et leur terminologie.

Obrador cherche à rétablir la souveraineté du Mexique

Depuis des décennies, le spectre d’Andrés Manuel López Obrador hante les élites dirigeantes du Mexique. Son triomphe de dimanche dernier (aux élections présidentielles mexicaines, NdT) pourrait changer la perspective nationale, régionale et internationale du pays, nous explique Dan Steinbock.