Brexit – Les preuves que nous avons tous été dupés ne cessent de s’accumuler

Par Graham Vanbergen : Depuis le référendum britannique sur l’UE, j’ai toujours été d’avis que la marge nécessaire pour faire basculer le vote a été manipulée et l’a été par ceux qui avaient l’argent, les moyens et la motivation pour profiter du chaos que le Brexit provoquerait. J’ai toujours affirmé que l’Amérique, soutenue par un puissant élément de droite des deux côtés de l’Atlantique, menace maintenant les principes les plus fondamentaux de notre démocratie puisqu’elle veut tirer profit de ses millions investis. Encore une fois, d’autres preuves sont venues étayer cette position.

Les États-Unis vont créer une sixième branche à leurs forces armées

Le président Donald Trump a signé un ordre exécutif ordonnant au ministère de la Défense de créer une force spatiale qui constituera une sixième branche indépendante des forces armées américaines. L’objectif est d’assurer la suprématie américaine dans l’espace, surpassant ainsi d’autres puissances mondiales, comme la Russie et la Chine. Selon lui, une simple présence américaine ne suffit pas. « Nous devons avoir la domination américaine dans l’espace », a souligné le président. « Nous ne voulons pas que la Chine, la Russie et d’autres pays nous dirigent. Nous avons toujours été les leaders », a-t-il ajouté. Une fois l’ordre du président exécuté, l’Air Force confierait probablement ses tâches spatiales à la nouvelle succursale.

Le totalitarisme américain et la Culture des Fakes News

Les citoyens américains ont du mal à faire la différence entre les faits et les opinions. C’est la conclusion d’un récent sondage mené par la célèbre société Pew.

Il a été constaté que seulement un quart des personnes interrogées ont été en mesure de faire la distinction entre une déclaration factuelle et une affirmation d’opinion. En d’autres termes, la majorité des Américains interrogés croyaient à tort que les informations qui leur étaient présentées comme des faits étaient effectivement des faits, alors qu’il s’agissait en réalité d’une affirmation ou d’une opinion subjective.

Les troubles de Merkel ont commencé en Syrie et se terminent en Italie

On dirait bien que nous entrons dans la fin du « Merkelisme » en Europe. La chancelière allemande Angela Merkel approche de ses derniers jours à ce poste.

Que ce soit la semaine prochaine ou à la fin de cette année, nous assisterons à un changement sans précédent de la politique européenne à cause de l’insistance de Merkel à accueillir des millions de réfugiés syriens et nord-africains et du chaos engendré par les actions agressives et insensées de la politique étrangère des États-Unis, soutenue par l’UE.