Verney-Carron : Made in France versus Made in Union Européenne ?

Crédits : Jonathan Moadab / RT France

Indignation et consternation: ces deux sentiments marquent le plus ma réaction lorsque j’apprends l’information relayée par la presse française. La célèbre marque d’armement française, Verney-Carron [1] va très probablement perdre le contrat de remplacement du fusil de précision de FR-F2 [2], de calibre 7,62x51mm OTAN, en dotation au sein des Forces Armées françaises. Ce fusil spécialement conçu pour les tireurs d’élite, entré en service en 1986, était produit par la Manufacture d’Armes de Saint-Étienne (productrice du FAMAS entre autres) qui n’existe plus aujourd’hui. Arrivant en fin de vie, le ministère des Armées de Mme la ministre Florence Parly via la Direction Générale de l’Armement, vient de clôturer un appel d’offres le 5 octobre dernier pour une livraison de 2600 armes de nouvelle génération, de 6,3 millions de munitions et de 1000 dispositifs d’imagerie thermique, répartie sur 3 ans entre 2020 et 2023. Verney-Carron a déposé son dossier de candidature auprès de la DGA avec son VCD10. Le résultat de l’appel d’offres sera connu en 2019 mais le parcours s’avère être tortueux pour la PME stéphanoise… [4] [5]

Le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » …

Verney-Carron est fondée en 1820 à Saint-Étienne par Claude Verney (1800-1870). PME familiale, elle est spécialisée dans l’industrie de l’armement et produit notamment des fusils de chasse. PME innovante, elle a su se moderniser au fils des ans pour sortir de son domaine de confort et prendre des risques calculés qui auraient pu lui rapporter énormément d’argent. Verney-Carron reçoit en 2010 le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » [3] de la part du Ministère de l’Économie et des Finances.

Sur le site internet du label, on peut y lire la présentation suivante : « Le label Entreprise du Patrimoine Vivant (EPV) est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. ». […] « Créé par la loi en faveur des PME du 2 août 2005 (article 23), le label Entreprise du patrimoine vivant peut être attribué à toute entreprise qui détient un patrimoine économique, composé en particulier d’un savoir-faire rare, renommé ou ancestral, reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité et circonscrit à un territoire. » Il a été mis en place en mai 2006. »

On peut aussi y lire le paragraphe suivant :

« Cette marque de reconnaissance de l’État est également un appui opérationnel au développement des entreprises concernées.

Il vise en effet à :

  • faciliter leur médiatisation à l’échelle nationale et internationale ;
  • créer et saisir des opportunités internationales d’affaires ;
  • les inciter à innover ;
  • conforter leur croissance, assurer le développement de l’emploi et favoriser leur transmission. ».

… qui se heurte au manque de patriotisme économique de l’État français.

Malheureusement 2 obstacles majeurs viennent contrecarrer l’ambition de la PME stéphanoise. La première est attribuée à l’Union Européenne. En effet, il est interdit à l’État français et aux Collectivités Territoriales de privilégier une entreprise française lors d’un appel d’offres. La deuxième vient de la Direction Générale de l’Armement elle-même. La DGA a soumis une condition qui exclue de facto Verney-Carron de la course : « le chiffre d’affaires annuel du dernier exercice connu ou en moyenne sur les trois derniers exercices connus devra être égal ou supérieur à 50 millions d’euros ». Hors le CA de la PME de 90 salariés n’est que de 13,6 millions d’euros. C’est ainsi qu’en 2017 Verney-Carron perd une première bataille lors de l’appel d’offre visant à remplacer le fusil d’assaut français FAMAS, chambré en 5,56x45mm OTAN et en dotation standard depuis 1973 [6]. C’est le fusil d’assaut allemand HK416F de l’entreprise Heckler & Koch qui rafle la mise. Néanmoins, Verney-Carron pourrait profiter d’une exception, la DGA autorise plusieurs entreprises à s’allier pour arriver à un CA de 50M€. Verney-Carron s’est donc alliée à l’allemand Hensoldt pour la partie optique du fusil et à Nammo (Nordic Ammunition Company) une entreprise de fabrication de munitions norvégienne-finlandaise.

Je ne suis pas un expert de la défense. Je ne juge donc pas ici les qualités intrinsèques de ce fusil de précision français, ni de Verney-Carron. Je n’en suis pas légitime. Mais en qualité de citoyen et intéressé par la chose publique, je m’interroge. Pourquoi mettre autant de bâtons dans les roues de nos entreprises ? Nous avons en France (métropole + territoires ultra-marins) au deuxième trimestre 2018 presque 6 millions de chômeurs toutes catégories confondues (A, B, C) selon Pôle Emploi. Nous avons aussi selon l’INSEE environ 9 millions de pauvres. Le climat économique est morose malgré les efforts du gouvernement pour relancer la sacro-sainte croissance. Les français se posent aussi des questions quant à leur identité. Je crois sincèrement qu’un tel appel d’offres remporté par une entreprise française, en plus de donner un signal positif à nos entreprises, donnerait une source de satisfaction à nos compatriotes et en premier lieu à nos militaires de savoir qu’ils participent activement au maintien de l’excellence du savoir-faire artisanal français. Je suis favorable à une « Préférence Nationale française » lors des appels d’offres de la Fonction Publique, qui plus est pour ce qui concerne la Défense Nationale, nous nous devons d’être totalement indépendants, souverainistes vis-à-vis de nos partenaires. J’attends avec impatience les résultats de l’appel d’offres en espérant sincèrement que Verney-Carron – Hensoldt – Nammo le remporteront.

Vincent COTUGNO

Sources :

[1] https://www.verney-carron.com/

[2] https://www.defense.gouv.fr/terre/equipements/materiels-specifiques/infanterie/armement/fusil-a-repetition-modele-f2

[3] http://www.patrimoine-vivant.com/

[4] http://www.lefigaro.fr/societes/2018/10/19/20005-20181019ARTFIG00006-le-dernier-fabricant-francais-de-fusils-pourra-t-il-equiper-l-armee-de-terre.php

[5] http://www.opex360.com/2018/10/09/verney-carron-est-en-lice-pour-le-remplacement-des-fusils-de-precision-fr-f2-de-larmee-de-terre/

[6] http://www.leparisien.fr/economie/quand-l-armee-commande-des-armes-a-l-etranger-plutot-qu-en-france-24-09-2018-7900566.php

 


À l'attention de nos lecteurs:
  • Cet article a été rédigé par un membre de la communauté de Soverain. Il est possible que son contenu soit orienté, voire militant, en faveur d'un parti ou d'une couleur politique; ces articles sont en effet autorisés dans la Tribune libre. Néanmoins, la véracité des faits annoncés a été vérifiée par l'équipe de modération. N'hésitez pas à commenter et à partager vos impressions avec la communauté !
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.