Tepa, l’emblématique pilier de la réinfosphère, est décédé

Il a succombé jeudi 14 novembre à un ulcère gastrique contracté malgré sa thérapie, sept mois après avoir annoncé la suspension de ses activités militantes pour cause de cancer.

Un lancement dans le rap

Né le 22 octobre 1971 à Saint-Denis, Tepa, de son vrai nom Patrick D’Hondt, débute sa carrière publique en fondant avec Princess Aniès le groupe de rap Les spécialistes en 1997. Son premier album éponyme sort deux ans plus tard et remporte le prix de la meilleure autoproduction au festival ​ XXL Performances. ​Le duo, alors respecté dans le milieu, ​ signe en 2003 chez IV My People, label de Kool Shen, membre du groupe NTM​. S’ensuit en 2005 la sortie de son deuxième album, Reality Show​, qui devient un succès commercial. Les deux interprètes se consacrent ensuite davantage à des projets individuels. Tepa sort ainsi seul les albums ​Dernier Survivant en 2006 puis L’Œil ouvert en 2009. Il continue ses productions dans ce domaine mais commence à s’intéresser à la politique.

L’épopée upériste

Il devient en janvier 2011 adhérent à l’Union Populaire Républicaine de François Asselineau et s’engage comme militant bénévole dans le but de répandre les idées favorables au Frexit, la sortie de la France de l’Union européenne. Il participe dans ce cadre à des productions audiovisuelles puis aux campagnes électorales du parti en 2013.

L’aventure Méta TV

Ne partageant plus l’un des points idéologiques de l’UPR consistant à refuser les débats clivants hors des questions de souveraineté, Tepa s’éloigne du mouvement pour lancer Méta TV, un média alternatif et indépendant. Il invite alors successivement chez lui des centaines de personnes plus ou moins connues pour offrir à chacune une tribune de plusieurs heures à travers un dialogue sur des sujets divers. Ces émissions sont filmées et diffusées sur une chaîne YouTube.

Elles se centrent rapidement sur les questions politiques, et multiplient les personnalités comme Alain Escada, Thierry Meyssan, Pierre-Yves Rougeyron ou Alain Soral, mais aussi les hommes politiques tels que Jean Lassalle, Jean-Marie le Pen et Henry de Lesquen. Des universitaires prennent également place sur le désormais fameux fauteuil noir de Tepa, à l’instar de Pierre Hillard ou Bernard Lugan. Malgré la grande hétérogénéité des participants, les lignes idéologiques sont généralement anti-système, surtout de droite. Les émissions ​Libre Antenne et Libéré sur parole, devenues des références au sein de la “Dissidence” française, permettent d’augmenter sensiblement la notoriété de figures aujourd’hui importantes dans les milieux patriotes. Parmi elles, Daniel Conversano, Adrien Abauzit et Papacito.

Parallèlement, Tepa connaît quelques lots de mésaventures. Il est d’abord
condamné en 2016 suite à des propos négationnistes tenus par Robert Faurisson lors d’un entretien. Un an plus tard, l’animateur se brouille avec l’équipe de Méta TV et fonde son propre site : Patriote.info.

Les deux dernières années

Il poursuit ses programmes et développe encore sa popularité. Dès novembre 2018, il participe au mouvement “Gilet jaune” et créé une page Facebook dédiée : ​ Les Incorruptibles Gilets Jaunes. Début 2019, il participe au Grand débat national et interpelle dans ce contexte le Premier ministre Edouard Philippe au sujet des questions de souveraineté, à propos de la dette et de la création monétaire. Quelques ultimes émissions sont réalisées avant l’annonce du 6 avril, dans laquelle il déclare être dans l’obligation d’interrompre ses activités militantes pour traiter la tumeur qui le ronge. Sept mois plus tard, après une dernière détérioration de son état, Tepa meurt à l’âge de 48 ans durant l’après-midi du jeudi 14 novembre 2019.

Lui, qui a passé toute sa vie à défendre la liberté d’expression et la réconciliation des forces de bien commun, laisse derrière lui une image adulée et une oeuvre audiovisuelle conséquente. Forte de 90000 abonnés et de près de 30 millions de vues totales, la chaîne YouTube ​TEPA est un phare de la “réinfosphère” dans le domaine de la diffusion d’idées. Le 15 novembre sont rendus de nombreux hommages venant de tous bords, des milieux nationalistes à celui du rap, en passant par des membres et sections de l’UPR. Le plus notable est celui de Daniel Conversano, dont la vidéo dure plus de cinq heures et est visionnée plus de 50000 fois en trois jours. L’un des intervenants téléphoniques, Romain Guérin, compare dans ce cadre Tepa à l’emblématique Serge de Beketch, qui en son temps dirigeait de formidables émissions sur Radio Courtoisie.

Enfin, et pour paraphraser la conclusion du communiqué du 6 avril :

Continuons le combat, car il est juste.

« Peut-être que cette fois on gagnera, quand tu sais qui tu es, tu sais où tu vas. Peut-être que cette fois on ira loin, quand tu gardes la foi, la force te rejoint. » Si vous lisez ce message, c’est que vous êtes la résistance.

À bientôt… Je vous aime.

Tepa
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk