Soros fulmine que la « révolution dans les affaires du monde » de Trump réussisse

Auteur : Andrew Korybko via Oriental Review

Soros se plaint que son ordre mondial soit en danger à cause de Trump.

Exprimant sa frustration que « tout ce qui pouvait mal tourner a mal tourné », le financier milliardaire d’innombrables révolutions de couleurs dans le monde entier a dit au Washington Post qu’il vivait « dans sa propre bulle » parce qu’il n’avait pas prévu l’ascension fulgurante de Trump. Craignant que Trump « soit sur le point de détruire le monde », comme il l’a dit, il a juré de « redoubler d’efforts » en versant des millions de dollars pour s’opposer à tout ce que le Président réalise dans le monde entier.

Alors que l’hongro-américain peut sembler plein de pessimisme dans son interview, il a en fait une raison de penser ainsi parce que Trump a dirigé à lui tout seul le démantèlement de l’ordre mondial libéral-mondialiste que Soros a œuvré pendant des décennies à construire, détruisant le vieux paradigme des relations transatlantiques dans une simple série de tweets et incarnant le retour de la morale chrétienne, de l’éthique et des valeurs dans la société américaine, idées qui sont absolument inacceptables pour le milliardaire athée.

Du point de vue de Soros, Trump est en effet en train de détruire le monde, non pas dans le sens apocalyptique comme il le laisse entendre, mais dans le sens idéologique de pionnier d’un ordre mondial complètement nouveau dont le Président a hérité.

L’ancien président américain Barack Obama félicite le président américain Donald Trump après avoir prêté serment sur la façade ouest du Capitole le 20 janvier 2017 à Washington, DC

Obama, qui peut être considéré comme le porte-parole de Soros à la Maison Blanche, a travaillé à la construction d’un monde où les Etats-Unis s’inclinent devant l’autorité de l’ONU sur de nombreuses questions clés (mais pas toutes) telles que le changement climatique et les programmes de développement durable, annonçant un nouveau multilatéralisme qui aurait rapproché les relations internationales d’un soi-disant « gouvernement mondial unique », bien qu’il serait encore largement sous influence américaine indirecte.

Parallèlement, la vision d’Obama-Soros était de voir les médias accuser tous leurs opposants de « racistes, fascistes, suprémacistes blancs » pour avoir osé penser que l’avenir pourrait être différent, mais tout d’un coup, Trump est arrivé et s’est engagé à défaire leur héritage.

Le monde que Trump veut construire est un monde de l’unilatéralisme américain sans restriction en « meneur du front » tout en faisant œuvre de pionnier dans le retour à l’unipolarité, corrigeant ce qu’il estime être les multiples torts historiques d’Obama, Soros et tous les autres avant lui qui se sont engagés à entraver volontairement la puissance américaine par des accords commerciaux déséquilibrés et divers autres engagements inéquitables.

Tout compte fait, ce réajustement global peut être décrit à juste titre comme une « révolution dans les affaires mondiales » en raison de la « nouvelle façon de penser » qu’implique l’orientation de la politique américaine à partir de maintenant.

 

Auteur : Andrew Korybko via Oriental Review
Source : https://www.zerohedge.com/news/2018-06-21/soros-sorrowful-trumps-revolution-world-affairs-succeeding

Partager cet article sur :