Bienvenue dans la Revue de Presse de Soverain. Retrouvez ici les dernières informations concernant l'actualité nationale et internationale. Vous pouvez nous aider à alimenter cette section en rejoignant la communauté Soverain sur Discord !


Toute l'actualité

Brexit : le redoutable piège des Vingt-Sept aux Britanniques

La solution proposée par les Vingt-Sept contraint de fait les Britanniques à une clarification politique. Elle met une pression maximale sur Londres mais aussi sur Theresa May qui, au final, pourrait être poussée à partir. Les Européens ont-ils placé un couteau sous la gorge de la première ministre britannique? «Absolument pas, réagit une source européenne. Nous l’aidons à faire monter la pression sur les brexiters». Ce que Theresa May a effectivement fait à l’issue du sommet. «Nous sommes désormais à l’heure de la décision», a-t-elle déclaré, précisant ne pas envisager que le Royaume-Uni prenne part aux élections européennes de la fin mai.

La solution retenue permet aussi aux Vingt-Sept d’éviter un sommet de crise la semaine prochaine tout en reprenant la main sur le calendrier. En effet, si le schéma retenu fonctionne comme ils le souhaitent et si aucun grain de sable ne vient gripper la mécanique, les dirigeants européens seront fixés sur les intentions des Britanniques au plus tard le 12 avril. «C’est le nouveau 29 mars», estime une source européenne. D’ici là, «toutes les options resteront ouvertes», a indiqué dans la soirée le président du Conseil Donald Tusk, affirmant que «le gouvernement britannique aura toujours le choix d’un accord, d’un non-accord, d’une longue prorogation ou de la révocation de l’article 50». Tusk veut croire que tout est possible alors qu’ au Royaume-Uni, une pétition en ligne demandant au gouvernement de renoncer au Brexit avait dépassé jeudi les deux millions de signatures.

Source : Le Figaro – Brexit: le redoutable piège des Vingt-Sept aux Britanniques

Gilets jaunes, acte 19 : le gouverneur militaire n’exclut pas « l’ouverture du feu »

Pour le gouverneur militaire de Paris, les soldats pourront « aller jusqu’à l’ouverture du feu » sous certaines conditions, en marge des manifestations de gilets jaunes.

Pour le général Bruno Leray en effet, des « consignes extrêmement rigoureuses » ont été données aux soldats. Les militaires de la force Sentinelle « sont soumis au même cadre légal que les forces de sécurité intérieure », précise-t-il. Face aux différentes menaces, les soldats « ont différents moyens d’action pour faire face ».

En revanche, le gouverneur n’exclut pas de tirer à balles réelles si la situation devient critique. Les militaires pourront « aller jusqu’à l’ouverture du feu. Si leur vie est menacée ou celle des personnes qu’ils défendent », explique le général.

Source : L’Express – Gilets jaunes, acte 19 : le gouverneur militaire n’exclut pas « l’ouverture du feu »

Européennes: lancement d’une nouvelle liste «gilets jaunes»

Jean-François Barnaba, une des figures médiatiques des «gilets jaunes», a annoncé aujourd’hui le lancement d’une nouvelle liste, «Jaunes et citoyens», pour les élections européennes du 26 mai. «Les Français aspirent à une nouvelle séquence» et la «pression de la rue finit par desservir la cause que le mouvement des gilets jaunes défend par l’infiltration de groupes ultra-violents», a expliqué le fonctionnaire territorial au micro de Sud Radio.

Source : Européennes: lancement d’une nouvelle liste «gilets jaunes»

L’UE reporte le Brexit et donne de nouvelles échéances au Royaume-Uni

Le manque de clarté de Theresa May et les désaccords des dirigeants sur la stratégie à adopter ont déclenché un débat épouvantable.

Les dirigeants de l’UE ont convenu de reporter le Brexit, imposant deux nouvelles dates – le 12 avril et le 22 mai – qui détermineront le départ du Royaume-Uni.

Les dirigeants ont élaboré le nouveau plan lors d’un sommet qui s’est tenu jeudi à Bruxelles, après avoir rapidement rejeté la demande du Premier ministre britannique Theresa May de prolonger la période de négociation de l’article 50 jusqu’au 30 juin.

Des désaccords féroces au sein de l’UE27 sur la meilleure façon de répondre à la demande d’extension de mai ont forcé les dirigeants à revoir l’ordre du jour de leur sommet et à reporter un dîner-débat prévu sur la Chine et la place de l’UE dans le monde. Au lieu de cela, ils ont pris une pause et ont repris la discussion sur le Brexit pendant le dîner – une illustration qui prouve que le Brexit a dans une large mesure détourné l’agenda politique de l’UE.

Les deux nouvelles dates prévues dans le plan de l’UE sont assorties de conditions, mais dans un cas comme dans l’autre, l’échéance initiale du 29 mars – le « bord du précipice » par lequel la Grande-Bretagne quitterait le bloc avec ou sans accord de divorce – a été repoussée, ne serait-ce que pour deux semaines.

Les dirigeants de l’UE27 ont déclaré que si le parlement britannique ratifie l’accord du Brexit avant l’échéance du 29 mars, la Grande-Bretagne aura jusqu’au 22 mai pour achever les étapes techniques, se retirer et commencer une période de transition. C’est un jour avant le début de l’élection du Parlement européen.

Si la Chambre des communes ne vote pas ou vote pour rejeter l’accord pour la troisième fois – les dirigeants estiment qu’il est beaucoup plus probable, compte tenu du chaos politique persistant à Londres, que le Royaume-Uni ait jusqu’au 12 avril pour « indiquer la voie à suivre ».

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a quitté la réunion des dirigeants et a présenté le plan à May, qui l’a approuvé – bien qu’elle n’ait pas eu le choix, même si une décision potentiellement désastreuse d’un Brexit sans accord était sur le point de se réaliser.

Source : POLITICO – EU delays Brexit, gives UK new deadlines

Non, les gilets jaunes n’ont pas ruiné la France, et c’est l’Insee qui le dit

Dans sa dernière « note de conjoncture », publiée mardi 19 mars, l’Insee contredit le gouvernement en relativisant l’influence négative des gilets jaunes sur l’économie française.

A en croire le gouvernement, les gilets jaunes seraient à l’économie française ce qu’une nuée de sauterelles est à un champ de blé : un fléau. Fin février, Bruno Le Maire relevait à 0,2 point de croissance, soit 4 milliards d’euros, le coût anticipé de la colère couleur colza rien que pour le dernier trimestre de 2018, lorsque la mobilisation était à son paroxysme. Ce mardi 19 mars, au Sénat, le ministre de l’Economie tançait encore : « Tous ceux qui veulent faire la révolution par la violence en s’armant de grands slogans devraient constater qu’ils font le malheur de dizaines de milliers de personnes qui cherchent simplement à travailler et à vivre dignement de leur travail »

Source : Marianne – Non, les gilets jaunes n’ont pas ruiné la France, et c’est l’Insee qui le dit

Si Theresa May cède et reporte le Brexit, je ferai de mon mieux pour démolir son parti pièce par pièce – NIGEL FARAGE

Alors que le Premier ministre se dirige vers le sommet européen de demain à Bruxelles avec peu de chances de réussir sa tentative désespérée de mettre au point une extension à court terme de l’article 50, je veux lui donner autre chose à penser : la survie du Parti conservateur.

Aujourd’hui, le leader de la Chambre des communes Andrea Leadsom a déclaré à Nick Ferrari sur LBC : « Il est absolument essentiel que nous soyons hors de l’UE avant les élections européennes [le 23 mai]. » Je ne doute pas que Leadsom pensait ce qu’elle a dit.

Ce qui est donc vraiment surprenant, et ce qui soulève la question de la compétence fondamentale de Downing Street, c’est que le Premier ministre continue d’insister pour qu’une prolongation jusqu’au 30 juin puisse éviter la participation de la Grande-Bretagne à ces élections européennes.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et la présidente de la commission des affaires constitutionnelles du Parlement européen, Danuta Hübner, ont tous deux clairement indiqué que si la Grande-Bretagne est toujours membre de l’UE le 23 mai, nous devrons participer à ces élections ou il y aura des défis juridiques. Qu’est-ce que Mme May ne comprend pas ?

Je me demande comment le numéro 10 (Ndt: surnom donné au Gouvernement britannique) a pu se tromper à ce point. Downing Street a peut-être adopté une attitude de bunker et est tellement sur la défensive et intolérante aux critiques qu’elle a cessé d’écouter ce que les gens disent, peu importe qui ils sont. Si tel est le cas, il ne fait aucun doute que tous ceux qui sont associés au gouvernement de Mme May auront entendu le coup de semonce que le député conservateur de Wellingborough, Peter Bone a tiré aujourd’hui aux Questions des premiers ministres.

Il a dit que l’histoire jugera Mme May pour ses faits et lui a dit : « Madame le Premier ministre, si vous continuez à demander une extension de l’article 50, vous trahirez le peuple britannique ». Ce sont des mots qu’aucun leader qui se respecte ne devrait être capable d’entendre.

[…]

Toute prolongation de l’article 50 sera perçue comme une trahison de notre nation par des millions d’électeurs conservateurs en colère. Le choix de Theresa May est simple. Si elle tient bon et respecte la loi du pays, la Grande-Bretagne quittera l’Union européenne à 23 heures le 29 mars. Si elle se plie et qu’une longue prolongation s’ensuit, je promets de faire de mon mieux pour démolir son parti pièce par pièce. Il ne mérite pas mieux.

Il est temps que nous quittions l’Union européenne et que nous reprenions le cours de nos vies.

Nigel Farage

Source : The Daily Telegraph – If Theresa May buckles and delays Brexit, I will do my best to tear her party limb from limb

Tusk déclare que l’UE accordera une prolongation si la Chambre des Communes soutient l’accord de Theresa May la semaine prochaine

Donald Tusk a déclaré que l’Union européenne accordera à Theresa May une courte prolongation des négociations sur le Brexit, mais seulement si la Chambre des communes soutient son accord dans un troisième « vote significatif » la semaine prochaine.

Le président du Conseil européen a déclaré que si le vote était adopté, il n’y aurait pas besoin d’un autre sommet d’urgence la semaine prochaine, après la réunion des dirigeants européens qui se tiendra demain à Bruxelles. Au lieu de cela, la prolongation, qui doit être approuvée par tous les dirigeants de l’UE-27, pourrait être accordée par une procédure écrite.

Si les députés rejettent l’accord pour la troisième fois, M. Tusk a déclaré qu’il serait prêt à convoquer le sommet d’urgence. Le sommet d’urgence, qui s’est tenu dans les derniers jours de la période de négociation de l’article 50, a été annoncé ce matin par Jean-Claude Juncker.

Source : The Daily Telegraph – Tusk says EU will grant extension if House of Commons backs Theresa May’s Brexit deal next week

Un report de plus de 3 mois est enterré sous la pression des pro-Brexit : en route vers le « no deal » ?

Theresa May ne demandera qu’une courte prolongation de l’article 50, reportant le Brexit de moins de trois mois, après une rébellion des ministres et députés pro-Brexit qui l’ont menacée dans ses fonctions de première ministre.

Le Premier ministre avait auparavant l’intention de convenir d’une extension plus longue avec l’UE impliquant des élections au Parlement européen si son accord de retrait n’était pas adopté d’ici mercredi.

Cependant, les ministres pro-Brexit ne lui ont laissé aucun doute que cela ne serait pas acceptable pour eux et la colère des députés ne cessait de croître.

Cependant, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a déclaré mercredi matin à la radio allemande qu’il était peu probable qu’une décision sur le report du Brexit soit prise lors du sommet européen de cette semaine et que les dirigeants de l’Union aient à se revoir la semaine prochaine.

Source : The Guardian – Brexit delay decision unlikely this week, says Juncker

La sortie du Royaume-Uni exige de l’humour, dit la ministre française qui a nommé son chat « Brexit »

Les citoyens ont besoin de « sens de l’humour » pour faire face au Brexit, a déclaré Nathalie Loiseau, ministre française des Affaires européennes, qui a baptisé son chat « Brexit » en raison de son caractère indécis.

Elle a déclaré au journal le Journal du Dimanche qu’elle avait baptisé l’animal du nom du départ du Royaume-Uni de l’UE parce qu’ « il me réveille tous les matins en miaulant à outrance en voulant sortir, puis quand je lui ouvre la porte il reste indécis, et me regarde mal quand je le mets dehors ».

Source : POLITICO – UK exit requires ‘humor,’ says French minister who named cat ‘Brexit’

Les ministres européens sont « épuisés » par les négociations après l’intervention de John Bercow : le « no deal » est probable

Les ministres européens ont déclaré que l’intervention choc de John Bercow sur le Brexit a rendu la perspective d’un « no deal » plus probable, avertissant qu’ils sont « épuisés » par les négociations.

Des fonctionnaires des 27 Etats membres de l’UE ont exhorté Thersay May à venir à Bruxelles jeudi avec de nouvelles propositions pour sortir de l’impasse autour du Brexit, disant aux journalistes que « le temps presse et que le temps va bientôt se faire rare ».

Leur intervention intervient après que le Speaker (Ndt: le président de la chambre) de la Chambre des communes a plongé les plans sur le Brexit de Theresa May dans le chaos hier soir, décidant qu’elle ne pouvait pas tenir un troisième vote significatif à moins qu’il soit substantiellement différent de la version déjà rejetée par les députés.

Source : The Daily Telegraph – Brexit latest news: European ministers warn Theresa May they are ‘exhausted’ from negotiations following John Bercow’s intervention

Violences sur les Champs-Élysées : « On était en mesure d’intervenir, on ne nous a pas autorisés à le faire », dénonce l’Unsa-Police

On savait que la manifestation de samedi allait être dure, difficile. Je reprécise que les policiers et les forces de l’ordre perdent toute initiative, c’est-à-dire qu’elles n’agissent que sur ordre, elles n’interviennent que sur ordre. Donc quand on est en manifestation, quand devant nous à 50-100 mètres, des casseurs sont en train de tout casser, les policiers se disent « Pourquoi on n’intervient pas ? » Parce qu’ils n’ont pas les ordres d’intervenir, ça il faut que la population le sache.

C’est un choix, on a laissé casser un certain nombre de choses, je pense qu’il y a des responsabilités. Il y a beaucoup de collègues qui m’ont appelé, qui m’ont dit ce n’est pas normal ce qui s’est passé. On était en mesure d’intervenir, on ne nous a pas autorisés à le faire. Je mets en cause ceux qui ont décidé que ça se passe comme ça et qui n’ont pas donné les instructions pour que ça se passe autrement. Dans l’organisation du dispositif, on a mis douze compagnies de CRS à sanctuariser l’Elysée, faut le faire, mais est-ce que ce sont aux CRS de sanctuariser l’Elysée alors que ce sont des spécialistes du maintien de l’ordre, de l’intervention ?

Source : France TV Info – Violences sur les Champs-Élysées : « On était en mesure d’intervenir, on ne nous a pas autorisés à le faire », dénonce l’Unsa-Police

L’Italie pourrait bloquer le report du Brexit : Salvini envisage d’accorder une faveur à Farage, prévient un proche de Merkel

Le leader italien eurosceptique, Matteo Salvini, bloquerait tout report du Brexit pour Nigel Farage, a révélé le député européen allemand Elmar Brok.

M. Brok, un proche allié de la chancelière allemande Angela Merkel, a insisté sur le fait que les points de vue étaient « très différent  » à travers l’UE sur la demande de Theresa May de prolonger la clause de sortie de l’article 50 du bloc de l’UE. Tout report du Brexit nécessitera une décision unanime de tous les dirigeants lors du sommet du Conseil européen de jeudi après-midi. M. Brok a imploré un bref délai jusqu’au 23 mai pour éviter que de nouveaux députés britanniques soient élus au Parlement européen.

Source : Express – Italy to BLOCK Brexit delay: Salvini favour to Farage, warns Brok | UK | News | Express.co.uk

Europe : la traçabilité de l’agriculture bio toujours aléatoire

Les auditeurs de l’UE avaient alors rapporté que les autorités chargées du contrôle n’échangeaient pas d’informations et que la question de la traçabilité s’avérait problématique entre les États membres (et d’autant plus avec les pays tiers). Le rapport avait révélé que sur l’ensemble des produits analysés, les parcours de seulement 40 % ont pu être retracés jusqu’au producteur. Si ceux-ci ont connu une certaine amélioration au cours des six dernières années, il est toujours difficile de mettre en place des contrôles systématiques dans tous les États membres et à tous les niveaux de la chaîne de production.

La vente des produits issus de l’agriculture biologique a connu une hausse de 69 %, passant ainsi de 18,1 milliards d’euros en 2010 à 34,3 milliards d’euros en 2017. En 2018, l’UE a importé des denrées biologiques de plus de 100 pays différents, mais le dernier audit révèle la difficulté de tracer de nombreux produits, notamment en raison de sa durée parfois supérieure à très mois.

Le rapport montre également qu’en cas de problèmes liés aux produits importés, il s’avère particulièrement difficile de trouver des solutions, malgré les règles mises en place pour faciliter le processus. Les auditeurs rappellent par ailleurs que si certains pays ont répondu à l’audit par des changements concrets (juridiques, de coordination et de procédures), ces changements ne concernent pas l’ensemble des États membres et varient d’un pays à l’autre.

« Les produits bio sont vendus jusqu’à 150% plus cher que leurs équivalents traditionnels », faisait remarquer la Commission le 7 mars. Une augmentation des prix qui encourage une hausse de la production, mais aussi du nombre de fraudes. Selon le Financial Times, la mafia italienne s’est ainsi engouffrée dans la brèche de l’importation de blé roumain labélisé « bio ». Un autre exemple de fraude, rapporté ce mois-ci par le journal allemand Taz, est celui des 40 tonnes de fraises allemandes vendues sous l’appellation bio alors qu’elles étaient issues de l’agriculture traditionnelle.

Source : Euractiv – La traçabilité de l’agriculture bio toujours aléatoire

Un printemps glacial pour le Macron Polonais

VARSOVIE – Les choses ne vont pas vraiment se dérouler comme prévu pour le grand espoir progressiste de la Pologne.

Un nouveau parti appelé Wiosna, qui signifie « printemps » en polonais, a été lancé le mois dernier par Robert Biedroń – l’un des premiers politiciens ouvertement homosexuels du pays – se présentant comme une alternative aux deux poids lourds de la politique polonaise, le parti dirigeant Loi et Justice (PiS) et la plate-forme civique centriste (PO). Biedroń s’est présenté comme un nouveau visage de la politique, sans aucune association avec le PiS ou le PO – une sorte d’Emmanuel Macron polonais, une comparaison qui a été encouragée par ses soins.

Le parti a également ciblé les électeurs de gauche marginalisés, laissés avec peu d’options après l’implosion de l’ancien parti communiste de l’Alliance de la gauche démocratique en 2005, et Biedroń a prospéré comme leader progressiste durant son récent mandat de maire de la ville côtière Słupsk où il était fréquemment présenté par des médias locaux et internationaux.

Source : Politico – A chill spring for Poland’s Macron

Nous, les électeurs, ne pardonnerons pas aux députés pro-UE leur trahison sur le Brexit

La contre-révolution du Brexit a commencé. Hier, les députés Remainers (Ndt: pro-UE) ont brisé les chaînes oppressives de la responsabilité démocratique et se sont déclarés indépendants de la population qu’ils servent.

Leur audace est tout à fait remarquable. En plus de voter au mépris de leurs électeurs, les députés qui représentent le Leave ne se sont pas contentés de détruire notre seule monnaie d’échange pour négocier un meilleur accord avec l’UE. Les ministres fonctionnent maintenant comme s’ils n’avaient de comptes à rendre à personne. Hier soir, quatre d’entre eux (David Gauke, Greg Clark, Amber Rudd et David Mundell) se sont abstenus lors du vote d’hier soir de retirer l’option « sans accord » du Brexit, même si le gouvernement a imposé une directive de vote pour maintenir le Brexit sans accord – une infraction normalement passible de renvoi.

Et maintenant, l’arrogant John Bercow – le Président de la Chambre – nous a offert un cours de maître au mépris du protocole parlementaire. Cet après-midi, il a autorisé un amendement donnant aux députés un vote sur la tenue d’un deuxième référendum, mais il a refusé un amendement visant à exclure ce deuxième référendum, bien que ce dernier ait recueilli 127 signatures d’appui de députés de tous les partis.

Source : The Daily Telegraph – We, the voters, will not forgive imperious Remainer MPs for their Brexit betrayal

Nigel Farage va faire pression sur les pays de l’UE pour obtenir un veto sur l’extension de l’article 50

L’ancien dirigeant du UKIP, Nigel Farage, a déclaré mercredi (13 mars) qu’il ferait pression sur les pays de l’UE pour que l’un d’eux oppose son veto à une éventuelle extension de l’article 50 au-delà du 29 mars.

« Je l’ai déjà dit. Je ferai de mon mieux pour obtenir un veto », a déclaré M. Farage, qui est maintenant membre du parti du Brexit, à Andrew Neil de la BBC, alors que la chambre basse votait pour écarter le Brexit « sans accord ».

En effet, une extension de l’article 50 ne peut être prise qu’à l’unanimité, et le veto d’un seul pays suffit à le bloquer.

Source : Euractiv – Farage to lobby EU countries in search of Brexit extension veto – EURACTIV.com

La France décroche 2 milliards d’euros de contrats au Kenya

Ce niveau d’échanges entre les deux pays est historique. La France n’est pour l’instant qu’un partenaire de second rang du Kenya. Les échanges bilatéraux atteignaient seulement 273 millions d’euros en 2017, avec un excédent de 69 millions d’euros en faveur de l’Hexagone. Emmanuel Macron espère changer la donne en poussant les entreprises françaises à se saisir des opportunités qu’offre ce pays dynamique de 48 millions d’habitants.

En 2008, le pays a lancé le plan «Vision 2030» qui ambitionne à cette échéance de «transformer le Kenya en un pays intermédiaire nouvellement industrialisé, qui confère à ses citoyens un haut niveau de vie, dans un environnement propre et sécurisé», souligne le Trésor dans une note.

La Chine s’est rapidement positionnée, devenant le premier partenaire commercial du Kenya, avec plus de 3,5 milliards d’euros de biens exportés en 2017. Mais Emmanuel Macron entend bien récupérer sa part du gâteau. « En matière économique, la France accompagne depuis plusieurs années le Kenya, sur des projets de développement en matière d’énergie, d’eau, mais nous ne sommes pas assez présents sur des projets économiques et industriels », a souligné le chef de l’État.

Source : Le Figaro – La France décroche 2 milliards d’euros de contrats au Kenya

Complot pour reporter le Brexit jusqu’à deux ans alors que des ministres trahissent Theresa May pour écarter l’option du Brexit « sans accord »

Un complot visant à reporter le Brexit jusqu’à deux ans était en cours mercredi soir après que quatre ministres du Cabinet ont trahi Theresa May en écartant l’option du Brexit sans accord pour de bon.

Le Brexit sera reporté au 30 juin, même si les députés peuvent être persuadés de soutenir un accord la semaine prochaine. Si un accord est à nouveau rejeté, un délai « beaucoup plus long » sera inévitable, a averti Mme May.

En une nuit historique à la Chambre des communes, Mme May a perdu le contrôle de son parti – et du processus du Brexit – alors qu’Amber Rudd, David Gauke, Greg Clark et David Mundell défiaient le Whip en s’abstenant de participer à un vote qui aurait permis de garder l’option du Brexit « sans accord ».

Le gouvernement a perdu le vote par 321 voix contre 278, obligeant Mme May à donner aux députés un vote sur le report du Brexit jeudi soir.

Mme May a déclaré que les députés pourraient voter jeudi en faveur d’un délai de trois mois « court et tranchant », à condition qu’ils votent pour un accord au plus tard, le 20 mars.

Source : The Daily Telegraph – Revealed: plot to delay Brexit by up to two years as Cabinet ministers betray Theresa May over no deal

Le Royaume-Uni va supprimer les droits de douane sur 87 % des importations dans le cadre d’un Brexit sans accord

La panoplie de droits de douane serait maintenue pour certaines marchandises, y compris les importations agricoles et les voitures.

Le Royaume-Uni abaisserait temporairement les droits de douane à zéro sur 87 % des importations en cas d’un Brexit sans accord afin d’éviter que les consommateurs ne soient touchés par des « hausses de prix potentielles », ont déclaré les ministres mercredi.

Le régime des droits de douane d’urgence s’appliquerait jusqu’à 12 mois, selon un document d’information du gouvernement publié mercredi matin.

Après que l’accord sur le Brexit de Theresa May ait été rejeté par la Chambre des communes pour la deuxième fois mardi, les députés voteront mercredi prochain sur la question de savoir s’ils doivent quitter l’UE sans accord à la date légale du 29 mars.

Source : POLITICO – UK to cut tariffs to zero on 87 percent of imports in no-deal Brexit