Pourquoi le Pape François conspue-t-il tout nationalisme occidental, tout en ignorant sa variante arabe aux Émirats arabes unis ?

Le Pape était il y a peu en visite aux Émirats arabes unis : c’était la première fois de l’histoire qu’un souverain pontife mettait le pied dans la péninsule arabique. Le symbole était fort, et cette première s’est déroulée sur fond d’une conférence inter-religieuse, hébergée par les Émirats, assez tolérants en la matière par rapport à leur environnement régional.

null
La cérémonie d’accueil du Pape François, en visite au palais présidentiel des ÉAU, dans la capitale Abu Dabi, le 4 février 2019

Les Émirats veulent se poser comme bastion de stabilité et d’harmonie inter-cultuelle pour le Moyen-Orient, ces deux qualités constituant des « arguments de vente » pour consolider leur influence inter-régionale en tant que Grande puissance en devenir. Il faut savoir gré au Pape d’apporter sa pierre à une construction de paix, et son voyage dans un pays musulman de plus, ainsi que sa condamnation courageuse des conséquences humanitaires de la guerre contre le Yémen, dans laquelle le pays hôte de cette conférence est très impliqué. Mais il reste tout de même tout un pan d’hypocrisie derrière cette visite.

Le Pape François n’a pas fait mystère de son aversion profonde contre le nationalisme : la dernière fois qu’il en a parlé remonte au mois dernier, alors qu’il s’adressait au Corps Diplomatique accrédité auprès du Saint Siège. Mais apparemment, les manifestations par les Émirats de cette même idéologie au cours des deux années écoulées ne lui ont posé aucun problème. Même s’ils ne le disent pas explicitement, les Émirats s’emploient à se présenter comme l’un des dirigeants du Monde arabe, face à ce que certains décrivent comme « un expansionnisme turc et perse dans les terres historiquement arabes » ; on en a encore eu une illustration lumineuse la semaine dernière, quand Anwar Gargash, Ministre des affaires étrangères des Émirats arabes unis, s’est opposé aux projets de la Turquie d’opérer une nouvelle intervention anti-terroriste en Syrie.

Le ministre avait déclaré que « toute intervention opérée par des non-arabes sur une terre arabe sera considérée par nous comme négative », chose qui constitue une approche ethniquement chauvine, et qui ignore les préoccupations légitimes que nourrit la Turquie en matière de sécurité, face à des groupes en Syrie du nord décrits par elle comme affiliés au PKK. Le sentiment de nationalisme civique qui monte en occident ennuie suffisamment le Pape pour qu’il le condamne, mais pour ce qui concerne les Émirats, soit on ne l’a pas tenu au courant des événements, soit il n’en a cure. Quand bien même il en aurait eu connaissance, le politicien qui vit en lui ne laisserait sans doute pas quelque chose aussi « politiquement dérangeant » venir entacher l’importance historique de sa visite dans la Péninsule arabique. On peut même penser qu’il aura modérément critiqué la Guerre au Yémen comme une sorte de « compromis ».

Mais dans l’intérêt de la soi-disant « cohérence politique », le Pape devrait un jour ou l’autre s’exprimer au sujet du nationalisme arabe, et faire savoir à ce sujet s’il y est autant opposé qu’à celui qui connaît un renouveau dans certains pays d’occident. Si tel était le cas, nul ne trouverait matière à le considérer comme hypocrite en la matière, mais s’il jugeait le nationalisme arabe plus acceptable que dans les pays d’occident, les nombreux critiques qui le soupçonnent depuis longtemps de servir sans le dire un agenda libéro-mondialiste trouveraient du grain à moudre. À la fin de la journée, le Pape mérite d’être applaudi pour sa visite en Péninsule arabique, mais on devrait également le questionner quant à sa position au sujet du nationalisme arabe de ses hôtes.

Andrew Korybko

Source : Oriental Review, traduit par Vincent


Le présent article constitue une retranscription partielle de l’émission radiophonique context countdown, diffusée sur Radio Sputnik le 8 février 2019.





À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.