Portugal : L’ultime arnaque de l’UE

Cette analyse a été publiée sur Facebook en septembre 2017 et a été mise à jour régulièrement. Cet article sera également mis à jour régulièrement en fonction de l’actualité.

Le Portugal est supposé « aller bien », et ne pas obéir aux diktats du prédateur illégitime européiste.

NOTE 1 : Si vous disposez de peu de temps, allez directement en milieu de page, à la section « Le miracle Portugais? »

NOTE 2 : Ce qui est exposé ici, ce sont pour l’essentiel des faits. Pas des opinions. C’est donc l’exposé de la réalité désastreuse – voire – séismique – que subit le Portugal. Le tout appuyé par des commentaires / analyses sur les conséquences de ces faits.

PRÉAMBULE

Cet article a pour but de contrarier la manipulation de masses en montrant la façon insidieuse, grotesque et insultante, dont l’UE et ses subordonnés nationaux mentent effrontément aux citoyens otages. Ceci grâce à une presse complice. Ils présentent le Portugal comme « modèle ». Alors que le Portugal est assassiné. Et s’il est un modèle, c’est celui d’une nation entièrement massacrée par l’UE.

Qu’allez-vous trouver dans cet article ?

  • Le contexte
  • Le Portugal entièrement soumis au forceps européiste
  • Record : Les impôts et charges indirectes atteignent un niveau record. C’est un pillage des citoyens sans précédent.
  • Le Portugal ne va en rien mieux. Il survit et mal, dans une dévastation complète de la société. On sauvegarde les apparences, qui servent à cacher la terrible réalité.
  • Avant que le Portugal soit ravagé par l’europeisme, le service de santé portugais était quasi-exemplaire. Désormais, sous le ravage de l’UE, c’est un chaos. 700.000 personnes attendent des lustres pour une intervention chirurgicale. Quand ce n’est pas une simple consultation. Beaucoup sont déjà morts lorsqu’on les convoque.
  • Le résultat catastrophique. Le Portugal survit artificiellement. En comptant sur les centaines de milliers d’exilés.
  • 167.000 euros de retraite par mois, ça vous dit ?
  • Le chômage réel atteint 18 à 20%. Entièrement faussé par les emplois précaires, et par l’exil forcé de 540.000 citoyens. Plus 100 à 110.000 autres chaque année qui passe
  • Pourquoi cette manipulation médiatique ?
  • Le miracle portugais ? Une imposture relayée par les médias européistes.
  • Le pouvoir d’achat des portugais a reculé de 10 ans. C’est un retour à 2008.
  • L’exil historique de centaines de milliers de citoyens portugais sacrifiés, faussent toutes les données du chômage, des finances, de l’économie, des comptes publics, des dépenses
  • Le Portugal est vidé de son sang
  • Déficit et PIB : L’imposture
  • Le saviez-vous ? L’UE a détruit quasiment toute l’agriculture portugaise. De 30% du PIB, l’agriculture ne représente plus que 1% du PIB. Un désastre qui en plus de piller les portugais en les obligeant à importer, détruit l’économie, et est également un élément contribuant à la propagation des incendies. Le territoire se retrouvant sans ses coupe-feux naturels.
  • Vous avez dit croissance ? Quelle croissance ?
  • UE : La spirale de la mort
  • Entre UE et Démocratie il faut choisir
  • La dette publique a augmenté
  • Portugal, 4è pays le plus endetté au monde
  • Target 2, l’endettement duquel personne ne parle
  • 72 Milliards d’Euros de dette générée par l’Euro et cachée sous le tapis
  • La prostitution et la drogue dopent artificiellement le PIB
  • Le Portugal augmente sa dette. Mais les agences de Rating augmentent sa note
  • Complément : Le prochain inévitable pillage des comptes bancaires

Le contexte

Pour bien comprendre le désastre que vit le Portugal, il faut avoir en tête l’essentiel. Le pays et ses habitants ont subi TOUTES les prédations possibles imposées par l’UE, et ceci bien avant les autres. Pas un mot des traités, des GOPE et des directives n’a été oublié. Les politiciens portugais successifs, de l’actuel aux précédents, ont appliqué – et continuent à appliquer – à LA LETTRE les ordres européistes.

Et sans dévier d’une virgule, les subordonnés portugais de l’UE s’y tiennent religieusement. En allant même au-delà.

Un exemple : le déficit

En 2016, Bruxelles « permettait » à l’actuel « gouvernement » portugais d’Antonio Costa, un déficit de 2,4%. Or dans une obéissance sans failles ni limites, l’actuel « gouvernement » portugais, par excès de zèle, obéissant aux maîtres et pour paraître un bon élève docile de l’UE, a été plus « Papiste que le Pape » et a réduit le déficit bien en-deçà du seuil permis par l’UE. Il n’y a STRICTEMENT aucune déviation des diktats européistes.

Augmentation d’impôts record.

Pendant que le gouvernement portugais exonère certaines catégories d’étrangers venus s’installer au Portugal, en parallèle les portugais eux-mêmes n’ont jamais été autant taxés. Tandis que les salaires ont reculé au niveau de 2008 (10 ans en arrière), c’est un record absolu d’impôts et taxes qui pleuvent de tous les côtés. Un véritable carnage vécu dans un quasi-silence (encore, mais jusque quand ?), empreint de dignité et de résignation.

Les impôts et taxes indirectes imposées par le gouvernement de Antonio Costa, portent désormais cette charge fiscale portugaise au plus haut niveau depuis 20 ans

Le salaire minimum

Le pourcentage d’employés percevant le salaire minimum portugais était de près de 12% en 2011. Il est désormais de 21,6%. La majorité des postes de travail créés (tourisme, services, emplois subalternes et sans qualification), sont précaires, saisonniers et/ou axés sur les bas salaires. L’exploitation des protagonistes semble être une norme sur le terrain. Les heures sans fin, la pression permanente, le sacrifice de la vie familiale, sont généralement la contrepartie de cette aumône, qui consiste à avoir le droit de travailler pour une rémunération misérable. Beaucoup doivent cumuler plusieurs de ces emplois pour survivre.

C’est de l’esclavagisme pur et simple, qu’impose inexorablement le concept européiste dans toutes les nations sous emprise de l’UE.

Ce salaire minimum a récemment été augmenté symboliquement, (augmentation reprise de l’autre main par une augmentation effrénée des impôts indirects et taxes indirectes, impôt carburant, taxes diverses, mais aussi par la réduction des charges sociales sur le travail, c’est à dire une confiscation d’une partie du salaire différé qui correspond, entre autres à la retraite.

C’est dire si les actuels gouvernants sont loin de désobéir aux diktats européistes, les GOPE, qu’ils sont – évidemment – obligés d’appliquer.

Allant plus loin que ce qui leur est demandé, ils s’évertuent au contraire à s’en tenir à plus de rigueur que ne le souhaite Bruxelles. Ce qui est un comble. Un excès de zèle ahurissant, pour ne surtout pas risquer de déplaire à l’oligarchie européiste quand les taux d’intérêt monteront et que la BCE cessera de fausser le jeu en injectant massivement des euros photocopiés dans l’économie. Ils recevront (personnellement) la récompense de leur admirable servitude en temps utiles.

Les privatisations des services publics ont été effectuées sans ménagements. (Pour rappel, c’est l’article 106, en complément de l’article 121 du traité européiste, qui oblige toutes les nations otages de l’UE à privatiser leurs services publics. La stratégie consiste à les priver de moyens afin de les faire pourrir, pour que les services privés prennent le relais).

A titre d’exemple, les portes du Portugal que sont les aéroports, ont été entièrement livrés à des oligarchies privées étrangères. Il en est de même pour les autoroutes. Désormais plus d’un 1/3 des lits des hôpitaux sont privés. Ceci sachant que des centaines de centres publics de santé de proximité ont été fermés et que seuls 18% des portugais possèdent une mutuelle de santé. On devine facilement les terribles conséquences humaines qui en découlent.

SANTE : 700.000 personnes attendent une intervention chirurgicale. Beaucoup meurent avant d’avoir obtenu une simple consultation. Le manque de médecins est décrié. Le secteur de la santé est ravagé par les coupes émanant des ordres européistes, engendrant le chaos dans les hôpitaux portugais. Du continent comme de Madère. Il en va de même aux Açores;

La misère cachée par des artifices :

Les dernières statistiques officielles, pointent 26% de la population portugaise en état de misère ou en passe de l’être. Voir ici. Sachant que la misère est un état qui rarement fait objet de vantardises. La réalité factuelle est bien plus importante au-delà des apparences superficielles des grandes villes.

Tout ceci pendant que certains complices de l’oligarchie européiste, engrangent, sans la moindre honte, 167.000 euros PAR MOIS de retraite ! Le collaborationnisme, ça se paie.

(Gardons en mémoire qu’en France, elle aussi sous l’emprise européiste), il y a 3 Millions d’enfants misérables. En Allemagne, ce n’est évidemment pas mieux).

En 2015, plus qu’en Grèce, le Portugal était le pays de l’UE ayant le plus d’enfants et de jeunes dans la misère (640.000 enfants sur une population de 10 Millions d’habitants).

Depuis 2 ans, rien n’a évidemment changé si ce n’est que les jeunes en question ont dû s’exiler toujours davantage pour fuir les conséquences de l’europeisme. Donnant ainsi une impression fausse de la réalité.

Tout comme en Grèce, le fameux prétexte du « sauvetage » portugais (qui en réalité a consisté en un pillage de la nation), a amené la Troïka (UE+FMI) à imposer aux portugais tout le saccage qui est imposé à la France au compte-gouttes et au fil des années.

Le Portugal soumis au forceps européiste

Bien avant l’heure, le Portugal et les portugais ont donc subi d’un seul coup, toutes les impositions possibles de européisme. Et au forceps.

Tout le massacre et le pillage ont été imposés sous l’alibi du « sauvetage ». Ce qui a permis d’imposer aux portugais le fléau dévastateur de l’europeisme. Ceci avec des conséquences économiques, sociales et humaines que seule la dignité de ce peuple peut contenir en silence.

Désormais, dans un Portugal en décadence, les quelques miettes du pillage redistribuées d’un côté (et d’ailleurs reprises de l’autre), veulent faire croire aux autres populations victimes de l’europeisme que l’austérité est passée et que le Portugal va bien. Masquant ainsi la terrible réalité.

Partout, les medias mainstream vantent le supposé modèle portugais qui serait sensé avoir amené le Portugal au paradis en contrariant les diktats de Bruxelles.

Le Portugal serait un miracle économique. Faisant fi de la réalité.

Nous allons donc voir l’ampleur et la réalité de ce « miracle », qui s’il « racle » quelque chose, ce sont les fonds des poubelles européistes. Et de la même façon, nous allons voir par quelle magie les actuels (faux) dirigeants portugais collabos seraient sensés ne pas appliquer les ordres imposés par leurs maîtres eurocrates.

Il s’agit évidemment d’une arnaque absolue. Une de plus à laquelle les européistes nous ont habitués.

Le Portugal ne va en rien mieux. Il survit.

D’après l’indice officiel du « Développement humain de l’ONU », le Portugal est en 49è position, et vient même après la République Tchèque, la Grèce, Chypre, L’Estonie, la Lituanie, la Pologne, ou la Slovaquie…

Rappelons que ravagé par l’europeisme, les salaires moyens des portugais ont diminué de façon drastique, et sont encore inférieurs à ceux d’il y a 10 ans. Un recul historique.

Malgré le contexte historiquement favorable avec le faible prix du pétrole, les taux d’intérêt négatifs et les Milliards d’Euros artificiels jetés dans l’économie de l’UE par la BCE, le dumping fiscal attirant les étrangers (et qui créé une ségrégation envers les autochtones), le Portugal continue sa décadence.

Le tourisme portugais est en hausse mais ne représente toutefois que 6% du PIB actuel. Sachant par ailleurs que vu que le PIB a baissé de plus de 22% en 10 ans, ces 6% ne sont en réalité que 4,7%. Et qu’une partie des recettes repartent vers les grands groupes étrangers ayant investi au Portugal (Chaînes hôtelières, compagnies aériennes, taxes d’aéroports, péages d’autoroute, locations de voitures, enseignes diverses…). L’incidence réelle sur l’économie du pays est presque un détail.

Quant à l’engouement actuel pour l’immobilier portugais qui est en train de fomenter une bulle, (qui éclatera forcément avec ses conséquences), en plus d’être un investissement essentiellement étranger, il a en parallèle des répercussions catastrophiques dans la société portugaise.

En plus de générer une hausse historique et artificielle du prix de l’immobilier et des loyers, et commencer à engendrer des problèmes sociologiques, cela a pour conséquence de vider les villes de leur citoyens en plus de diminuer leur pouvoir d’achat.

A Lisbonne, en 6 ans la hausse des prix est vertigineuse. Les portugais ne reconnaissent plus leur pays et se sentent dépassés et impuissants.

– Tout comme les précédents, les actuels politiciens complices européistes portugais continuent bien sûr à appliquer les ordres imposés par les diktats européistes, les traités, les GOPE, et les directives.

Tant que le Portugal continuera otage du concept aberrant européiste, ces petites mains n’auront d’autre choix que d’appliquer les ordres de l’oligarchie technocratique bruxelloise.

Ils continuent à massacrer littéralement le pays, tout en bernant leurs citoyens et en pratiquant un «  génocide tacite  » de pans entiers de la population.

Tout ceci afin que les citoyens des autres nations otages pensent qu’il existe une «  solution  » pouvant contrer la démence du concept illégitime européiste. Si les autres populations « gobaient  » cette hérésie, cela permettrait à l’oligarchie de Bruxelles de maintenir leur cadavre de UE et leur Euro en survie artificielle quelques années de plus sans trop de heurts.

Pourquoi ?

Pourquoi l’oligarchie européiste, les médias mainstream et les laquais serviles économistes et politiciens, s’évertuent-ils à faire croire que l’actuel gouvernement portugais désobéit à l’UE (alors que c’est faux à 100%), et que le Portugal est supposé « aller bien » (Alors qu’au contraire la nation meurt en silence) ?

Toujours pour la même raison depuis 30 ans.

Pour continuer à laisser penser aux populations otages qu’il existe une alternative. La fameuse « autre Europe ». Et que la « gauche » serait sensée apporter une solution au désastre généré par l’UE et l’euro. On voir lé résultat au Portugal. Un génocide historique. On a vu le résultat en Grèce, avec le traître Tsipras. Lui aussi, fervent adepte de « l’autre Europe ». Celle du désastre et du chaos. La Grèce est aujourd’hui un pays du tiers monde. Pillé, dévasté.

Les français aussi, bien avant les autres, ont compris l’imposture que ce sont les fameuses « gôches » européistes. Il n’existe pas d’alternative à une folie dictatoriale telle que l’union soviétique (heureusement explosée depuis 26 ans) ou l’union européiste (malheureusement maintenue en vie artificielle).

Entre UE et Démocratie il faut choisir

On ne peut pas avoir une chose et son contraire. De même que la souveraineté et la démocratie ne peuvent pas être partielles. Ou elles existent, ou elles n’existent pas.

Le seule solution alternative face à une dictature et un concept dément de cette ampleur, est la libération. La libération entière, non négociable et inconditionnelle. Le retour à la normalité et à la démocratie. La souveraineté et la démocratie ne se négocient pas. Elles se prennent.

(En France, les mêmes médias mainstream commencent lentement à perpétrer le même type de manipulation mentale basé sur la méthode Coué; « Tout va bien au Portugal ». Afin de perpétrer la cécité des autres victimes)

Le résultat…

Dans les prochaines lignes, nous allons voir qu’au contraire d’un miracle, c’est d’une gigantesque arnaque qu’il s’agit. D’un endoctrinement mental et médiatique de masses perpétré par le biais de la méthode Coué. Car le Portugal, comme l’ensemble des nations otages de l’europeisme, est en proie à une dévastation historique. Une nation qui s’éteint.

Et bien évidemment les politiciens portugais actuels, qui acceptent de continuer à livrer le Portugal au concept virtuel européiste, appliquent exactement – et à la lettre – les mêmes ordres de Bruxelles que tous les précédents. Tant que l’UE n’explosera pas ou que le Portugal n’expulsera pas l’UE hors de ses frontières, le génocide du Portugal continuera, en silence.

Le « Miracle » portugais

Analyse détaillée du « mi-racle »…

1 – L’exil de 540.000 citoyens portugais

L’actuel « gouvernement » portugais (qui ne gouverne pas et se contente d’appliquer les ordres), se targue pompeusement d’être parvenu à réduire le chômage, et d’avoir respecté le déficit maximal imposé par Bruxelles.

Or ce que ces serviteurs dociles de l’europeisme oublient de mentionner, c’est que ces données sont falsifiées. Il s’agit d’une entourloupe grotesque. Une insulte à l’intelligence humaine et à la population portugaise.

En effet, les conséquences dévastatrices de l’européisme ont obligé quelques centaines de milliers de portugais, (540.000, et qui augmentent de jour en jour), (Source : Observatorio da emigraçao), dont une grande partie de jeunes diplômés, à s’exiler de leur pays faute de trouver un emploi. Or ces centaines de milliers de victimes de l’UE ne demandent qu’à revenir dans leur pays, retrouver leur contexte, environnement, famille et amis.

Aujourd’hui encore et chaque jour qui passe, l’hémorragie humaine continue.

Au-delà des 540 Mille citoyens exilés récemment, la saignée continue avec 110 mille autres portugais qui quittent leur pays chaque année. C’est un cataclysme sans précédents dans l’histoire du Portugal.

(Les pseudo-gouvernements qui se succèdent tentent d’atténuer l’apparence des données de cette hémorragie démographique en faisant appel aux retraités étrangers, avec des mesures fiscales incitatives. Mais ces retraités ne font que diminuer l’apparence des données démographique. Et ne remplacent en aucun cas la population qui s’exile, son potentiel et sa dynamique)

Les articles fleurissant partout sur les médias et vantant la supposée amélioration de la réalité portugaise en occultant cette réalité tragique, sont une insulte irresponsable, complice et immonde, faite au Portugal et aux portugais.

Car le Portugal est vidé de son sang dans un silence assourdissant. Trois jeunes portugais sur 4 sortants des études, n’envisagent même plus de pouvoir rester au Portugal. Il s’agit d’une des plus grandes anomalies de l’histoire du pays, pire encore que l’exil massif des années 60/70 obligeant la population à fuir les conséquences nocives du salazarisme.

Le Portugal est vidé de son sang…

Par ailleurs, le chaos démographique et sociétal que provoque cette hémorragie humaine dantesque n’est pas mesurable. C’est de la destruction pure et simple du futur d’un pays qu’il s’agit, en évinçant en masse les forces vives de la société. Empêchant des familles de se créer, des enfants portugais de naître (alors que la démographie portugaise est déjà en chaos absolu avec un indice de 1,3 enfants. Pire qu’en Allemagne.); empêchant le Portugal d’évoluer, de vivre, d’aller de l’avant; disloquant des familles entières irrémédiablement, entravant rêves et projets, et condamnant le futur d’une nation entière, dont on sait que la démographie est le pilier de survie absolu.

« C’est à la mort pure et simple du Portugal que l’on assiste, dans un silence macabre et complice. On atteint là un degré d’irresponsabilité psychiatrique. Et toutes celles et ceux qui se taisent, et font mine de ne pas voir ou ne pas comprendre, en plus de victimes elles-mêmes, ils font preuve d’une lâcheté indigne de se réclamer des couleurs du Portugal, qu’ils contribuent à assassiner par leur vassalisation aveugle à européisme prédateur.

Aimer le Portugal c’est le défendre contre ses prédateurs et l’aider à récupérer sa souveraineté et sa démocratie violées. Et non acheter un maillot ou un saucisson portugais en se donnant bonne conscience, tout en criant hypocritement « Vive le Portugal ! »

Oser se vanter d’avoir réduit le chômage en éclipsant 540.000 victimes délibérément, en plus des centaines chaque jour qui passe; c’est un « génocide de fait » d’une partie de la population. Car en réalité en comptant ces exilés qui n’attendent que de rentrer chez eux, le chômage réel est multiplié par 2. Et encore, en ne tenant pas compte des habituelles falsifications des données officielles.

De surcroit, ces exilés en grande partie diplômés sont allés servir de « chair à canon » dans d’autres nations, en effectuant des emplois subalternes et sous-payés. Cela leur permet cependant de subsister en attendant. En attendant quoi ?

Chaque année les portugais à l’étranger envoient près de 3 Milliards dans leur pays. Ces montants sont considérés au niveau comptable comme des exportations. Ce qui a permis à l’actuel « gouvernement » d’atteindre les impératifs fixés par Bruxelles en termes de déficit. Et en parallèle d’amenuiser le déséquilibre de la balance courante. Pour finir, les comptes publics ont eux aussi été améliorés artificiellement grâce à cette partie de la population sacrifiée, en amenuisant notamment les dépenses de santé et d’indemnités de chômage.

Tout ceci est donc falsifié par « l’hégémonie tacite » de la composante dynamique de sa population. Le Portugal demeure victime de l’anomalie européiste, en présentant des résultats artificiels, qu’autant les médias portugais qu’étrangers montrent comme étant une réussite. Il s’agit d’une manipulation ahurissante. Une gigantesque imposture et une insulte envers la démocratie, la population sacrifiée et leurs familles restées au Portugal. L’UE sépare et détruit les liens familiaux, transformant les victimes en nomades. C’est aussi un de ses objectifs.

2A – Déficit et croissance

Le déficit portugais de l’année de référence pointée comme miraculeuse (2016), est passé de 4,4% en 2015, à 2,1% du PIB en 2016.

Le PIB est quant à lui passé à 184.931 Millions d’Euros, soit une croissance de 1,4%.

En d’autres termes, le Portugal a dépensé 2,1 Euros (déficit), pour produire 1,4 Euros de richesse (PIB)

Il n’est nul besoin d’avoir un doctorat en économie pour comprendre que si le « boulanger du coin » dépense 2,1 pour en récolter 1,4 sa boulangerie fermera bientôt ses portes. Et qu’au contraire d’un miracle, c’est une sinistre plaisanterie. Un maquillage grotesque car il s’agit en réalité d’un chaos absolu. Comment faire autrement tant que le Portugal demeurera otage de l’européisme ? Rappelons que l »UE est la zone de la planète ayant depuis près de 2 décennies, la plus faible croissance constante de la planète. L’UE est le trou noir du globe, qui recule sans cesse tandis que le monde avance.

Le fait que le Portugal ait diminué ce ratio Dette / PIB incohérent par rapport à l’année précédente, même si c’est effectivement dans la logique des choses, n’a strictement rien de « bon », de « miraculeux », et ne peut en aucun cas être présenté comme un « modèle ».

UE = La spirale de la mort…

Il faut bien comprendre que tant que l’UE sera maintenue en vie (artificielle), les recettes de l’Etat seront irrémédiablement diminuées, « grâce à l’exportation » des bénéfices des grands groupes vers l’étranger.

Car cette supposée « évasion fiscale » est au contraire parfaitement LEGALE. C’est même l’axe fondamental et le pilier de l’UE, avec la libre circulation sans contrôle ni limites des capitaux (article 63 du TFUE).

Ceci afin de diminuer éternellement les recettes de la nation, de maintenir les comptes déséquilibrés et la dette active, d’obliger la nation à avoir recours aux emprunts et donc aux éternels intérêts composés. Obligeant de surcroît le pays à saccager ses services publics, qui sont peu à peu remplacés par les services du privé, appartenant aux mêmes qui « fuient » légalement au fisc. La boucle est bouclée. L’UE est l’arme de l’oligarchie leur permettant de commettre le crime parfait.

2B – Vous avez dit « croissance » ?

PIB PORTUGAL : Source Banque mondiale

Depuis 2008, le Portugal a perdu 22% de son PIB annuel.

Oser parler de « croissance » lorsque le PIB « augmente » de 1,4% sur le dos de l’endettement, de vente du patrimoine, de coupes drastiques, de privatisations, du maintien des bas salaires, de l’emploi précaire, et de l’exil de 540.000 citoyens, en étant au fond de l’abîme; ce n’est pas de la croissance mais une minuscule bulle d’air artificielle, incapable de masquer le désastre.

 

Tout ceci en saccageant les services publics, comme l’impose Bruxelles par ses traités. En Algarve par exemple, il ne reste plus que 2 dermatologistes pour couvrir toute une région. C’est un chaos indécent. Et il en est ainsi pratiquement partout au Portugal.

Rien que pour récuperer le même niveau du PIB de 2008, la croissance devrait augmenter de 28%. (262 Milliards / 204,5 Milliards = 128%). Et sans aucun déficit. Ceci uniquement pour retrouver le niveau antérieur et en ayant reculé d’une dizaine d’années. Le Portugal, comme toutes les nations otages de l’UE – Germanie comprise – vit un véritable calvaire. Un drame économique, sociétal, démocratique, social et humain.

3 – La dette publique a augmenté

La dette publique du Portugal a augmenté de 1,4 points. 9,5 Millions de plus que l’année précédente. Voir ici.

Or un pays qui augmente sa dette publique n’a rien d’un modèle.

Parler de « miracle portugais » devrait au minimum, amener les populations à s’interroger.

Qu’y a-t-il de miraculeux là-dedans ?

4 – Portugal, désormais le 4ème pays le plus endetté au monde

Le niveau de la dette portugaise était environ de 50% du PIB en 2005.

Et après les coupes drastiques, le saccage des services publics imposés par l’UE à tous ses politiciens nationaux successifs…

Après les centaines de « réformes structurelles » infinies imposées au portugais, après l’émigration massive des portugais, après des coupes aveugles imposées par la Troika (UE + FMI)…

Après le véritable pillage de la population, – les 99% des portugais ou d’entreprises qui ne peuvent pas exporter les bénéfices à l’étranger – après la vente du patrimoine à des prédateurs, (énergie, eau, postes, autoroutes, transports, ponts payants, aéroports, etc.)…

Après donc les nombreuses privatisations imposées par les traités européistes, après le carnage infligé à l’économie et à la population portugaise, après la destruction intégrale du code du travail et la fameuse flexibilisation imposée par Bruxelles; la précarisation, la paupérisation de la société, l’austérité qui a plongé un grand nombre de portugais dans la misère, etc…

Après les impositions du PAC, qui ont laminé l’agriculture portugaise (qui ne représente plus désormais économiquement que 1% du PIB); après le démembrement du secteur de la pêche (l’UE a obligé le Portugal à détruire – physiquement – 50% de ses bateaux de pêche), conduisant le pays qui est le plus grand consommateur de poisson en Europe (54 kg/ an / habitant) à devoir importer une partie du poisson qu’il consomme…

Après un véritable saccage de la société, la dette portugaise est néanmoins passée de près de 50% du PIB en 2000, à plus de 130% du PIB en 2016 ! Ce qui fait désormais du Portugal le 4ème pays le plus endetté au monde ! Voir Ici. Donc effectivement un exemple de l’européisme à suivre. Un miracle.

Rappelons au passage que depuis 2008, et pour être sauvé, le système financier a déjà reçu plus de 14 Milliards payés par les contribuables portugais. Et ce n’est pas fini…

5 – Le Target2. L’endettement des portugais duquel personne ne parle.

Le Target2. L’endettement des portugais duquel personne ne parle surtout pas.

Voir ici ce qu’est le Target2

Il est plus que probable (et d’ailleurs attendu) que la dette publique diminue en 2017. D’ailleurs avec toutes les coupes drastiques subies par les portugais depuis 5 ans, et qu’ils ne récupéreront pas quoi qu’il arrive (car ce qui est perdu est perdu), il serait pour le moins naturel que la dette publique diminue un peu en 2017.

Cependant, il existe une dette dont bizarrement personne ne parle. Le solde Target2. Et que l’actuel gouvernement (tout comme les précédents) a augmenté.

Le solde Target2, (pour faire simple) est une dette qui n’a rien à voir avec la dette publique ni privée. C’est une dette supplémentaire résultant du concept de l’UE et de l’Euro, et qui est collée au dos de tous les portugais sans qu’ils le sachent.

Target 2 fin 2016 – Janvier 2017

En fait le solde Target2 est une dette entre banques centrales des nations qui malheureusement ont adopté l’Euro. Mais comme cette dette ne pourra jamais être remboursée par la banque centrale portugaise aux autres banques centrales rivales, ce seront les portugais, tous les portugais, qui un jour ou l’autre devront la payer. Quoi qu’il arrive.

Or elle se monte déjà à 72,3 Milliards d’euros fin 2016 ! L’actuel gouvernement « miraculeux » et qui est sensé « ne pas appliquer les règles européistes », alors que bien sûr il est obligé de les appliquer dans les moindres détails, a augmenté le solde (la dette) Target2 de 10,6 Milliards d’Euros !

Une peccadille, qui si c’est un « mi-racle », est effectivement la « moitié d’un racle ». Une sacrée « raclée » infligée à tous les portugais dans leur dos. Ceci dans un silence assourdissant.

Pourquoi ce silence ?

Avez-vous déjà entendu parler du Target2 ? Probablement jamais. Pourquoi ?

Parce que si les complices de l’européisme (technocrates, eurocrates, politicards, journalistes, économistes, commentateurs), montraient cette réalité aux citoyens, ils comprendraient ce qu’est l’arnaque de l’euro. Or les eurocrates veulent maintenir cette monnaie destructrice en vie le plus longtemps possible jusqu’à son éclatement, (malgré les ravages qu’elle engendre), pour éviter une révolte certaine des populations concernées.

En fait, les irresponsables européistes ne savent pas comment se dépêtrer de cet immense piège qu’est l’UE et l’Euro, dans lequel ils ont entraîné les citoyens otages. Et aucun d’eux ne veut endosser la responsabilité d’une révolte et d’un éclatement des sociétés concernées par cette hérésie démentielle. On ferme les yeux. On fait comme si. Et on continue à foncer dans le brouillard…

72 Milliards d’euros cachés sous le tapis

Or en plus des dettes publique et privée insoutenables, ces 72,3 Milliards d’Euros du Target2, qui sont le différentiel (en constante progression) généré par le concept de l’Euro entre les déficits portugais est les excédents (essentiellement germaniques), devront impérativement être payés. Y compris lorsque l’Euro s’écroulera. Or comment les régler sinon en allant piller les comptes bancaires des portugais ?

Ces 10,6 Milliards d’endettement supplémentaire des portugais par le solde négatif Target2 généré en 2016, (en toute discrétion médiatique), sont donc qualifiés de miracle !

Manipulés avec un processus d’hallucination collective et d’endoctrinement mental de masses, les portugais devraient-ils se rendre à Fatima pour y déposer un cierge ? 🙂

6 – Les portugais, les prostituées et la drogue

C’est un scoop. Les portugais ne vont pas assez « voir les putes ». – De surcroît leur consommation de drogue est inférieure à celle des autres nations otages de l’UE.

En effet, pour arnaquer les populations victimes, pour toujours plus manipuler les citoyens otages, et pour mettre de la poudre de riz sur les conséquences désastreuses de l’européisme, l’UE a établi une règle.

Avec le système appelé SEC2010, Bruxelles permet désormais (depuis 2014) aux pays otages de l’UE d’intégrer dans leur PIB les (supposés) revenus de la prostitution et de la drogue. Une façon comme une autre de falsifier les données réelles, et de tenter de lisser la réalité. (On fait ainsi croire par des artifices stupides que la croissance augmente)

Un vulgaire technocrate européiste quelconque, probablement descendu de Jupiter, et du haut de son immense savoir, a donc décidé par l’opération du Saint Esprit, que la prostitution et la vente de drogue ont généré en 2016 au Portugal une richesse de 0,4% du PIB. Voir ici

0,4 % du PIB = Environ 740 Millions / par an. Tout de même ! 🙂 Les portugais, tout sages qu’ils sont, consacreraient donc plus de 2 Millions par jour, aux prostituées et à la drogue ! Pourquoi 0,4% du PIB ? Silence ! On ne pose pas de questions indiscrètes. L’estimation se fait au doigt mouillé. (Et pas que le doigt) :p

Ça aurait pu être 0,2%, 2,7% ou alors 1% comme c’est le cas pour l’Espagne, la France ou l’Italie, mais le protagoniste a sûrement estimé (lors d’un déjeuner arrosé), que les portugais vont moins «  voir les putes  » et sont « moins consommateurs de drogues » que les espagnols, les français ou les italiens. Ils sont moins dépravés. Tout « sexe-plique » ! 🙂 Voilà donc sans doute la raison pour laquelle le Portugal sert de «  modèle  » !

Le problème est que malgré ces artifices absurdes et risibles tentant de cacher la misère générée par l’européisme, le pays continue son chemin inexorable vers l’abîme.

NOTE : En plus de l’impossibilité – évidente – de connaître les sommes dépensées en prostitution et en drogue par les citoyens, il est clair pour tout le monde qu’il s’agit d’une imposture. D’abord, le fait de recourir « aux services » d’une prostituée ou de consommer de la drogue « n’enrichit » en aucun cas le pays. Mais de surcroît ces sommes dépensées vont plutôt atterrir dans les mains de mafias étrangères dans des paradis fiscaux. En quoi cela enrichit-il le Portugal ? (C’est ce qui en langage populaire s’appelle du « foutage de gueule ».)

Pour permettre à leurs vassaux nationaux européistes de maquiller et falsifier davantage les comptes, les portugais savent donc ce qu’ils ont à faire. Il n’y a aucune raison qu’ils soient moins dépravés que les espagnols, les français ou les italiens.

7 – La dette augmente, la note du Portugal aussi.

La logique de la patate chaude.

L’agence de notation (rating) Standard & Poor’s vient (courant Septembre 2017) d’attribuer au Portugal la note BBB- alors qu’il avait auparavant la note BB+ considérée comme « déchet pour les investisseurs ». Voir ici .

Ceci alors que la dette publique a augmenté. La note « déchet » avait pourtant été attribuée au Portugal avec une dette moindre. Mais comme le Portugal est désormais un « exemple à suivre », tout va bien.

 

******* FIN DE L’ARTICLE *******

 

* Avis aux populations otages de l’UE

Dans toutes les nations otages de l’UE, évidemment Portugal et France y compris, il est urgent de prendre conscience de la réalité.

Les économies jetées vers la décadence par le concept illégitime européiste et les lourdes « dettes » générées par le pillage constant des nations, doivent amener les citoyens à être attentifs. Car ils pourraient être les victimes de grosses, très grosses et désagréables surprises.

Il n’est pas impossible que leurs comptes viennent à être la cible des prédateurs européistes. Vous avez du mal à le croire ? Voir l’article situé ici >

Ou encore ici >

(L’oligarchie mafieuse qui tire les ficelles de l’UE s’est déjà entraînée à Chypre. Voir ici > – Cette fois-ci le pillage des comptes pourrait bien être perpétré en grandeur nature, dans l’ensemble des nations sous domination eurocrate).

Les portugais comme les autres devraient donc être très attentifs, car pendant qu’on les endort avec des méthodes Coué du « Tout va bien », la mafia européiste elle, se prépare à attaquer, tels les vautours en embuscade avec l’œil sur leurs proies.

NOTE : 150.000 Euros à chaque citoyen !

Et pendant ce temps, en Suisse (nation libre et souveraine), les citoyens continuent à être parmi les populations les plus heureuses de la planète. Quant à la Norvège (elle aussi nation libre et souveraine, loin du chaos européiste), elle accumule les points qu’elle distribue à ses citoyens. 150.000 euros par habitant ! Voir ici >

Exactement ce que le Portugal pourrait faire pour ses citoyens si en tant que nation redevenue libre, il lançait un grand plan d’action avec « l’or portugais » inépuisable constitué par son énorme potentiel d’énergies renouvelables. Mais faudrait-il d’abord qu’il se libère de l’UE.

 

** Actualité

 

Liens


À l'attention de nos lecteurs:
  • Cet article a été rédigé par un membre de la communauté de Soverain. Il est possible que son contenu soit orienté, voire militant, en faveur d'un parti ou d'une couleur politique; ces articles sont en effet autorisés dans la Tribune libre. Néanmoins, la véracité des faits annoncés a été vérifiée par l'équipe de modération. N'hésitez pas à commenter et à partager vos impressions avec la communauté !
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

1 Commentaire

  1. Effectivement L’UE distille en permanence des mensonges.Ils nous font croire,à tous les peuples que l’avenir s’embellit puisqu’il n’y a pas de guerre.
    Non seulement cette trahison provoque de très nombreux blessés et très gravement.
    La question que je me pose est la suivante:comment inverser cette spoliation des peuples?l’ultralibéralisme contrôle 90% des médias et les médias alternatifs n’ont pas une audience suffisante pour informer en masse.
    Par conséquent il nous appartiens,nous les indépendants opposants de diffuser toutes les notes et documents informatifs sous une forme réduite,simple renvoyant à des documents plus complets pour ceux qui le désirent.
    La solution première est le blocage du système est inhérent à notre attitude individuelle en exprimant le raz le bol,la compréhension de la volonté de l’UE de nous placer dans la main d’entreprises multinationales pour nous rendre esclaves.
    Leurs ressources sont notre travail,toutes les réductions sur nos revenus pour la constitution d’empires de malfaisance!Alors limitons au maximum notre utilisation de leurs services,achetons chez les producteurs locaux avec des circuits courts ,des produits sans intrants chimiques…