Macron l’Européen se heurte à la réalité

L’espoir était européen. Affirmée avec panache, la conviction du candidat selon laquelle, dans la nouvelle donne mondiale, la France ne serait forte qu’au sein d’une Europe forte ouvrait de nouvelles perspectives au projet historique du XXe siècle.

Deux ans plus tard, le bilan est bien en deçà des espérances. Arrêté dans son élan par l’immobilisme allemand, M. Macron n’a pas su vaincre la frilosité des pays du Nord ni la méfiance de ceux d’Europe centrale pour obtenir un soutien crucial à son ambitieux programme.

Il n’a, malheureusement, pas été entendu. Le large succès d’estime dont son propos a joui parmi les dirigeants européens dans les mois qui ont suivi son élection a vite été effacé par les égoïsmes nationaux et les traditionnelles suspicions sur les arrière-pensées françaises.

M. Macron, pour sa part, a failli dans la méthode. Ayant tout misé sur le moteur franco-allemand, il a attendu trop longtemps une réponse de Berlin à ses propositions de la Sorbonne. Elle n’est jamais venue. Le président français a bien entrepris une tournée pour se chercher d’autres alliés, mais sans réunir de coalition. Comme sur la scène nationale, il a parfois heurté ses partenaires par des formules arrogantes. Il s’est retrouvé isolé.

Source : Le Monde – Macron l’Européen se heurte à la réalité




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.