L’OTAN a-t-elle fait son temps ?

Malgré les affirmations selon lesquelles l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) aurait défait ses propres troupes en utilisant Facebook, le principal défi auquel elle sera confrontée cette année ne sera probablement pas les réseaux sociaux malfaisants russes.

Ce ne sera pas non plus les redoutables militaires russes, qui absorbent maintenant chaque année l’équivalent de 6% de la somme dépensée par les machines de guerre des pays membres de l’OTAN.

L’OTAN n’est pas non plus terriblement menacée par un président américain qui exige que ses membres dépensent plus, que d’autres pays s’y joignent, que le pays nord-atlantique colombien s’y associe et que les opérations, le commerce d’armes et l’élargissement vers l’est continuent ; mais qui a laissé transparaître son incapacité à poursuivre dans cette direction, l’OTAN ne lui servant plus à grand chose.

L’OTAN est extrêmement populaire parmi les militaristes, les bellicistes, les marchands d’armes, les Républicains et les Démocrates, dont certains sont fiers de ses diverses guerres agressives et catastrophiques, et d’autres ignorent délibérément l’existence ou sont prêts à les excuser. C’est ce dernier groupe qui présente un danger pour l’OTAN, un point faible. Les gens pensent que l’OTAN rend les guerres légales ou acceptables, ce qui rend les guerres plus faciles à déclencher. Les gens pensent que l’OTAN est défensive, de sorte que les guerres d’agression lointaines sont acceptables. Les gens pensent qu’il est sûr et légal d’installer des armes nucléaires dans de plus en plus de pays si ceux-ci sont membres de l’OTAN. Les gens pensent que l’ajout à l’OTAN des pays limitrophes de la Russie les rend plus sûrs, mais que l’ajout de la Russie les mettrait en danger. Mais les gens refuseront-ils la vérité lorsque l’OTAN se célébrera à une date appartenant à la paix et à Martin Luther King ?

Voilà où entre en jeu le défi important et inattendu que l’OTAN peut avoir à relever. C’est un défi lancé par le Mouvement pour la paix, dont la disparition a été sérieusement exagérée. Consultez cette liste d’événements :

À Washington, D.C. :

Tout ceci parce que l’OTAN a l’intention de réunir les ministres des Affaires étrangères de ses États vassaux à Washington, D.C., vers le 4 avril, pour célébrer son 70e anniversaire… un jour qui devrait être celui de la paix. Le 4 avril étant la date du plus grand discours de Martin Luther King contre la guerre, et de son assassinat exactement un an plus tard.

Des manifestations de solidarité se multiplient ailleurs également :

Ce sursaut d’activité découle de la foi en l’activisme et en l’éducation. Si nous ne croyions pas que les gens qui ont été imprégnés de militarisme pourraient s’en sortir, rien de tout cela ne serait prévu.

Tout en prétendant « préserver la paix », l’OTAN a violé le droit international et bombardé la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Serbie, l’Afghanistan, le Pakistan et la Libye. L’OTAN a exacerbé les tensions avec la Russie et accru le risque d’apocalypse nucléaire. L’idée que soutenir l’OTAN serait un moyen de coopérer avec le monde ignore les manières bien meilleures et non mortelles de coopérer avec le monde.

La guerre est l’un des principaux facteurs à l’origine de la crise mondiale croissante des réfugiés et des crises climatiques, elle est à la base de la militarisation de la police, une cause majeure de l’érosion des libertés civiles et un catalyseur du racisme et de l’intolérance. Nous demandons l’abolition de l’OTAN, la promotion de la paix, la réorientation des ressources vers les besoins humains et environnementaux et la démilitarisation de nos cultures. Plutôt que de célébrer le 70e anniversaire de l’OTAN, nous célébrons la paix le 4 avril.

Bien que Donald Trump ait un jour laissé échapper l’évidence de la désuétude de l’OTAN, il a par la suite professé son engagement envers elle et commencé à faire pression sur ses membres pour qu’ils achètent plus d’armes. Ainsi, l’idée selon laquelle l’OTAN serait anti-Trump est non seulement stupide et pratiquement amorale, selon ses propres termes, mais elle est aussi en contradiction avec le comportement de Trump. Nous planifions une action anti-OTAN, en faveur de la paix, où l’opposition au militarisme du principal membre de l’OTAN est bienvenue et nécessaire. Je vous présente les dix principales raisons de ne pas aimer l’OTAN, peu importe ce que fait Trump.

L’OTAN a étendu les armes, l’hostilité et les soi-disant opérations jusqu’à la frontière Russe. L’OTAN a mené des guerres agressives loin de l’Atlantique Nord. L’OTAN a ajouté un partenariat avec la Colombie, abandonnant toute prétention que son objectif se situait dans l’Atlantique Nord. L’OTAN est utilisée pour affranchir le Congrès américain de sa responsabilité et du droit de superviser les atrocités des guerres américaines. L’OTAN est utilisée comme couverture par les gouvernements membres de l’OTAN pour se joindre aux guerres américaines sous prétexte qu’elles sont en quelque sorte plus légales ou acceptables. L’OTAN sert de couverture pour partager illégalement et imprudemment des armes nucléaires avec des pays supposés non nucléaires. L’OTAN a l’habitude d’assigner aux pays la responsabilité d’aller en guerre si d’autres y vont, et donc de s’y préparer. Le militarisme de l’OTAN menace notre environnement. Les guerres de l’OTAN alimentent le racisme et l’intolérance, il érode nos libertés publiques tout en épuisant nos richesses.

Beaucoup de gens sont en faveur de la paix. Il ne nous reste plus qu’à faire un petit pas supplémentaire pour arriver à reconnaître qu’être pour la paix, c’est être contre la guerre. Si nous sommes contre la guerre, nous devons être contre son plus grand partisan. Les pays et les peuples de l’OTAN s’en porteraient mieux sans elle, exactement comme le reste du monde. Engageons une conversation publique et mondiale sur la façon de nous débarrasser de l’OTAN.

David Swanson

Source : CounterPunch, traduit par Jean

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk