Le Vénézuela ouvre un nouveau front entre les États-Unis et la Russie

Nicolás Maduro hier après la déclaration de Guaidó / Reuters

Le soutien explicite de Donald Trump à Juan Guaidó comme nouveau président du Venezuela a ouvert un nouveau front dans les relations déjà tendues entre les Etats-Unis et la Russie, dont le président a montré son soutien à Nicolas Maduro face à « l’ingérence étrangère destructrice ». Le gouvernement du président américain a été le premier à reconnaître mercredi le chef du Parlement Juan Guaidó comme le dirigeant légitime du Venezuela, une ligne suivie par plus d’une douzaine de pays des Amériques, dont la Colombie, l’Équateur, le Brésil et l’Argentine. Nicolás Maduro se trouve ainsi dans une situation difficile, bien que le leader chaviste conserve un soutien important, notamment en dehors du continent américain. On parle ici de la Russie et de la Chine, deux poids lourds de la politique internationale qui, en tant que tels, occupent un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, ce qui leur donne un droit de veto sur toute initiative internationale.

En ce sens, le Kremlin a rapporté dans une déclaration que « le président russe a exprimé son soutien au gouvernement légitime du Venezuela dans le contexte de l’aggravation de la crise politique provoquée de l’étranger ».

Ainsi, Vladimir Poutine, qui a reçu Maduro à Moscou en décembre dernier, a dénoncé cette « ingérence extérieure destructrice qui piétine les normes universellement acceptées du droit international ».

En outre, il s’est prononcé en faveur de « la recherche de décisions dans le cadre de la voie constitutionnelle et du dépassement des différences dans la société vénézuélienne par le dialogue pacifique ».

Depuis la Chine, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a clairement indiqué que Pékin « soutient les efforts du gouvernement vénézuélien [de Maduro] pour sauvegarder l’indépendance et la stabilité d’un pays souverain ». Il a appelé au « respect de la Constitution, à éviter les conflits violents et à rétablir l’ordre normal ».

Un autre partenaire puissant de Maduro est le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan en Turquie. Lors de son discours du mercredi au Palais de Miraflores, Maduro avait déjà fait appel à son « frère” Erdogan pour le légitimer en tant que seul président légitime du Venezuela.

L’Iran a également pris la défense de Maduro. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Ghassemi, a indiqué que Téhéran « soutient le gouvernement et le peuple vénézuéliens contre les actions illégales telles que les tentatives de coup d’État et les ingérences extérieures, tout en étant convaincu qu’il peut y avoir une solution pacifique à la montée actuelle des tensions ».

Le gouvernement de Bachar al-Assad a exprimé la même opinion et a condamné directement « l’ingérence flagrante des Etats-Unis », l’un des premiers pays à reconnaître Guaidó comme le président légitime du Venezuela. En ce sens, la Syrie a dénoncé les « plans d’agression » de Washington.

Aujourd’hui même, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a appelé les forces de sécurité à protéger l’autoproclamé président vénézuélien Juan Guaidó et a annoncé une aide humanitaire de 20 millions de dollars à l’intention du « peuple du Venezuela ».

« Nous demandons aux forces de sécurité vénézuéliennes de protéger « l’intégrité personnelle de Juan Guaidó » a ainsi déclaré Mike Pompeo, en s’adressant au Conseil permanent de l’Organisation des États Américains (OEA), qui a tenu à Washington une réunion exceptionnelle sur le Venezuela.

Source : La Razón, traduit par Padam





À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.