Le programme populiste italien pour les européennes : frapper Bruxelles

Les partis politiques de tous horizons se sont prononcés sur les plans budgétaires controversés de Rome.

Matteo Salvini
Matteo Salvini parie que l’accent mis sur la souveraineté nationale par la Ligue trouvera écho auprès des électeurs lors des élections européennes de 2019. | Alberto Pizzoli/AFP via Getty Images

Article paru sur Politico, traduit par Soverain

ROME – À Bruxelles, la campagne pour les élections européennes de l’année prochaine ne fait que commencer. En Italie, elle bat déjà son plein.

Problème n°1 : le projet de budget 2019 italien – que les fonctionnaires de la Commission européenne ont qualifié de « sérieusement préoccupant », car il plaçait le pays sur une trajectoire budgétaire insoutenable.

Les représentants des partis politiques de toutes les tendances se sont prononcés sur la question, le gouvernement populiste du pays en tirant le premier coup de feu de la lutte contre une Union européenne, lutte prendra fin en mai prochain, lorsque les électeurs du Continent se présenteront à leur bureau de vote.

« Les véritables ennemis de l’Europe sont ceux qui sont enfermés dans leurs palais bruxellois », a déclaré lundi le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, en faisant référence au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et au commissaire aux affaires économiques Pierre Moscovici.

S’exprimant lors d’un événement à Rome, auquel était convié Marine Le Pen, chef de file de l’extrême droite française, Salvini a décrit la prochaine confrontation politique comme un duel entre les eurocrates, imposant leur austérité, et les populistes, qui satisferaient les besoins du corps électoral. Le projet de budget de l’Italie s’attaquerait au « chômage, à la pauvreté et au malheur », a-t-il dit.

« Après tout, les Italiens n’ont pas voté pour le M5S et la Ligue afin de poursuivre la politique de leurs prédécesseurs »
— Francesco Galietti, PDG de Policy Sonar

Salvini, également dirigeant de la Ligue, d’extrême droite, a déclaré que sa vision de l’Europe et celle de Le Pen étaient fondées sur les souverainetés nationales, contrairement à une UE qui dans sa forme actuelle serait construite sur la « négation des nations ».

« D’ici mai 2019, les peuples d’Europe s’en rendront compte « , a-t-il dit.

Cette intervention de Salvini fait suite à une semaine de débat politique au cours de laquelle les membres de la coalition au pouvoir ont défendu le budget comme étant économiquement nécessaire tandis que leurs détracteurs le trouvait non viable d’un point de vue financier.

« C’est imprudent parce que c’est basé sur des prévisions de croissance peu fiables, et si la croissance ne se produit pas, la seule certitude serait une augmentation de la dette publique », a déclaré à POLITICO l’ancien ministre des Finances Pier Carlo Padoan, député du Parti Démocratique, de centre-gauche, et membre du parlement.

Le Pen recontrait Salvini le 8 octobre dernier.
Matteo Salvini et Marine Le Pen participaient à un débat, Rome le 8 octobre 2018 | Alberto Pizzoli/AFP via Getty Images

Si les choses ne se passent pas comme prévu, a-t-il ajouté, le sort du pays « ne sera plus entre les mains de Rome ou de Bruxelles, mais sur les marchés financiers ».

Vendredi, l’ancien ministre du Développement économique, Carlo Calenda, a prévenu sur Twitter que Salvini pourrait utiliser le budget pour déclencher une crise et de nouvelles élections nationales.

« Je commence à croire que Salvini veut que la Commission européenne rejette le budget pour que nous puissions retourner aux urnes. Préparons-nous, » dit-il.

Le soutien à la Ligue a grimpé en flèche depuis l’élection de mars dernier, passant de 17 % à plus de 30 %, ce qui la place dorénavant dans la plupart des sondages comme le parti le plus populaire d’Italie, devant le M5S.

Cela fait pression sur ce dernier pour qu’il remporte une victoire politique avec ce budget, qui propose une refonte du système des pensions et un revenu de base limité – soit deux de leurs promesses de campagne les plus importantes.

« Après tout, les Italiens n’ont pas voté pour le M5S et la Ligue afin de poursuivre la politique de leurs prédécesseurs », a déclaré Francesco Galietti, PDG de Policy Sonar, une société de conseil basée à Rome.

« Soyons honnêtes, l’UE sera finie dans six mois »
— Luigi Di Maio, chef du M5S

Deux députés romains du M5S ont déclaré que le parti était prêt à déclencher une véritable crise gouvernementale s’il ne parvenait pas à ses fins. De l’avis des 5 étoiles, devoir retourner aux urnes et blâmer Bruxelles pour cela serait une meilleure option que de faire campagne pour les élections du Parlement européen au printemps prochain sans avoir tenu leurs principales promesses.

« Par le passé, les budgets donnaient la priorité aux finances publiques sur le bien-être des citoyens, alors qu’aujourd’hui, nous redonnons des ressources et de la dignité aux citoyens en nous concentrant sur la croissance du pays et sur l’emploi », a déclaré Fabio Massimo Castaldo, député européen du M5S et l’un des 14 vice-présidents du Parlement Européen.

« La Commission européenne devrait être non partisane, mais elle applique des règles pour certains États membres, tout en les ‘interprétant librement’ pour d’autres, en les privilégiant pour ainsi dire. La France n’a pas respecté l’objectif budgétaire pendant neuf années consécutives, l’Allemagne ignore les paramètres macroéconomiques avec son énorme excédent budgetaire, et c’est l’Italie qui les préoccupe tous « , a-t-il déclaré.

Samedi, Luigi Di Maio, le leader des 5 étoiles, a promis que le changement arriverait – d’abord à Rome puis à Bruxelles, où une vague populiste lors des élections de l’an prochain bouleverserait le paysage politique.

« Je ne veux pas élever la voix auprès de l’UE », a-t-il déclaré lors d’une conférence organisée par le groupe commercial agricole Coldiretti.

« Soyons honnêtes, l’UE sera finie dans six mois », a-t-il ajouté. « Tout comme il y a eu un tremblement de terre politique en Italie cette année, il y en aura un au niveau européen en mai. »

Silvia Sciorilli Borrelli


À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.