Le gouvernement doit forcer l’UE à revenir à la table des négociations tout en préparant un Brexit de type OMC

Le vote d’hier soir (NdT : du 15 Janvier) à la Chambre des communes a envoyé un message clair au gouvernement, à savoir qu’il doit aller de l’avant avec le Brexit. Se préparer au Brexit en amenant le pays à être prêt pour un départ aux conditions de l’OMC offre également l’occasion de forcer l’UE à revenir à la table des négociations pour obtenir un meilleur accord pour la Grande-Bretagne.
Cela signifie qu’au fur et à mesure que la tempête s’apaise, le gouvernement doit rapidement rejeter ceux qui veulent utiliser la défaite comme excuse pour arrêter le Brexit et garder le Royaume-Uni sous la coupe de Bruxelles. Pendant trop longtemps, on leur a permis d’exercer une influence sur le processus du Brexit et la prise de décision.

Beaucoup de ceux qui essaient maintenant de défaire le Brexit ont voté pour le référendum, se sont prononcés sur un manifeste pour débloquer le Brexit, ont voté pour l’article 50 et accepté notre départ de l’UE le 29 mars 2019. Le gouvernement doit donc aller de l’avant avec un nouvel objectif et préparer la Grande-Bretagne à sa libération de l’UE le 29 mars.

Il y a de nombreux avantages à quitter l’UE le 29 mars dans le cadre de l’OMC et avec une préparation minutieuse, il n’y a rien à craindre.

Premièrement, cela donne aux entreprises et au pays la certitude de planifier l’avenir en se débarrassant des années d’incertitude causées par l’Accord de retrait.

Deuxièmement, comme il n’y aura pas de compensation financière, le gouvernement disposera de 39 milliards de livres sterling pour investir dans l’économie afin de répondre aux préoccupations concernant la volatilité et de soutenir la croissance économique.

Troisièmement, nous pouvons immédiatement conclure de nouveaux accords commerciaux avec le reste du monde.

Quatrièmement, nous aurons repris le contrôle et respecté le résultat du référendum et tenu nos promesses envers la population.

En plus de partir dans ces conditions, nous pouvons également tendre la main de l’amitié à l’UE pour continuer à coopérer dans des domaines d’intérêt mutuel et pour poursuivre un accord de libre-échange avancé.

Mais bien qu’il soit impératif que le gouvernement se prépare pleinement au départ dans le cadre de l’OMC, il est toujours préférable que nous partions avec un accord, de sorte que les ministres devraient faire pression pour que l’accord de retrait soit modifié. Le gouvernement devrait mettre sur la table un nouveau texte juridique qui change les pires aspects de l’Accord pour le rendre plus acceptable.

Cela doit inclure le remplacement du filet de sécurité par une meilleure solution qui ne menace pas l’intégrité du Royaume-Uni et la suppression des éléments qui lient le Royaume-Uni dans un espace douanier unique. Avec 39 milliards de livres en jeu, il y a toutes les chances que l’UE revienne à la table pour ce qui devrait être considéré comme des révisions modestes mais importantes.

Chercher à négocier un meilleur accord tout en étant tout à fait prêt à partir le 29 mars est la ligne de conduite sensée et juste à adopter pour que l’un ou l’autre résultat soit ordonné et meilleur que l’accord qui a été rejeté.

Le gouvernement a maintenant la possibilité de veiller à ce que nous quittions l’UE et à ce que nous tenions les promesses faites au peuple britannique.

Priti Patel ; Brexit Central ; traduit par XPJ

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk