La récession de 2019, par Charles Gave

Récession à venir
2019, année de récession ?

Article paru sur ZeroHedge, traduit par Soverain

Même si l’administration Trump peut se vanter des performances de l’économie au dernier trimestre, cet indice de hausse de 4,1% du PIB deviendra rapidement un souvenir nostalgique.
– Bernard Baumohl, économiste au sein de l’Economic Outlook Group

Au cours des trois derniers mois, je me suis de plus en plus préoccupé au fait qu’une récession frappera l’économie mondiale en 2019. Dans ce document, j’expliquerai pourquoi. Mon raisonnement est simple et repose sur le comportement d’un indicateur que j’ai suivi depuis longtemps, que j’appelle la Base Monétaire Mondiale, ou BMM. Chaque fois que cet agrégat monétaire a connu une baisse en termes réels d’une année sur l’autre, une récession s’en est suivie, souvent accompagnée d’un groupe de « cygnes noirs ». Et, depuis la fin du mois de mars, la BMM est de nouveau en territoire négatif en termes d’année en année. Par conséquent, et comme je l’expliquerai, il existe un risque important de récession l’année prochaine.

La base monétaire mondiale (BMM)

Avant de me lancer dans un examen détaillé de mon raisonnement, je devrais peut-être récapituler ce qu’est la BMM et pourquoi elle est si importante. Elle commence par la Réserve fédérale américaine qui, parce qu’elle contrôle la monnaie de réserve dominante, agit en tant que banque centrale de facto pour le monde. En achetant des obligations d’État auprès de banques nationales, les inondant ainsi de réserves, la Fed peut créer une augmentation de la base monétaire américaine.

La Fed fournit également des « réserves » à d’autres banques centrales. Typiquement, cela se produit lorsque le dollar américain est surévalué ou lorsque l’économie américaine croît plus vite que le reste du monde. Cette combinaison conduit à une détérioration du déficit courant américain, ce qui signifie que les États-Unis commencent à pomper plus d’argent à l’étranger. Ces dollars excédentaires apparaissent d’abord entre les mains d’entreprises étrangères du secteur privé. Mais s’ils gagnent plus que ce dont ils ont besoin pour leur frais de fonctionnement, ils vendent l’excédent à leur banque centrale locale en échange de la monnaie locale.

Par conséquent, les bases monétaires locales augmentent, et les dollars américains excédentaires sont parqués dans les réserves de change de la banque centrale, où ils apparaissent comme une ligne du bilan de la Fed appelée « actifs détenus à la Banque fédérale de réserve pour le compte des banques centrales étrangères ». Les augmentations de ce poste doivent avoir pour contrepartie une augmentation de la base monétaire des économies non américaines (à moins que les banques centrales étrangères ne stérilisent leurs achats de dollars américains).

Donc, si je prends la base monétaire américaine et y ajoute les réserves déposées par les banques centrales étrangères à la Fed, j’obtiens mon chiffre pour la base monétaire mondiale. De cet agrégat, je peux me faire une idée approximative du rythme de création de monnaie de base dans le monde, soit par l’intervention directe de la Fed dans le système bancaire américain, soit indirectement par l’accumulation de dollars américains par les banques centrales étrangères. Lorsque la BMM croît, je peux être relativement confiant quant à la croissance nominale future de l’économie mondiale. Et lorsqu’elle se contracte, il est très logique de s’inquiéter d’une récession.

Base monétaire mondiale

Comme le montre le tableau ci-dessus, elle est en train de se contracter. Ainsi, si l’on se base sur l’expérience des 45 dernières années, il semble probable que le monde entre dans sa septième crise internationale de liquidité en dollars depuis 1973.

  • Les suspects habituels – Argentine, Brésil, Brésil, Turquie, Afrique du Sud – traversent déjà une période difficile. Et la situation risque d’être encore plus difficile pour les pays qui ont une dette extérieure en dollars américains et un déficit de la balance courante.
  • Le marché boursier américain surpasse déjà tous les autres grands marchés boursiers (dont la plupart sont en baisse), signe certain que le monde commence à souffrir d’une pénurie de dollars américains.
  • Les écarts entre le marché obligataire américain et un certain nombre de marchés d’obligations d’État en dehors des États-Unis ont déjà commencé à s’élargir. C’est un signe que des pays autres que les États-Unis ont commencé à relever les taux d’intérêt dans le but de stabiliser leurs taux de change. Malheureusement, la tentative est vouée à l’échec si, comme je le crois, le problème n’est pas une surabondance de monnaies locales, mais une pénurie de dollars américains.

Ainsi, comme l’indique le tableau ci-dessus, il y a des raisons de s’alarmer. Mais ce tableau n’offre qu’une observation et non une explication. Pour que la perspective d’une récession en 2019 soit prise au sérieux, je devrai esquisser la séquence des événements qui entraîneront la récession.

Le premier effet à surveiller est la contraction du commerce international, conséquence de la pénurie du dollar américain. Chaque fois dans le passé qu’il y a eu une contraction de la BMM, six mois plus tard environ, il y a eu une forte baisse du volume du commerce mondial (au moins depuis 1994 – je n’ai que les données remontant jusque-là). Ces baisses ont presque toujours conduit à une récession, soit dans les pays de l’OCDE, soit en dehors de l’OCDE, comme dans le cas de la crise asiatique. Je ne vois aucune raison pour que cela ne se reproduise pas cette fois-ci, d’autant plus que je commence à détecter une série d’autres signes qui accompagnent généralement la marche vers une récession.

Par exemple, si une récession est imminente, il est naturel de s’attendre à ce que les prix des matières premières se retournent. Et comme le montre le tableau ci-dessous, c’est ce qui se passe.

recession 2

Lorsque le volume des échanges diminue, en même temps que les prix des matières premières, les producteurs de matières premières (essentiellement les marchés émergents en dehors de l’Asie) voient généralement leurs marchés boursiers s’effondrer. Et les anciens marchés émergents asiatiques ont certainement pris une raclée récemment.

Inutile de dire que si ces pays éprouvent des difficultés aujourd’hui parce qu’ils ont emprunté trop librement en dollars américains dans le passé, il va de soi que celui qui leur a prêté ces dollars doit aussi en ressentir la chaleur. Et bien sûr, les actions des banques se sont effondrées dernièrement.

recession 4

Pour couronner le tout, le dollar américain est en hausse, comme il tend à le faire chaque fois que le commerce mondial ralentit ou se contracte.

Conclusion

Une récession mondiale semble de plus en plus probable. Et si le décalage temporel est similaire à ceux du passé, il pourrait être atteint d’ici mars 2019. En effet, si l’on examine la performance des marchés au cours des six derniers mois, il semble qu’un marché à la baisse ait déjà commencé partout sauf aux États-Unis. Comme je l’ai écrit à maintes reprises au cours des derniers mois, les ours sont des animaux sournois. Leurs victimes les voient rarement venir.

Comme d’habitude, rien n’est certain. Mais à ce stade, il y a un certain nombre de choses que je peux affirmer avec confiance.

  1. Le système statistique de Gavekal pour aider à la prise de décision, TrackMacro, enregistre maintenant le risque pour la quasi-totalité des marchés boursiers dans le monde. Il comprend sept composantes, dont deux sont la BMM et le commerce mondial.
  2. Les économies de la zone euro en général, Italie et France en particulier, ne sont pas en mesure de faire face à une nouvelle récession.
  3. La Chine a prévu le danger d’une pénurie de dollars américains et a essayé d’arranger les choses en Asie pour permettre à la région de sortir d’une crise du dollar. En conséquence, l’Asie est susceptible d’être une zone de relative stabilité au vu des turbulences à venir.
  4. Pour la première fois en près de 20 ans, le cash est une alternative aux actifs à risque. Le yen est probablement la monnaie la moins chère qui existe aujourd’hui. Les liquidités devraient être détenues en yen.
  5. Les investisseurs devraient couvrir le risque sur actions de leurs portefeuilles avec des obligations américaines et chinoises à long terme.
  6. Les investisseurs devraient éviter les placements financiers partout, comme je l’ai répété jusqu’à ce que je m’énerve.
  7. Les investisseurs devraient vendre les actions de sociétés dont les flux de trésorerie sont négatifs, surtout s’il s’agit de dollars américains à découvert.

Le risque majeur est une hausse incontrôlable du dollar américain si le système de taux de change fixe de l’Europe s’effondre, tout comme les crises de liquidité antérieures du dollar américain ont conduit à l’effondrement des systèmes de taux de change fixe en Amérique latine et en Asie. Acheter des options d’achat sur le dollar américain par rapport à l’euro.

recession 5

Charles Gave, via Gavekal

Partager cet article sur :

À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *