La dénonciation du « populisme » par les élites occidentales trahit leur peur de la démocratie

Article de Finian Cunningham pour Strategic-Culture, traduit par Soverain

Un nouveau mot terrifiant est entré dans le discours officiel des médias occidentaux : « Populisme ». Les partis politiques et les gouvernements jugés illégitimes sont immanquablement étiquetés avec le préfixe « populiste ». Il y a un vague sous-entendu que les partis « populistes » sont imprégnés de politiques honteuses de xénophobie, de racisme, de nationalisme et même de fascisme.

Mais qui fait le « jugement » ici ? Ce sont les partis politiques établis et les politiciens qui ont la possibilité de créer des médias d’information qui transmettent leurs mots et leur terminologie.

Prenez le président français Emmanuel Macron. Il a peut-être créé un nouveau parti politique, En Marche, mais il n’en est pas moins un homme politique qui fait partie de l’establishment occidental en place. Il est pro-Union européenne telle qu’elle fonctionne actuellement, bien qu’ayant quelques souhaits de réforme ; il est pro-OTAN, pro-atlantique, et pro-néolibéralisme.

Récemment, Macron a dénoncé la montée des partis « populistes » à travers l’Europe. Il les comparait à la propagation de la « lèpre » et prétendait qu’elles représentaient une menace morbide pour l’ordre politique conventionnel. Macron se référait en particulier au nouveau gouvernement de coalition en Italie, comprenant le Mouvement anti-establishment Cinq Étoiles et la Ligue.

Le dirigeant français aurait également pu faire référence à d’autres gouvernements comme en Autriche, en Hongrie et dans d’autres pays d’Europe centrale qui, comme le nouveau gouvernement italien, ont contesté la position officielle de l’UE sur la migration irrégulière dans l’Union.

Dans ce contexte, le mot « populiste » utilisé par Macron et d’autres politiciens de l’establishment revêt une connotation de « raciste » ou « inhumain » en raison de l’opposition à l’afflux incontrôlé de personnes venant de l’extérieur de l’Europe.

Le préfixe « populiste » est souvent utilisé à côté du terme « extrême droite ». Encore une fois, cela implique que, d’une certaine manière, les grands partis émergents devraient être rejetés parce qu’ils sont ternis par de prétendues prédispositions au fascisme et à l’autoritarisme.

Pour renforcer cette diabolisation implicite, il est souvent rapporté par les politiciens et les médias occidentaux que les partis « populistes » en Europe sont liés au président russe Vladimir Poutine, si ce n’est par des banques discrètement contrôlées par le Kremlin.

Le président américain Donald Trump est également qualifié de « populiste » selon l’establishment politique et médiatique américain. Encore une fois, le mot est employé pour sous-entendre que la présidence Trump et ses partisans sont particulièrement néfastes, de la même manière que Hillary Clinton, la rivale démocrate à la présidence Hillary Clinton, a une fois de façon hautaine dénigré Trump et sa base électorale comme étant « déplorables ». C’est une façon de purifier l’establishment de tout péché antérieur.

Le mot en P ne signifie pas toujours « nationalisme de droite ». Le récent président mexicain élu, Andrés Manuel Lopez Obrador, a été décrit dans les médias occidentaux comme un « populiste de gauche ».

En Italie, le principal parti de la coalition au pouvoir, le Mouvement Cinq étoiles, dirigé par Luigi Di Maio, est associé à la politique sociale de gauche.

Les partis et les politiciens considérés comme « populistes » sont éclectiques et échappent à une classification trop simpliste, dont leurs détracteurs aimeraient bien les affubler. Il est indéniable qu’il existe une ferme opposition à l’immigration incontrôlée. Mais il est trop simpliste d’expliquer cette position comme étant simplement xénophobe ou raciste.

On peut légitimement et raisonnablement craindre que la question de l’immigration à grande échelle ait été exploitée par les institutions au pouvoir et leurs partisans idéologiques comme un moyen de saper la souveraineté nationale et les droits des travailleurs, en raison de la baisse des salaires et des conditions d’emploi qui en découle.

Il y a aussi la préoccupation légitime en Europe que le phénomène migratoire a été provoqué en grande partie par des guerres illégales menées par les Etats-Unis et ses alliés européens de l’OTAN. Pourquoi les États membres et les contribuables européens devraient-ils faire face à des problèmes d’intégration économique et culturelle qui ont été en grande partie fabriqués par des élites au pouvoir qui n’ont jamais été tenues responsables de leurs guerres illégales ?

Les partis dits populistes s’opposent également à l’adhésion visiblement aveugle de l’establishment politique européen au capitalisme néolibéral. Il y a une réaction populaire légitime aux politiques économiques oppressantes et dévastatrices, dont la seule priorité semble être la satisfaction des profits des multinationales et du capital transnational. Pourquoi les gouvernements européens devraient-ils être tenus en otage par les règles fiscales et les limites de dette fixées arbitrairement par des institutions apparemment sous le diktat des banques privées ?

Il y a plusieurs questions fondamentales qui suscitent une vague d’opposition populaire à l’égard des modes de gouvernance conventionnels, tant en Europe qu’aux États-Unis. Les échecs du capitalisme néolibéral et de son racket « les riches de plus en plus riches » sont certainement en tête de la liste des revendications. Il en va de même pour le militarisme irrationnel et acharné des gouvernements occidentaux, déclenchant des guerres illégales et des vagues de réfugiés, ainsi qu’une hostilité inutile à l’égard d’autres puissances comme la Russie, la Chine, l’Iran et la Corée du Nord.

Les politiciens traditionnels, c’est-à-dire la classe dirigeante et les médias d’information, sont de plus en plus considérés comme incompétents, voire en faillite. Le pouvoir en place dans les pays occidentaux a perdu sa légitimité et son « autorité morale » aux yeux de la population. La diminution de l’autorité de la classe dirigeante dans les États occidentaux est le véritable problème.

Un facteur qui explique ce phénomène est la généralisation des communications mondiales et des médias « alternatifs », dont les publics occidentaux se servent pour s’informer indépendamment des anciens monopoles de l’information qui servaient l’ordre établi. C’est pourquoi le « problème » de la prétendue « influence russe » a été inventé… dans une tentative désespérée de distraire les masses pour ne pas remarquer le réel problème, qui est l’effritement de la légitimité de l’establishment occidental et de ses partis politiques soumis.

Ce n’est pas seulement que Trump ou le nouveau gouvernement italien ou le leader hongrois Viktor Orban, et autres, représentent une avant-garde pour une démocratie retrouvée. Ces changements ne sont que les symptômes d’une opposition populaire plus marquée envers la mentalité politique établie – l’ordre qui a prévalu pendant la majeure partie des sept décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale.

Il y a toujours eu une certaine méfiance des élites dirigeantes des deux côtés de l’Atlantique envers un véritable régime démocratique, comme l’explique Noam Chomsky dans son livre « Deterring Democracy ». Les élites occidentales ont généralement considéré les masses comme des « fauteurs de troubles » qui sont considérés comme « incapables » de gouverner la société de la « manière appropriée » qui profite aux élites, protège leurs profits et leurs biens, et préserve leur capacité de faire la guerre impérialiste à l’étranger.

Cette tension latente sur le contrôle du pouvoir politique dans les sociétés occidentales est le reflet de la situation actuelle où le mot « populiste » est de plus en plus utilisé. C’est un terme de dénigrement de la part d’un établissement occidental défaillant. Ce que l’ordre vaincu tente de faire, c’est de détourner le véritable défi populaire en le présentant comme quelque chose de grossier, vulgaire, dangereux ou manipulé par des ennemis étrangers comme la Russie.

Comme le fait remarquer l’analyste politique américain Randy Martin : « Le populisme est un terme pratique pour ceux qui cherchent à isoler ceux qui voudraient partager, ou pire, prendre ce pouvoir. »

Quand on pense au sens originel du mot – « le peuple » – il révèle clairement ce qui est vraiment en jeu pour les élites qui utilisent le terme « populiste » comme dénigrement.

Article de Finian Cunningham pour Strategic-Culture, traduit par Soverain

Partager cet article sur :

À l'attention de nos lecteurs:
  • Soverain a réalisé cette traduction d'article pour vous faire partager un point de vue bien souvent non abordé par nos médias francophones. Les propos tenus par l'auteur ne reflètent pas forcément la ligne éditoriale de Soverain; dès lors qu'un article traite un sujet de façon intéressante, cohérente et vérifiée, il a sa place sur notre site.
  • Tous les articles/auteurs ayant un parti-pris, nous attirons votre attention sur le fait, qu'ici comme ailleurs, vous devez faire preuve d'esprit critique, et croiser plusieurs sources d'informations pour vous faire un avis personnel sur un sujet/événement.
  • Cet article est soumis à la licence [Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International], vous pouvez donc le reproduire à des fins non commerciales.