La Banque fédérale d’Allemagne reconnaît les risques de défaut sur l’euro après le décret sur la monnaie parallèle italienne

La Bundesbank allemande a averti qu’elle pourrait subir de lourdes pertes si un grand pays quittait l’euro et en venait à faire défaut sur ses dettes envers le système de la Banque centrale européenne, mais a prévenu que toute tentative de préparation à une telle crise pourrait se retourner contre elle en déclenchant une attaque spéculative.

L’analyse est très délicate, quelques jours à peine après que le gouvernement insurgé de la Ligue et du M5S en Italie ait adopté un décret au parlement italien autorisant la création d’un système de paiement parallèle appelé « minibots », un système décrié par les critiques comme une menace pour l’intégrité de l’euro et potentiellement une « lire en devenir ».

Si le texte de la Bundesbank s’en tient à la ligne habituelle selon laquelle un démantèlement de l’euro est hypothétique, elle admet néanmoins – après des années d’aveuglement – que le système interne de règlement Target2 de la BCE entraîne des coûts inévitables pour l’Allemagne et les autres États membres de l’UEM (Union Economique et Monétaire) si jamais il devait se produire. Il donne également l’impression que les autorités monétaires n’ont pas de stratégie claire pour faire face à une telle crise.

 

Les conclusions seront présentées mercredi 5 juin à la commission des finances du parlement allemand par Burkhard Balz, responsable des paiements au sein de l’institution. Elles devront être une réponse à l’inquiétude croissante du FDP (parti libéral démocrate) et de l’AfD au sujet des très embarrassants soldes Target2 de la Bundesbank vis-à-vis de la BCE.

Ces crédits ont atteint 920 milliards d’euros, soit 27 % du PIB allemand. Les achats d’obligations par la BCE dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif ont exacerbé les déséquilibres, devenant de fait un canal déguisé de fuite des capitaux en provenance d’Italie.

Les engagements Target2 de la Banque d’Italie de l’autre côté du grand livre se sont élevés à 481 milliards d’euros. La Banque d’Espagne doit un montant record de 403 milliards d’euros et la banque centrale portugaise 79 milliards d’euros.

Le professeur Philip Turner, ancien responsable monétaire à la Banque des règlements internationaux, a déclaré que la politique de Target2 est empoisonnée. « Il s’agit d’un prêt à très grande échelle qu’aucun gouvernement n’a approuvé. Il couvre les déséquilibres fondamentaux qui sont au cœur du système de la zone euro, et il ne peut pas durer indéfiniment « , a-t-il déclaré.

Le Fonds monétaire international affirme qu’il serait difficile d’empêcher qu’une crise de la dette souveraine en Italie n’engloutisse l’Espagne et le Portugal. La BCE pourrait donc être confrontée à une crise Target2 proche de 1 000 milliards d’euros si le gouvernement renégat italien déclenchait une réaction en chaîne avec ses billets « minibots » – dont il prétend qu’ils sont nécessaires pour couvrir 52 milliards d’euros d’arriérés de l’État envers les entrepreneurs et ménages italiens.

Le texte de la Bundesbank indique que si un pays quitte l’UEM et que sa banque centrale manque à ses engagements Target2, la BCE devra utiliser une série de mesures tampons : d’abord son propre capital – assez dramatique – et ensuite les fonds des autres banques centrales sur la base d’une « clé de répartition ».

L’inférence logique est que cette séquence finit par se transformer en appel de marge. Les contribuables allemands, néerlandais, finlandais ou français pourraient être obligés de faire de gros chèques pour renflouer leur banque centrale.

Clemens Fuest, directeur de l’IFO Institute d’Allemagne, a déclaré que la BCE devra à un moment donné tirer un trait sur la situation. Elle ne devrait pas continuer à accorder des crédits illimités à la Banque d’Italie si la coalition populiste de Rome défie les autorités de l’UE et poursuit des politiques budgétaires qui sapent l’union monétaire.

La BCE pourrait accentuer la pression en imposant des décotes collatérales. En fin de compte, elle pourrait couper l’accès à Target2 – comme elle l’a fait lors de la crise grecque – et forcer l’Italie à imposer des contrôles de capitaux. Mais cela a des conséquences explosives.

Le leader allemand du FDP, Christian Lindner, souhaite que les modifications apportées au droit communautaire excluent toute possibilité de défaillance de l’Italie de Target2. Il a proposé un mécanisme de capture qui convertit automatiquement les dettes de Target2 en euros si un pays quitte l’UEM. Les certificats seraient déposés dans les coffres-forts de la BCE à Francfort.

Il veut aussi une procédure de sortie gravée dans le marbre. La Bundesbank a déclaré que cela pourrait conduire à une crise auto-réalisatrice. « Le danger, c’est que cela pourrait alimenter les spéculations sur la sortie éventuelle d’un pays », a déclaré le texte.

Marcello Minenna, directeur de Quant à la commission italienne des valeurs mobilières CONSOB, a ainsi répondu qu’il serait insensé d’établir une procédure de sortie. Les fonds spéculatifs se mettraient alors à tourner autour comme des requins en vue de la mise à mort.

« Ce serait très dangereux. Les marchés essaieraient de faire de l’argent avec l’arbitrage des écarts. Ils inventeraient des stratégies pour l’exploiter. C’est ce qu’ils ont fait avec l’assouplissement quantitatif », a-t-il dit au Telegraph.

Mario Draghi, président de la BCE, a dit que la Banque d’Italie sera responsable de la dette de Target2 jusqu’au dernier euro si l’Italie quitte l’union monétaire – bien que, chose intéressante, ce passif ne soit pas enregistré par Eurostat dans le ratio de la dette italienne au PIB.

En réalité, ces dettes sont un champ de mines légal. Les contrats sont soumis au principe de Lex Monetae. Le professeur Minenna, expert des Target2 à l’Université Bocconi, affirme que la Banque d’Italie est légalement autorisée à rembourser l’argent en lires au taux de change en vigueur sur le marché.

« Dans le cas d’un « Italexit », la BCE serait confrontée à une décote de 60 % sur ses crédits Target2 italiens. Il y aurait une énorme dévaluation par rapport au nouvel euro, qui ne serait plus le même sans l’Italie. Il y a toujours un dépassement dans ces situations », dit-il.

M. Minenna dit qu’un Italexit sera considéré comme un défaut technique selon les règles de l’ISDA pour les défauts de paiments sur les swaps. Le taux de recouvrement de la dette serait d’environ 40 %. Il s’agirait d’un choc financier majeur. « La Bundesbank perdrait beaucoup d’argent », a-t-il dit. Il en serait de même pour toutes les autres banques centrales résiduelles de l’UEM.

Selon lui, le système Target2 combiné à l’assouplissement quantitatif a dégénéré en un racket qui permet aux banques privées et aux fonds d’investissement de sortir de leurs positions et de transférer leurs responsabilités sur les épaules des contribuables du sud de l’Europe, et en particulier en Italie. Les erreurs fondamentales commises dans la gestion de la Grèce se répètent – sous une forme déguisée – à une bien plus grande échelle.

En fin de compte, les créanciers italiens seront confrontés à un choix : soit accepter la défaillance désordonnée d’un Italexit, soit placer la dette du pays sur une « voie durable » en allongeant les échéances, soit en appliquant une décote de taux d’intérêt, soit les deux. « Si vous continuez à ajouter de la pression, le verre se brisera à un moment donné, » dit-il.

Pour les créanciers, il y a une question de responsabilité démocratique. Les crédits Target2 comportent des risques croissants pour les contribuables allemands, mais il n’y a pas de vote du parlement allemand pour les approuver. La Bundesbank remet l’argent automatiquement.

Le professeur Hans-Werner Sinn de l’Université de Munich a déclaré que le régime Target2 est une tromperie systématique du peuple allemand. Les déséquilibres ne se corrigent pas d’eux-mêmes – contrairement à ce qu’affirme la Bundesbank depuis bien longtemps – et les crédits existants ne seront jamais récupérés. « Ils sont déjà perdus », a-t-il dit.

Si cela se produit, les électeurs allemands auront la gueule de bois quand ils réaliseront ce qui leur a été fait.

 

Source : The Daily Telegraph ; Traduit par XCN

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk