Ipso Facto Europa n°9 – Mars 2018

L’association citoyenne apolitique « Les Clés de l’Europe » propose d’apporter des informations fiables à tous les publics grâce à la diffusion de données officielles et historiques sur la naissance, l’évolution, les objectifs et l’avenir potentiel de la construction européenne. L’association publie chaque mois un condensé de l’actualité de l’Union européenne : le journal Ipso Facto Europa. Vous pouvez librement le diffuser par courriel ou en version papier format A4 afin de sensibiliser votre entourage, vos voisins, vos connaissances, au fonctionnement de l’UE. Retrouvez également tous les mercredis à 21h les Clés de l’Europe en direct sur leur page Facebook ou sur le mumble « Canal-Citoyen ».

Soverain diffuse ce journal en y rajoutant éventuellement des liens vers des articles plus complets et/ou des infographies.

Lien vers le fichier .pdf à diffuser très largement autour de vous

Un point sur le travail détaché en France

Données issues du rapport « Bilan intermédiaire du plan national de lutte contre le travail illégal » (pour la période 2016-2018)

En 2017, la France comptait un peu plus de 516 000 salariés détachés, hors transport routier.

C’est +46% par rapport à 2016

En 2007, il y en avait 96 000, soit progression de 437% en 10 ans. L’intérim est le premier secteur concerné, avec 24 % des détachements, devant le bâtiment (20%) et l’industrie (18 %). Les Portugais sont la nationalité la plus détachée en France, avec « un peu plus de 74.000 » salariés, devant les Polonais (61.000), les Allemands (45.000) et les Roumains (44.000). Quelque 37.000 Français sont également détachés en France, généralement depuis des pays frontaliers.

Quelles sont les conséquences :

  • les postes occupés par des étrangers sont autant d’opportunités en moins pour les travailleurs français. Officiellement il y a 6.278.000 chômeurs en France. Les travailleurs détachés représentent 10% du stock de chômeurs.
  • les coûts moindres du travailleur détaché permettent à des entreprises de proposer des prestations en concurrence déloyale avec les entreprises nationales qui doivent payer des cotisations plus élevées.
  • Les entreprises payent leurs cotisations dans le pays d’origine ce qui est un manque pour les caisses nationales.
  • les travailleurs détachés pauvres consomment peu et envoient leurs gains dans leur pays à leur famille. Donc la valeur ajoutée en France est expatriée.
  • la plupart du temps les impôts sur le revenu ne sont pas payés en France.
  • Les français détachés à l’étranger ne payent pas d’impôt sur le revenu.

Lien vers l’article 

Nouvelles règles de calcul du PIB

L’institut national de la statistique et des études économiques (Insee) va « tenir compte de la consommation de stupéfiants et des activités liées à cette consommation sur le territoire national », a annoncé l’organisme public, dans un communiqué consacré à une série de modifications comptables actées par l’institut.

« Cette prise en compte, faite « à la demande » de l’institut européen des statistiques Eurostat est destinée à aligner les statistiques françaises sur celles « des autres pays européens » ».

Ce nouveau mode de calcul va faire baisser le ratio dette/PIB et le taux global d’imposition.

Après il faudra valoriser le travail des prostituées puis de tous les bénévoles, puis du travail domestique, puis du travail scolaire…

Et est-ce que l’Etat va combattre une activité qui risquerait de plomber son PIB si elle ralentissait ?

Lire l’article sur le Huffington Post

Drogue dans le PIB : mode d’emploi

On en sait un peu sur le mode de calcul pour intégrer l’économie des marchés « parallèles » dans le PIB.

La méthodologie, obtenue auprès de l’office européen, recommande d’aborder la prostitution sous l’angle de « l’offre » et de prendre en compte les « consommations intermédiaires », comme la location d’un appartement et l’achat de matériel.

Concernant la drogue, Eurostat conseille de multiplier la quantité consommée par le prix moyen ayant cours dans la rue, tout en faisant jouer le paramètre du « ratio de pureté » des produits stupéfiants et des « coûts de transport et de stockage » des narcotrafiquants.

On touche le fond : La suite logique c’est le travail au noir, le trafic d’organes, le racket, l’esclavage …

La Turquie prend position

La Turquie a répondu non à l’offre alternative de la France lui proposant une participation étendue au sein de l’Union européenne, écrit le dimanche 4 février le quotidien italien La Stampa.

La Turquie n’acceptera aucune autre option pour son adhésion à l’Union européenne, a ainsi répondu Recep Tayyip Erdogan, appelant l’Union européenne à honorer ses promesses envers la Turquie.

« L’Union européenne jette des pavés dans la mare des pourparlers sur l’adhésion de la Turquie à l’Union », a martelé le président Erdogan, en s’adressant implicitement à ceux qui commettent de tels actes.

« Ce serait donc nous les responsables de l’absence de progrès dans ces pourparlers, et une telle accusation est une injustice », a-t-il ajouté.

À l’offre du président français Emmanuel Macron proposant à la Turquie de participer à l’Union européenne sans adhérer au bloc, Erdogan a seulement donné une courte réponse : « Aucune autre option ne nous satisfait. »

Officiellement candidate à l’adhésion à l’Union depuis 1999, la Turquie rêve depuis d’intégrer l’Union européenne.

Malgré le début de négociations sérieuses pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne en 2005, les discussions ont été reportées sine die en raison de ce que l’Europe considère comme une ingérence du pouvoir politique dans le processus démocratique en Turquie.

Lire l’article sur Sud-ouest

DCNS …

L’ex-DCNS, devenu Naval Group, fleuron industriel français, devrait progressivement être intégré à un « Airbus » maritime. C’était l’objet même du voyage de Bruno Le Maire et de Florence Parly en Italie, la semaine dernière. Après la cession d’Alstom, Macron a donc décidé de sceller un sort européen à un nouveau groupe industriel français en le rapprochant de l’italien Fincantieri.

Tout se passe en secret et sera bientôt mis sur le devant de la scène, mais il sera trop tard pour influer sur la décision.

Moscovici le tartufe

L’incompétent magnifique s’est dit intéressé par la présidence de la Commision européenne. Il multiplie les manœuvres de séduction pour être soutenu par Macron.

Il se désolidarise du bilan des socialistes, et du naufrage des finances publiques dont il a été complice, en faisant savoir qu’il ne paye plus sa cotisation. Il a écrit un livre pour s’auto-tresser de lauriers qu’il a adressé en nom propre au président de la République.

En tant que commissaire européen il a laissé entendre que la France serait regardée de façon bienveillante en disant « La Commission européenne pourrait constater dans les semaines qui viennent que la France a amélioré sa performance en terme de réformes ».

Barnier, actuel négociateur du Brexit pour la commission, est aussi sur les rangs.

Subventions européennes au charbon

La Commission vient de donner son feu vert aux aides d’État pour les centrales électriques de secours, souvent au gaz ou au charbon.

Les programmes énergétiques de secours pourront à présent bénéficier de financements publics dans six États membres : l’Allemagne, la Belgique, la France, la Grèce, l’Italie et la Pologne.

En ce qui concerne la Belgique et l’Allemagne, la CE a autorisé des réserves stratégiques principalement liées aux centrales nucléaires vieillissantes et à la sortie de l’énergie atomique.

Dans le cas de l’Italie et de la Pologne, ce sont les mécanismes de capacité à l’échelle du marché qui ont été autorisés. Cette mesure est plus controversée, puisqu’elle permet la subvention des centrales au gaz ou au charbon utilisées en soutien du renouvelable.

Lien vers l’article de Ouest France

Mode de scrutin européen en France

L’Assemblée nationale a voté mardi 13 février au soir le retour à une seule circonscription nationale pour les élections européennes de 2019.

Une série d’amendements, défendus principalement par des élus LR, visant à supprimer cette disposition, a été rejetée par 100 voix contre 40. Idem pour les amendements LR visant à créer des circonscriptions correspondant aux 13 régions actuelles, plutôt qu’une circonscription unique.

Cette décision est consubstantielle de la mise en place d’une censure (encore plus forte) des voix discordantes : les eurosceptiques vont être bâillonnés comme jamais.

D’ailleurs, dans la foulée, les députés ont entamé l’examen de l’article qui met en place de nouvelles règles de répartition du temps de parole pour la campagne audio-visuelle officielle.

Le dispositif a été légèrement retouché pour porter notamment de deux à trois minutes le temps alloué à chaque liste. Vous avez bien lu : 3 minutes !!!!!!!!!!!

S’y ajouteront deux heures d’émission mises à disposition des présidents des groupes à l’Assemblée et au Sénat, au prorata du nombre d’élus, « qui seront libres de les répartir entre les différentes listes ». Une heure supplémentaire sera répartie par le CSA pour « garantir le pluralisme ».

On peut déjà craindre qu’il y aura une omerta TOTALE sur les listes vraiment eurosceptiques.

Citation

Volkswagen ose tout

Volkswagen, société du dieselgate et des essais des gaz d’échappement respirés par des êtres vivants (des singes puis des volontaires), sponsorise une conférence sur le comportement citoyen des entreprises.

 

Citations

Grand prix du léchage de pompes : Pierre Moscovici
« Macron est un pur talent politique, probablement le plus pur que la France ait connu depuis Mitterrand »

 

Jean-Claude Juncker admet ici que seul l’argent est le ciment de l’UE ! 

Emmanuel Macron : « Je ne peux pas avoir d’un côté des agriculteurs qui n’ont pas de jour férié, qui n’auront peut être pas de retraite et dire le statut des cheminots, je ne peux pas le changer… ” (Vous avez compris ?)

Soros, le diable

Le milliardaire Georges Soros a utilisé sa fondation (l’Open Society) pour faire un don de 453 000€ à un groupe qui fait campagne pour relancer le referendum sur le Brexit. On a ensuite appris qu’il a accordé une rallonge de 100.000€.

The telegraph nous révèle que Soros veut « recruter » les grands donateurs conservateurs pour miner Theresa May. « Il prévoit également de cibler les députés et de les convaincre de voter contre l’accord final sur le Brexit pour déclencher un autre referendum ou une élection générale, selon un document de stratégie divulgué lors d’une réunion du groupe. »

Ce genre de procédé est une distorsion du jeu démocratique.

Mouvements de troupes à la CE

La commission vient de nommer de nouveaux directeurs généraux, tous issus du sérail, et la plupart passant de DG adjoint à DG.

Le communiqué officiel nous dit aussi :
Les actuels Directeurs généraux Job Delbeke , Michel Servoz et Robert-Jan Smits deviendront Conseillers hors classe auprès du EPSC (Centre Européen de Stratégie Politique — le think tank interne de la Commission) conseillant directement le Président et le Collège. M. Servoz sera Conseiller supérieur pour la Robotique, l’intelligence artificielle et l’avenir du droit européen de travail, M. Delbeke sera Conseiller supérieur pour les relations avec l’Institut Européen Universitaire de Florence et M. Smits sera Conseiller supérieur avec un mandat qui sera déterminé plus tard.

Belle brochette d’emplois fictifs ; Ces gens là sont au maximum des rémunérations des fonctionnaires européens ; C’est à dire autour de 20.000€ par mois plus les avantages et encore plus quand ils sont hors classe.

Austérité à la BCE

Le président de la BCE, Mario Draghi, a empoché l’an dernier un salaire brut de 396.900 euros (+2% sur un an). Son VP, Vitor Constancio, a reçu un salaire de 340.200 euros et pour les quatre autres membres du directoire, dont le Français Benoît Coeuré, le montant est de 283.488 euros. Danièle Nouy, présidente du superviseur unique des banques, a elle aussi perçu un salaire de 283.488 euros. Globalement, les charges de personnel de la BCE ont augmenté de 14,6% l’an dernier, à 535 millions d’euros. La BCE justifie cela par le versement d’indemnités de fin de contrats.

Citation

Jacques Sapir : « En Grande-Bretagne, en 2017, la production industrielle a augmenté de 2,1%, la production manufacturière de 2,8%, dont 5,1% pour le matériel de transport, 7,7% pour les machines et biens d’équipement, 6,5% pour la production d’ordinateurs et autres appareils électroniques. »

Barroso le lobbyiste

L’ancien président de la Commission européene s’était engagé à ne pas exercer d’activité de lobbying auprès des commissaires au profit de son nouvel employeur, Goldman Sachs. Prétendument interdit de séjour au Berlaymont, le siège de la Commission européenne, José Manuel Barroso n’aura pas tardé à y faire son retour.

C’est dans un hôtel, le Silken Berlaymont, à cinquante mètres de son ancien bureau, que l’ancien président du collège européen, a rencontré le Finlandais Jyrki Katainen, vice-président en titre de la Commission, chargé de la compétitivité, de la croissance et de l’emploi, ex-membre de la Commission Barroso 2.

De quoi les deux hommes ont-ils parlé le 25 octobre 2017 ? De « commerce et de défense », d’après Jyrki Katainen. Difficile à vérifier : l’entretien a eu lieu en tête à tête, n’a pas été enregistré, et M. Katainen n’aurait pris aucune note durant celui-ci, ce qui empêche toute demande d’accès à son contenu réel.

Le rendez-vous est certes mentionné dans le registre officiel , ainsi que le nom de la banque américaine, mais pas celui de M. Barroso. C’est dans une lettre adressée, le 31 janvier 2018, à l’ONG Corporate Europe Observatory, qui l’interrogeait, que le commissaire a mentionné son nom.

Beaucoup de secret et d’opacité pour nous faire croire que ce lobbying est anodin.

Scandale en approche à la Comm. Européenne

Martin Selmayr, chef de cabinet tout puissant de Jean- Claude Juncker, s’est fait nommer au poste de secrétaire général de la Commission européenne dans le cadre d’un concours truqué avec la complicité active ou passive de plusieurs commissaires européens qui ont menti à la presse. Le Parlement européen engage des auditions et lance une enquête sur ce dossier.

Un point complet de ce dossier très chaud dans le prochain numéro de Ipso Facto Europa.

 

Vous pouvez nous retrouver en direct tous les mercredis de 21h à 23h sur le Mumble de Canal-citoyen (audio interactif) ou sur la page Facebook de l’association « Les Clés de l’Europe » (vidéo).

 

Les informations contenues dans cet article (exceptés les liens vers des articles sources) sont la propriété de l’Association les Clés de l’Europe, et par conséquent n’engagent pas l’équipe de Soverain.

Partager cet article sur :