France Insoumise, de l’ambulance au corbillard

C’est incroyable, ce qui est en train de se passer chez LFI. Il y a une sorte de coalition de gens dont le QI est inversement proportionnel à la volonté de nuisance – et à la capacité de faire du bruit sur les réseaux – qui a repris les affaires en main d’une façon tout à fait fascinante. L’université d’été de LFI, qui se tient ces jours-ci, est commentée presque en temps réel par un mélange d’obsédés de l’islamophobie qui calomnient et salissent à peu près tout ce qui n’est pas d’accord avec eux, de néo-babos qui réclament la retraite à cinquante ans et la fin du nucléaire, de libertaires absolument consternants qui veulent lancer un processus constituant (pitié les gars, reposez cette Constitution, tout doucement…voilà, comme ça).

Cette reprise en main est spectaculaire. Mélenchon a choisi de ne pas y aller, et je le comprends. Je le plains sincèrement. Je crois qu’au vu de la teneur des débats, il se serait fait traiter de vieux mâle colonialiste au bout de deux heures de présence, et éventuellement cracher dessus par un militant L214 pour carnisme aggravé. Le pauvre Jean-Luc était prévenu : jouer à l’apprenti sorcier avec des imbéciles arrivistes, sans la moindre structure intellectuelle, croire qu’on va en faire un bélier pour défoncer la porte, c’est toujours une mauvaise idée. Croire à l’alliance entre amoureux de la France et ceux qui la détestent, c’est une erreur logique élémentaire. Croire que les Gilets jaunes sont les équivalents ruraux des « quartiers populaires », dont ils n’attendraient qu’une chose, la convergence, c’est prendre ses désirs pour des réalités.

[…]

Source : France Insoumise, de l’ambulance au corbillard – Vu du Droit

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk

Commentaires