Emmanuel Macron fulmine contre l’approche chaotique de la Grande-Bretagne avec le Brexit

Alors que minuit tombait à Bruxelles, les dirigeants européens fatigués étaient prêts à accepter une prolongation de neuf mois de l’article 50. Mais un homme les tenait tous à distance : un Emmanuel Macron très énervé.

Le président français a été catégorique sur le fait que la Grande-Bretagne devrait être expulsée de l’UE dans moins d’un mois, avec ou sans accord.

Quatre heures plus tard, les dirigeants avaient parlé et un compromis avait été trouvé – le 31 octobre.

Dix-sept Etats membres de l’UE avaient plaidé en faveur d’une longue prolongation, trois étaient « ouverts d’esprit », quatre voulaient une courte prolongation mais étaient tout aussi disposés à se rallier à la majorité, et un – Monsieur Macron – avait insisté pour que ce délai soit court ou pour que le no deal l’emporte.

« Le peuple britannique a choisi de quitter l’Union européenne », avait-il déclaré avant le début de la session. « Ce n’est pas à nous de tout faire pour l’empêcher. »

Mais finalement, à minuit et demi, heure de Bruxelles, M. Macron a été convaincu de descendre de ses grands chevaux. Le président français pourrait en quelque sorte se prévaloir d’une victoire, après avoir ramené à six seulement la prolongation d’un an proposée par une majorité de pays de l’UE.

Source : The Daily Telegraph – How Emmanuel Macron raged against Britain’s chaotic approach in the Brexit witching hour




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.