COVID-19 : La piqûre pour les robots

La gestuelle des barrières a échoué. Le masque a échoué à dissimuler les grimaces, le gel à contenir l’ardeur de l’Homme fête, la distanciation à éloigner le corps de l’esprit. La nature a repris ses droits, le Français aussi, en commençant par celui de ne pas aller voter pour choisir ses gestionnaires d’État. Imbéciles ! Qu’attendez-vous pour participer à l’œuvre démocratique ? Vous avez pourtant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et plus encore à portée de bulletin, du bleu parachuté au noir de la banlieue en passant par le vert ! Pourquoi tant de haine envers notre belle République, qui vous étouffe derrière 3 plis de tissu tandis que le trafic de drogue prend de bonnes bouffées d’air ?

Personne ne veut décider : très bien, le chef va s’en charger pour ne rien changer. Mais nous ne parlerons pas de poudreuse, car c’est l’été : les seringues sont plus adéquates, tout doit gonfler jusqu’au vulgaire. La piqûre pour tous n’est pas un objectif politique : c’est un impératif sanitaire. Vous rappelez-vous du doux mois de mars 2020 ? Le Pr Raoult mettant le monde en branle avec sa potion magique. Heureusement, une actrice porno a écrit une étude chez le Lancet qui l’a décrédibilisé pour de bon : le ministre de la santé a jugé l’œuvre recevable et a clos le débat : la potion magique est interdite.
Puis une seconde vague de merde a déferlé sur le pays. Le torrent emportant toute opinion sur son passage, ce n’est que plusieurs mois après que Maître Di Vizio défendit l’ivermectine. Les renards médiatiques l’invitèrent, il ouvrit son large bec et finit par laisser tomber sa proie. Il n’y pas d’alternative : il faut piquer. Madagascar qui annonce un remède miracle ? Non. Piqûre. Un anti-cancer prometteur ? Non. Piqûre. Autre chose ? Piqûre. Ne rien faire ? Assassin.

À cette heure, nous avons 35 millions d’hommes-araignées qui ont levé le poing pour se faire mordre par la bête : désormais, ils sont protégés et protègent les autres. Mais c’est insuffisant : le monde a besoin de plus de justiciers, car si tout le monde protège tout le monde, alors tout le monde est protégé de tout ? Qu’attendez-vous donc pour passer sous l’aiguille, imbéciles ?
C’est pour votre bien, on ne cesse de vous le dire ! Et pour celui des autres : pensez au femmes-araignées les plus fragiles, voyons ! Et le vieil oncle Ben, voyez où la société l’a conduit : si ce terrible jour-là son neveu était intervenu pour neutraliser son oppresseur-contaminateur, il ne serait pas six pieds sous terre. Pierre ne l’a pas fait : Ben est mort, comme dans le clip gouvernemental de France 2. Tout le monde doit être comme l’homme-araignée. Posez votre cul sur une chaise, tendez le poing, attendez la piqûre : bravo, vous êtes un héros jusqu’au prochain épisode.

Car c’est un grand jeu dans lequel il n’y a qu’un seul moyen de gagner : piquer. Ceux qui jouent mal ajoutent des variantes à la règle du jeu, mais on ne peut gagner que de cette façon. Un mauvais joueur ? C’est un facho. L’OMS définissait un seuil de 60% de piqués ou malades pour l’immunité collective, mais le jeu étant trop facile c’est bientôt 110% de piqués qui seront exigés. Il faut donc piquer toute la France, puis les Balkans et l’Afrique, et le reste du monde tant qu’on y est, pour éviter qu’ils ne nous amènent des parasites covidiens.

Face à ces parasites, à ceux qui répandent leur venin dans les médias et aux araignées qui veulent piquer la planète, la France se gratte la tête pour sortir de cet enfer. Elle ne réfléchit pas, non ; il y a trop d’imbéciles pour cela. Elle a tout simplement des poux. Et quoi de plus efficace qu’un bon coup de rasoir pour en venir à bout et commencer à se relever ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk