Cher M. Macron, votre arrogance ne fera qu’aggraver les problèmes de l’Europe

Cher Président Macron,

C’est gentil à vous d’écrire, surtout quand vous avez eu tant de choses à faire chez vous récemment. Je partage nombre de vos préoccupations concernant l’avenir de l’Europe, mais nous sommes en profond désaccord sur certaines des causes des problèmes de l’Europe et sur les solutions appropriées à y apporter.

Au début de votre lettre, vous lancez une attaque amère contre le Brexit. Mais peut-être vaudrait-il la peine de réfléchir davantage aux raisons pour lesquelles la deuxième plus grande économie du continent (oui, désolé) et l’une des sociétés les plus innovantes, tolérantes et diversifiées d’Europe a choisi de partir.

Ce n’était pas un coup de théâtre – ou un coup de bluff. Comme David Cameron l’a prévenu en 2013, le consentement démocratique de l’UE était « très mince » au Royaume-Uni. Ces problèmes s’accumulent depuis longtemps

Je sais que vous n’êtes pas d’accord avec le résultat de notre référendum. Vous vous opposiez à ce qu’on en tienne un. Mais vous reconnaîtrez que le droit de sortie est accordé à tous les membres du droit européen par un traité fondamental. Je me souviens que vous avez dit à Andrew Marr que la France aurait « probablement » voté pour partir, si on le lui avait demandé. Vous pouvez préférer que le choix ne soit jamais offert, mais ce n’est pas une fondation pérenne pour une légitimité démocratique.

Vous soutenez que le Brexit constitue un « mensonge » et vous vous plaignez qu’on n’a pas dit la « vérité » au peuple britannique. Vous invoquez même une accusation de « fake news » Trumpesques. Avez-vous suivi nos débats avant le référendum ? Il a souvent semblé que le pays tout entier discutait des mérites du marché unique et de ce que signifierait le fait de quitter l’UE. Le taux de participation était élevé.

Personne ne prétendra que le processus référendaire a été parfait, mais bon nombre de vos affirmations sont tout simplement erronées. Vous demandez qui a « évoqué les risques pour la paix en Irlande » ? Eh bien, Tony Blair et John Major ont mis en garde contre la possibilité d’une frontière dans le cas du Brexit lors d’une comparution conjointe à l’Université d’Ulster avant le référendum.

17,4 millions de personnes ont voté pour quitter l’UE. Prétendre qu’ils « se repliaient dans le nationalisme » ou qu’ils n’avaient pas été informés de la « perte d’accès au marché de l’UE » est une insulte à leur égard et à nos processus politiques. Vous demandez qui a « dit » aux gens « la vérité sur leur avenir post-Brexit » ?

Vous ne savez peut-être pas très bien comment fonctionne notre démocratie. Nous n’avons pas d’arbitre indépendant de la « vérité ». Ce qui se passe, c’est que les deux parties présentent leurs propres arguments. Il y a une dialectique. Ensuite, c’est le public – les électeurs – qui décide en qui ils ont le plus confiance.

Mais je pense que votre attitude méprisante envers le Brexit occulte le vrai problème – les gens ont voté pour quelque chose avec lequel vous êtes profondément en désaccord. Il n’y a rien de mal à s’opposer à ce que la Grande-Bretagne quitte l’UE, mais n’insultez pas l’intelligence de notre électorat.

[…]

Source : The Daily Telegraph – Dear Mr Macron, your arrogance will only make Europe’s problems worse




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.