L’UE est un empire condamné

Les tensions en Europe s’exacerbent. Il y a le Brexit, une Allemagne sans direction et dépassée, une France ambitieuse mais faible, et une division régionale croissante. Mais le principal danger pour le projet européen est la démocratie.

» Lire plus

Vous êtes nostalgique des empires ? Votre place est dans l’Union européenne

Ceux qui soutiennent le Brexit sont régulièrement accusés d’être nostalgiques de l’époque impériale. Il n’y a aucune preuve de ce mythe. Au contraire, ce sont les partisans de l’UE qui nourrissent une vieille vision impériale. Dans une interview accordée à Michal Matlak dans le New York Review of Books Daily du 29 mai, Michel Barnier a laissé tomber une remarque qui a été largement rapportée – et a d’ailleurs donné au NYR le titre de son article. Il a expliqué le vote pour le Brexit par « des raisons typiquement britanniques : l’espoir d’un retour à une Grande-Bretagne puissante dans le monde, une nostalgie du passé  — mais la nostalgie ne sert à rien en politique ». L’ironie profonde de ce que Barnier a dit, c’est que si l’on cherchait au Royaume-Uni le groupe qui aspire le plus à quelque chose comme l’Empire britannique, on le trouverait dans les partisans et non dans les opposants de l’UE. C’est la « nostalgie » qui a soutenu et soutient encore l’UE, tandis que la « nostalgie » incarnée par le Brexit est en réalité le désir d’une émancipation finale du fardeau impérial.

» Lire plus

La Banque fédérale d’Allemagne reconnaît les risques de défaut sur l’euro après le décret sur la monnaie parallèle italienne

La Bundesbank allemande a averti qu’elle pourrait subir de lourdes pertes si un grand pays quittait l’euro et en venait à faire défaut sur ses dettes envers le système de la Banque centrale européenne, mais a prévenu que toute tentative de préparation à une telle crise pourrait se retourner contre elle en déclenchant une attaque spéculative. En fin de compte, les créanciers italiens seront confrontés à un choix : soit accepter la défaillance désordonnée d’un Italexit, soit placer la dette du pays sur une « voie durable » en allongeant les échéances, soit en appliquant une décote de taux d’intérêt, soit les deux. « Si vous continuez à ajouter de la pression, le verre se brisera à un moment donné, » dit-il.

» Lire plus

Le Royaume-Uni devient la première destination d’investissement au monde (malgré le Brexit, bien sûr)

C’est une nouvelle semaine et un bonne dans le monde réel – pas dans le monde parallèle et improductif de Westminster. La semaine dernière, le Royaume-Uni a été proclamé numéro un mondial de l’investissement, remplaçant les États-Unis, une économie neuf fois plus importante que la nôtre. Mais c’est sûrement faux : le Royaume-Uni quitte le monde, après tout ; ne sommes-nous pas en train de nous fermer à cause du Brexit ?!?

» Lire plus

Merkel est « hautement qualifiée » pour un poste de haut niveau dans l’UE, selon Juncker

Dans une interview accordée au groupe allemand Funke Media Group, le président de la Commission européenne, dont le mandat arrive à son terme à l’automne, a déclaré qu’il « ne pouvait pas imaginer » que Merkel « disparaîtrait sans laisser de trace ». « Les libéraux, dont Emmanuel Macron fait partie, n’ont pas réussi à présenter un candidat principal et ont donc proposé neuf candidats », a déclaré Juncker. « Je peux déjà vous dire une chose : il n’y aura pas neuf présidents de commissions libéraux. »

» Lire plus

Le plan derrière l’extension de l’article 50

Caroline Bell soutient que les pourparlers du premier ministre avec les travaillistes sont une feinte. Le véritable plan de May est l’obtention du soutien du Labour pour l’organisation, après Pâques, d’un second référendum pouvant mener à l’annulation du Brexit.

» Lire plus

Le choix de l’Europe

L’humanité est de plus en plus prise dans la tempête des conflits. Le désordre dans le monde s’aggrave. L’hypothèse d’une grande guerre ne peut plus

» Lire plus

Brexit : la vision à long terme

La Grande-Bretagne est aujourd’hui confrontée à un nouveau défi historique, et je suis convaincu qu’elle retrouvera son unité et sa détermination. La vision bruxelloise de l’avenir de l’Europe est une illusion, et la Grande-Bretagne ne manquera pas d’alliés parmi les peuples d’Europe lorsqu’elle défendra sa souveraineté.

» Lire plus