Brexit : la lettre de démission du ministre Dominic Raab

15 novembre 2018

Monsieur le Premier ministre,

Ce fut un honneur de servir votre gouvernement en tant que ministre de la Justice, ministre du Logement et secrétaire du Brexit.

J’ai le regret de vous annoncer qu’à la suite du Conseil des ministres qui s’est tenue hier sur les accords du Brexit, je dois démissionner. Je comprends pourquoi vous avez choisi de poursuivre l’accord avec l’UE aux conditions proposées, et je respecte les différentes opinions exprimées de bonne foi par tous nos collègues.

Pour ma part, je ne peux soutenir l’accord proposé pour deux raisons. Premièrement, je pense que le système de régulation proposé pour l’Irlande du Nord représente une réelle menace envers l’intégrité du Royaume-Uni.

Deuxièmement, je ne peux soutenir un dispositif de filet de sécurité illimité, où l’UE détiendrait un droit de veto sur notre capacité à sortir. Les conditions du filet de sécurité équivalent à un mélange entre les obligations de l’Union douanière de l’UE et du marché unique. Nulle nation démocratique ne s’est jamais engagée à être liée par un régime aussi vaste, imposé de l’extérieur sans aucun contrôle démocratique sur les lois à appliquer, ni la possibilité de décider de se retirer de l’arrangement.

Cet arrangement est aujourd’hui également considéré comme le point de départ de la négociation du futur partenariat économique. Si nous l’acceptons, cela portera gravement préjudice à la seconde phase des négociations menées contre le Royaume-Uni.

Par-dessus tout, je ne peux pas concilier les termes de l’accord proposé avec les promesses que nous avons faites au pays dans notre manifeste lors des dernières élections. Il s’agit, au fond, d’une question de confiance vis-à-vis du public.

Je comprends que vous ne soyez pas d’accord avec mon jugement sur ces questions. J’ai soigneusement pesé le pour et le contre des solutions alternatives que le gouvernement pourrait adopter et sur lesquelles j’ai déjà donné des conseils. En définitive, vous méritez un secrétaire d’État au Brexit qui puisse défendre avec conviction l’accord que vous négociez. Je regrette seulement, en toute bonne conscience, de ne pas pouvoir le faire.

Mon respect pour vous, et le courage dont vous avez fait preuve dans les moments difficiles, n’ont pas faibli.

Cordialement,
Dominic Raab

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur vk