Voyage en ortografie. Est-ce Molière qu’on assassine ?