A Bruxelles, la grande alliance des droites extrêmes est compromise

Les rêves de Marine Le Pen et Matteo Salvini resteront… des rêves. Il n’a, en effet, pas fallu longtemps, après les élections européennes du 26 mai, pour que la construction d’une grande alliance des droites extrêmes qu’ils annonçaient s’effondre. Successivement, le Parti du Brexit de Nigel Farage (29 sièges) et le parti Droit et justice (PiS, 26 sièges) en Pologne ont indiqué, mercredi 5 juin, qu’ils ne se joindraient pas à la vaste union qu’envisageaient les dirigeants du Rassemblement national et de la Ligue italienne. La « mission historique », selon ses propres termes, que se serait vu assignée, par ses électeurs, le ministre italien de l’intérieur, qui jugeait possible de « changer les règles des bureaucrates et des banquiers », a donc tourné court.

Source : A Bruxelles, la grande alliance des droites extrêmes est compromise




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.