L’Allemagne a Ă©tĂ© vaincue sur le Front de l’Est, pas en Normandie

Lors de mes nombreuses visites Ă  travers le vaste champ de bataille de Normandie en France, je n’ai eu de cesse de me rappeler le sage dicton du grand monarque prussien, FrĂ©dĂ©ric le Grand :  » celui qui dĂ©fend tout, ne dĂ©fend rien « . En ce 74ème anniversaire du dĂ©barquement du jour J, il est bon de rappeler le vieux roi guerrier.

Adolf Hitler, un vĂ©tĂ©ran de l’infanterie, aurait certainement dĂ» mieux le savoir que quiconque. DĂ©fendre les cĂ´tes europĂ©ennes de la Bretagne Ă  la Norvège Ă©tait une chose impossible Ă©tant donnĂ© la faiblesse militaire et Ă©conomique de l’Allemagne en 1944. Mais il ne comprenait pas cela. Après avoir si brillamment vaincu les fortifications de la Ligne Maginot en 1940, Hitler et son Haut Commandement rĂ©pètent les mĂŞmes erreurs stratĂ©giques et tactiques que les Français seulement quatre ans plus tard : ne pas avoir assez de rĂ©serves pour contre-attaquer efficacement les percĂ©es ennemies.

Les tensions qui divisent l’Europe….. Le vĂ©ritable ennemi est Ă  l’intĂ©rieur

Peu de sommets de l’Union europĂ©enne ont Ă©tĂ© aussi conflictuels et rancuniers que le rassemblement de ses 28 dirigeants nationaux Ă  Bruxelles cette semaine.

La question de l’immigration illĂ©gale est le « champ de bataille principal », comme l’a dit le Wall Street Journal. Mais il y a un certain nombre de questions litigieuses, y compris la politique Ă©conomique de la zone euro et la manière dont le bloc devrait conduire ses relations avec la Russie.

Le prĂ©sident français Emmanuel Macron a dĂ©clarĂ© avant le sommet de deux jours Ă  Bruxelles : « Nous avons une crise politique plus qu’une crise migratoire ». Il faisait allusion aux tensions plus profondes au sein de l’UE.